Benfica et le Sporting affronteront le Dynamo Kyiv dans des matchs de solidarité. Les stocks augmentent, le pétrole baisse – l’invasion ukrainienne

L’observatoire EDMO met en garde contre l’augmentation de la désinformation russe et de la « russophobie »

L’Observatoire européen des médias numériques (EDMO) met en garde contre l’intensification de la désinformation russe dans le contexte de la guerre avec l’Ukraine et contre la « russophobie », qui conduit à des « actions discriminatoires non fondées contre les citoyens russes ».

Cette information est contenue dans le troisième rapport hebdomadaire « Disinformation Stories on the War in Ukraine » de l’Observatoire européen des médias numériques (EDMO), qui couvre la période du 24 au 31 mars.

Le rapport note qu’une « intensification de la désinformation russe » peut être attendue, car un réseau de faux comptes sur les réseaux sociaux a été mis en place depuis le début de la guerre pour « répandre la propagation de la désinformation du gouvernement russe et des missions diplomatiques ».

Le poids de ce phénomène « grandit » et est surveillé par la communauté des chercheurs, ajoute-t-il.

Un autre des avertissements concerne la désinformation sur les conséquences économiques de la guerre.

« Les conséquences économiques du conflit actuel, y compris dans le secteur de l’énergie et la production de blé, affectent de manière significative la chaîne d’approvisionnement mondiale », et cela « devient une cible facile pour les campagnes de désinformation visant à provoquer le mécontentement en Europe et en Occident », prévient l’EDMO. .

Un autre des avertissements concerne la désinformation sur les pratiques discriminatoires à l’encontre des citoyens russes dans l’Union européenne et la « russophobie ».

La « russophobie » est un vrai problème, notamment en Europe de l’Est « et » ce sentiment est exagéré dans des actions discriminatoires non fondées contre les citoyens russes « , a déclaré l’Observatoire européen.

« Nous examinons actuellement ces tendances et fournirons une analyse dès que possible », a déclaré l’organisation dans son rapport hebdomadaire analysant les dernières tendances de la désinformation sur la guerre en Ukraine.

Le rapport pointe également cinq faux récits (« faux rapports ») qui se sont propagés au cours de la semaine analysée.

L’un d’eux interroge la guerre, de sa réalité à ses motivations, qui a révélé des informations erronées indiquant que les médias avaient mal informé sur le conflit ou l’accent mis sur le laboratoire d’armes biologiques en Ukraine.

Un autre des faux récits est lié à des informations non prouvées sur les combats et la reddition, à des manœuvres militaires sorties de leur contexte.

Des informations erronées ont également été trouvées sur la crise humanitaire, qui a touché des réfugiés ukrainiens violents et des exploiteurs des pays qui les ont accueillis ou des forces armées qui ont empêché l’assistance de civils ou même de mineurs non accompagnés.

Il existe également deux autres tendances de désinformation : la représentation déformée des Ukrainiens et des Russes.

Les partenaires d’enquête ont soumis un total de 738 avis [verificadores de factos] EDMO du 24 au 57 février pendant la semaine de notification (24-31 mars).

En termes de désinformation, 37% étaient des vidéos, 35% des images et 28% du texte.

L’EDMO observe que « l’accès aux ensembles de données pertinents à partir de plateformes » en ligne « est crucial pour une compréhension complète de la désinformation, car cela permettra d’identifier les acteurs, les vecteurs, les outils, les tendances et les modèles.

Pour cette raison, et en se concentrant sur la guerre en Ukraine, la « taskforce » de l’EDMO pour la désinformation sur la guerre en Ukraine a envoyé une demande à Alphabet, Meta, Pinterest, Snapchat, Telegram, TikTok et Twitter pour obtenir des données selon certains paramètres et brisées par État membre. .

« Nous espérons que nous recevrons ces informations » bien à l’avance « , et nous considérons qu’il s’agit d’un processus ‘comparatif’ qui, nous l’espérons, se répétera régulièrement », indique l’Observatoire européen.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.