Adieu sur France 2, le récit du dossier devenu une urgence pour le conseil

Il y a un paradoxe évident dans la question, mais ce n’est qu’un des nombreux suspension de la retransmission en Vallée de France 2. Cela se traduit par le fait que les programmes dont se plaignent de nombreux téléspectateurs valdôtains ces derniers jours regardent des événements sportifs et des films (mais aussi des émissions de divertissement comme celles animées par Naguï ou des observations d’investigation comme « l’Envoyé Spécial ») la raison même pourquoi la deuxième chaîne publique française a disparu de la télévision dans la région.

« Tweetez » le conseiller

Si le vote officiel de Deffeyes Square n’a pas encore été entendu (la seule communication reçue concernait un nouveau partenariat avec France Médias Monde « pour la rediffusion de France24), énoncez-le en noir sur un tweet blanc en réponse au twitter du follower , le conseiller régional est Luciano CaveriGrand connaisseur de ce dossier, puisqu’il est déjà Membre et Exécutif de la Rai : « France Télévision n’autorise pas la retransmission de France 2 pour des raisons de protection des droitsEn principe, il n’est pas possible de diffuser une grande partie des contenus quotidiens du diffuseur hors de France.

La « bombe » a explosé dans les mains de Giunta

Le nœud, à ce qu’on devine dans les couloirs du bâtiment régional, n’est pas récent, mais le gouvernement Lavevaz l’a trouvé entre ses mains, indifférent, avec changement d’opérateur de réseau en charge de la retransmissionà la suite d’un appel d’offres lancé par le ministère du Développement économique en mai 2020. Si Rai l’avait résolu via une société de son groupe, la balle est désormais passée sous les pieds d’Ei Towers Spa, l’infrastructure technique du propriétaire nécessaire pour livrer les services de Mediaset. signal dans la vallée.

Demandes « embarrassantes » sur Deffeyes Square

Suite à l’achèvement du contrat de service avec la région, la société a écrit à Piazza Deffeyes le 23 décembre, récapitulant les chaînes à retransmettre (« France 2 », « Rts Un » et « TV5 Monde », y compris les satellites auxquels elle est pour recevoir le signal), mais ajoute deux phrases qui créent un court-métrage dans la maison du destinataire. « La fourniture de services par Ei Towers – la première – est conditionnée à la livraison d’équipements (ex. Cam, carte à puce) aux clients (région, ndlr) pour décrypter les signaux audio et vidéo. »

C’est un problème car la partie de l’opération qui a un profil purement technique a été effectuée – bien qu’il n’y ait pas de confirmation codifiée – chez Rai, dont le contrat a en fait expiré (et la retransmission a également un différend millionnaire non résolu avec la région, qui concerne cependant des aspects d’infrastructure, pas de contenu). Cependant, si possible, la deuxième phrase ajoute des problèmes critiques supplémentaires à la personne qui détient la lettre.

« Le client (toujours l’administration régionale, ndlr) – écrit Ei Towers – s’engage également fournir la documentation certifiant l’autorisation de retransmettre des signaux audio et vidéo radiodiffuseurs étrangers sur le territoire régional de la zone technique 02 Vallée d’Aoste ». Un tel accord existe pour TV5 Monde (signé par le président de l’époque Augusto Rollandin en 2012), tandis qu’aucun accord similaire n’existe pour France 2 et RTS Un.

L’exécutif va « nettoyer » la situation.

Le Conseil a présidé Erik Lavevaz il se retrouve face à un choix pratiquement obligatoire en raison de la nécessité de « réinitialiser » la situation, de la ramener sur le terrain anti-dérapant pour l’établissement et ainsi se mettre en situation d’éviter d’éventuels litiges avec le nouvel opérateur. Il le fait par une délibération du 7 mars suspendant la rediffusion de France 2 et lançant une « joint-venture » avec le groupement des propriétaires « France 24 » (et l’accord avec « TV 5 Monde » est prolongé là-bas).

Dialogue pour France 3 demain

A ce stade, après avoir dégagé tous les points critiques, l’administration entend renouer le dialogue avec « France Télévision » et étoffer le « bouquet » répandu dans la vallée. chaîne considérée comme plus conforme à l’esprit de la francophonie transfrontalièreque « France 3 », qui donne la parole aux territoires régionaux (et qui n’est pas riche en contenus avec un poids spécifique de droits de retransmission élevé). Elle le fera même dans le cadre le plus naturel des relations bilatérales et de l’exercice de l’autonomie, politique, avec des contacts avec les autorités françaises en Italie.

