Blitz à la télévision anti-guerre, journaliste condamné à une amende et licencié. ONU : « Pas de représailles » – Monde

La journaliste de la télévision d’État russe Maria Ovsyannikova, qui a organisé une manifestation anti-guerre à la télévision hier soir, a été condamnée à payer une amende et a été libérée. Elle a été détenue à l’isolement et interrogée pendant 14 heures. Cela a été annoncé par le même journaliste à sa sortie du tribunal, affirmant qu’elle avait été condamnée à payer une amende de 30 000 roubles (environ 255 euros).


le bbc ha a montré une photo circulant sur les réseaux sociaux où une femme comparaît devant le tribunal avec son avocat. Un journaliste de la télévision russe a été arrêté pour avoir montré une affiche anti-guerre en direct en Ukraine et condamné à payer une amende.

La protestation est le canal 1

CNN, se référant à son avocat, a déclaré que Maria Ovsyannikova c’était parti. « Nous ne pouvons pas la trouver », a déclaré Dmitry Zachvatov après que les amis de la femme aient initialement déclaré qu’elle se trouvait au département de police d’Ostankino à Moscou.

Les Nations Unies appellent les autorités russes à ne pas sanctionner la journaliste pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. Informe The Guardian en ligne. La porte-parole des droits de l’homme de l’ONU, Ravina Shamdasani, a appelé les autorités à veiller à ce que la femme ne « subisse pas de représailles ». Le président français Emmanuel Macron propose une « protection consulaire » pour un journaliste russe qui a protesté contre la guerre en Ukraine.

« Pas la guerre. Arrêtez la guerre. Ne croyez pas la propagande, ils vous racontent des mensonges ici », a lu l’inscription à la télévision, qui contenait la dernière ligne de la phrase : « Les Russes contre la guerre ».

La femme a ensuite été arrêtée. Cependant, elle est réapparue avec une vidéo préenregistrée dans laquelle elle attaque encore plus durement le régime et explique qu’ils ont tous été « zombifiés » en Russie.

Russie, journaliste interrompant l’émission : « Arrêtons cette guerre »


« Ce qui se passe en Ukraine est un crime. Et l’agresseur, c’est la Russie. La responsabilité de cette agression incombe à ‘une personne et cette personne c’est ‘Vladimir Poutine' », affirme le Twete, qui devient populaire.

« Mon père est ukrainien et ma mère est russe et il n’y a jamais eu d’ennemis », explique Maria Ovsiannikova dans une vidéo avant son arrestation. « Malheureusement, j’ai travaillé sur Channel One et travaillé sur la propagande du Kremlin ces dernières années. Et maintenant, j’ai très honte », déclare France Presse. « Descendez dans la rue, ne vous inquiétez pas. Ils ne peuvent pas tous nous emprisonner », est le dernier appel.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.