Après le maire de Melitopol, l’Ukraine va également kidnapper les armées russes dans le Dniepr. Kiev : « Les crimes de guerre sont désormais systématiques »

« La tour de télévision et les tours de radio sont en dessous contrôle des forces armées russes. Bien que la population de cette ville se sente chez elle, Nous n’abandonnons pas. Nous chasserons ce mal de notre pays combattre ensemble ». C’est ce qu’il disait à ses concitoyens Ivan Fedorovmaire de la ville Mélitopol, 150 000 habitants à mi-chemin entre Marioupol et Kherson. C’était le 7 mars : quatre jours plus tard, les Russes l’ont kidnappé au centre-ville dans la distribution de l’aide humanitaire. La vidéo, publiée par le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Synegubov, le montre arrivant avec une cagoule sur la tête. traîné par quelques militaires en tenue de camouflage sous les yeux des passants. « Il a refusé de coopérer avec les Russes tenant le drapeau ukrainien dans son bureau », écrit Anton Gerashchenko, conseiller du ministre de l’Intérieur de Kiev. Même pas 48 heures plus tard, le même sort est arrivé à un autre maire d’une ville à quelques kilomètres de là : Jevhen Maveevmaire de la ville Dneprorudne, vingt mille habitants sur le fleuve Dnipro. « DIX crimes de guerre commis par les forces russes sont maintenant systématiquement« , Le gouverneur de la région de Zaporozhye Oleksandr Starukh, qui a rapporté sur Facebook. Et le chef de la diplomatie européenne Josep Borell il qualifie les enlèvements de « nouvelle attaque contre les institutions démocratiques en Ukraine » et accuse Moscou de vouloir établir des « structures de gouvernance alternatives illégitimes » dans le pays.

Oui, parce qu’à Melitopol il a enlevé le maire dans les cheveux Galina Danilčenkovádéputé de la ville pro-russe qui a invité les habitants à « s’adapter à la nouvelle réalité« Appel à la fin des manifestations contre l’occupation russe, définie comme »actions extrémistes« Quel risque »déstabiliser la situation » Olga Gaisumova, les hommes de Vladimir Poutine arrêtés et emmenés dans un lieu inconnu. Pendant ce temps, il a été réveillé par l’enlèvement de Fedor outrage communauté internationale : le gouvernement de Kiev par l’intermédiaire du ministre des Affaires étrangères Dmytro Kulebaaccusé la Russie de crimes de guerre « en vertu de la Convention de Genève et du Protocole additionnel, qui interdit la prise d’otages civils« Les violations des droits civils fondamentaux et les attaques contre les infrastructures civiles ne sont pas oubliées et les auteursseront poursuivis dans les instances internationales« Ils écrivent.

L’enlèvement est un signe faiblesse de l’attaquant qui n’ont pas trouvé de soutien sur notre sol : pendant des années, ils ont compté et parlé avec nous comme s’ils seraient heureux de les accueillir en Ukraine. Au lieu de n’a trouvé aucun collaborateur qu’ils cèdent les villes et le pouvoir, puis je suis passé à un nouveau niveau de terrorisme, en essayant de détruire fonctionnaires légitimes du gouvernementLe président ukrainien Zelensky a coulé et a demandélancement immédiat« Fedor’s et sensibilisation au problème des dirigeants français et allemands Emmanuel Macron et Olaf Scholz. Zelensky craignait également les risques de torturer le maire pour le forcer à exprimer son soutien à la population en vidéo. Il a fait remarquer : « Apparemment, en Russie, pendant les années de pouvoir autocratique, les gens ils ne sont plus habitués que le maire est celui choisi par les citoyens d’une ville particulière ».

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.