Interrogations sur le passé

Sur la base des résultats du dialogue, l’avenir répondra, mais certaines questions sur le passé demeurent. Pourquoi la Région il n’avait pas traité auparavant un dossier qui menaçait d’être aussi « sensible » (le modèle sud-tyrolien est par exemple une entreprise ad hoc) ? Du point de vue officiel, le silence entoure la question. Cependant, un indice tangible peut être atteint en lisant l’accord approuvé par le conseil régional dirigé par Auguste Rollandin avec une résolution du 30 octobre 2009 à convenir avec Rai, alors « composante opérationnelle » de l’émission. Il précise que « la Rai n’agit qu’en tant qu’opérateur de réseau » et que la région « s’engage à garantir aux éditeurs l’autorisation de diffuser via le Service ».

Inversion de perspective par rapport à la ligne précédemment choisie (la répétition des signaux dans la vallée commence en octobre 1975), alors que l’aspect de « faisabilité » de la retransmission, non seulement au niveau « hardware », était l’un des rôles de la télévision d’Etat , tandis que la région fournissait de simples « entrées » sur les chaînes qu’il jugeait appropriées pour la proposition francophone dans la Vallée. A partir du moment du nouvel accord, au fil du temps Deffeyes square Il semble également avoir tenté de conclure des accords spécifiques avec les diffuseurs concernésmais si les « cousins ​​» suisses ne paraissent pas s’y opposer ouvertement, les Français fermeraient les yeux sur la question des droits, même sans polémique.

« Des mots que je ne t’ai pas dit »

Cependant, le signal continue de se propager dans la région à ce jour, un aspect parmi les moins déchiffrables de toute la question. Les chiffres, là encore paradoxaux, sont que tous ceux qui appellent aujourd’hui au retour de « France 2 » (la pétition sur la plateforme change.org a également été activée et a dépassé les 1000 signatures) considèrent cette retransmission comme un droit acquis, compte tenu de la construit sur mesure au fil des ans, mais c’est une conséquence du fait que le leadership de la région – ni l’ancien ni l’actuel – il n’a jamais expliqué que ce n’était pas le cas et que l’offre de l’offre de télévision francophone ne s’interprète pas au moyen d’une liste prédéterminée de diffuseurs, mais sous la forme d’un « bouquet » de contenus en français.

Un choix technologique réversible ?

En arrière-plan, cependant, cela semble tout aussi inexplicable (sinon, en partie avec les difficultés de planification d’une entité confrontée à tant d’événements imprévus et congé prolongé pour le top management du département innovation et agenda numérique) afin que la région continue sur la voie de la télévision numérique terrestre au niveau technique.

La technologie, qui, du fait de la morphologie de la vallée, nous oblige à dépendre de stations de retransmission, coûteuses en fonctionnement et en maintenance (surtout en période de forte consommation d’énergie), et si leur nombre n’est pas suffisant, la couverture ne sera pas être atteint. territoire optimal (comme de nombreux habitants l’ont vécu lors de la reprise de la tour Ei). L’expérience de la pandémie et de la nouvelle génération de télévision l’a mis sous nos yeux « TV over ip » signifie qu’il utilise Internet et le streaming, pas la science-fiction et permet également une expérience de visionnement complètement différente, personnalisée et « à la demande » grâce aux applications de différents diffuseurs.

C’est une question politique

Cependant, l’aspect purement politique reste au premier plan, la francophonie faisant partie de l’ADN de l’autonomie valdôtaine. Mario AndrioneLe président Giunta en octobre, il y a 46 ans, lorsque la Rai a livré les quatre premiers relais pour la retransmission, a salué la journée avec des mots sur « un moment important de l’histoire de notre vallée » parce que « avec un instrument de télévision en français les habitants de la Vallée d’Aoste pourront retrouver la culture qu’ils ont eue pendant des siècles« Une » émission en français sera un moyen valable d’enrichir « sociologiquement » des milliers d’immigrés dans un pays qui, malheureusement, s’est jusqu’ici senti un peu hostile.

Dino Viérinà la tête de l’exécutif plutôt qu’au moment de la dispute avec Raio (nous sommes en septembre 1996), aux côtés des députés Caveri et Guido Dondeynazne les a pas envoyés à la télévision d’État et a souligné que Deffeyes Square « n’est pas d’accord avec accepter que tout dialogue sur les relations entre la région et la Rai soit réduit à une simple question d’argentLa question est alors : la situation d’aujourd’hui aurait-elle pu être différente si le dossier ne semblait pas s’écarter des principes et de la dialectique interinstitutionnelle ?Mais la réponse ne peut guère venir des locataires actuels de l’immeuble (qui sont désormais responsables du jeu).

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.