Calligraphie, broderie et carrousels équestres : le Maghreb et le Moyen-Orient au patrimoine immatériel de l’Unesco

La première réaction à la nouvelle n’a pas été la satisfaction, mais l’incrédulité : jusqu’à présent, un pilier aussi important de la culture mondiale n’a-t-il pas vraiment été reconnu par l’UNESCO ? Mais maintenant, enfin, il y a : la calligraphie arabe est sur la liste de ceux qui protègent la culture immatérielle de l’humanité. La liste dans laquelle l’Italie, par exemple, a réussi à inclure la recherche de truffes, de vignes de Pantelleria et de « l’art musical du cor de chasse », n’a pas encore trouvé de place pour l’expression culturelle et artistique sur laquelle elle repose. Des manuscrits prestigieux et d’innombrables décorations artistiques sont dispersés un peu partout sur la planète.

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER GRATUITE D’ARABOPOLIS

La demande a été soutenue par seize pays arabophones, de l’Arabie saoudite à l’Égypte en passant par la Jordanie et la Palestine, le Maroc et le Soudan, le Liban et la Mauritanie. Parmi les promoteurs figuraient également la Turquie, où les alphabets latin et arabe n’étaient utilisés qu’à des fins décoratives, mais pas l’Iran ni l’Afghanistan, qui utilisaient également l’écriture arabe et avaient d’anciennes traditions d’art figuratif et de calligraphie.

La proclamation, annoncée à la mi-décembre, est venue avec un groupe plein de reconnaissance des traditions immatérielles associées aux mondes arabe et islamique. Les traditions sont très différentes les unes des autres, et nées dans des pays très lointains. L’impression est donc une réparation collective pour une partie du monde négligée par rapport aux nombreuses distinctions reçues par l’Occident.

Autre nouveauté, Al Nauur, la roue hydraulique : on la voit encore opérer sur le Nil, mais l’idée est si géniale qu’à une certaine époque même la fontaine de Versailles était alimentée par la « noria ». Le modèle que l’Iraq a présenté à l’Unesco consistait en vingt-quatre poteaux en bois contenant autant de récipients en terre cuite que possible liés entre eux par des feuilles de palmier. Un modèle dérivé, pratiquement sans modification, de celui utilisé depuis l’époque mésopotamienne et toujours en usage dans la région. La seule nouveauté est qu’aujourd’hui, les machines conçues pour transporter l’eau de l’Euphrate vers les campagnes environnantes sont également utilisées pour produire de l’électricité.

La chanson Qudūd alabīya (« le rythme d’Alep ») est un trésor culturel syrien. Né il y a près de deux mille ans, et donc pré-islamique, il a amassé une collection de chansons qui combinent la forme métrique andalouse (« muwashshah ») et des textes arabes classiques avec des rythmes et des mélodies traditionnels de la région d’Alep. Le résultat est un corpus musical. avec des racines culturelles mais un énorme succès populaire. La chanson la plus célèbre,  » Ya Tira Tiri Ya Hamama  » ( » Vole, vole ma colombe « ) a également été interprétée par le légendaire chanteur libanais Fairouz, tandis qu’Abdallah Chahine a arrangé une version de la chanson. le « plan oriental » de son invention.

Bahraini Fidjiris est également une forme de performance musicale, mais est étroitement liée à la danse. Les acteurs sont assis en cercle et jouent du tambourin et d’autres instruments de musique traditionnels, tandis qu’au milieu se déplacent les danseurs et les chanteurs solistes qui sont également le metteur en scène du spectacle. Il s’agit d’une tradition relativement nouvelle – elle remonte à la fin du XIXe siècle – mais depuis ses origines parmi les pêcheurs de perles de l’île de Muharrap, elle s’est répandue à travers le pays pour devenir, explique l’UNESCO, « un moyen d’exprimer les liens entre les peuple de Bahreïn. et de la mer ».

Le tatriz, broderie traditionnelle palestinienne « née et portée dans les zones rurales mais désormais utilisée dans toute la Palestine et la diaspora », fait également partie du patrimoine de l’Unesco. Broder ensemble « est une pratique sociale et intergénérationnelle, les femmes se réunissent pour broder et coudre avec leurs filles ». La reconnaissance de l’UNESCO a certainement une grande valeur politique et identitaire pour la population palestinienne. Mais c’est aussi un moyen de dissuasion contre les dangers de l’appropriation culturelle : avec des couleurs vives et des dessins stylisés de plantes et d’animaux, le tatriz a un certain charme mais c’est aussi un modèle facile à imiter. La reconnaissance de l’Unesco contribuera à protéger la propriété idéale du type de décor qui, ces dernières années, a été repris, sans aucune reconnaissance, par les entreprises de vêtements et les créateurs de tissus et de robes du monde entier.

Songket est aussi associé aux mondes arabe et islamique, un luxueux tissu traditionnel reconnu par l’Unesco pour candidature présentée par la Malaisie mais aussi typique de l’Indonésie et d’autres régions musulmanes d’Extrême-Orient. Et la fusion de ces mêmes cultures a conduit à la création du gamelan, une forme d’orchestre typiquement indonésienne qui est une nouvelle entrée dans le patrimoine immatériel.

En revanche, les pétitions soutenant la fauconnerie, une forme de chasse traditionnelle mais non tolérée par les écologistes, sont transnationales. L’utilisation d’animaux dressés pour attraper des proies est une pratique utilisée depuis des milliers d’années qui unit des pays comme l’Autriche et la Corée, la Belgique et le Kirghizistan, l’Irlande et le Qatar. L’Italie, la France et l’Allemagne font également partie du pool de pays en quête de reconnaissance par l’UNESCO, aux côtés d’autres pays arabo-islamiques comme le Pakistan et l’Arabie saoudite, le Maroc et la Syrie. La chasse à l’aigle, peut-être né en Mésopotamie, a toujours été l’un des sports les plus appréciés de l’aristocratie du monde arabe, mais a rapidement conquis l’Europe, berceau de manuels célèbres, du « De arte venandi cum avibus » de Frédéric II au « Livre de Sant Albans ».  » par des femmes. L’aristocrate britannique Juliana Berners.

Et pour clore par un carrousel aux allures de carabiniers au concours hippique de la Piazza di Siena, à la demande du Maroc, arrive la reconnaissance de l’Unesco à Tbourida : une attaque spectaculaire dans laquelle 15 ou 25 cavaliers vêtus de vêtements traditionnels et équipés de fusils, de turbans , cimeterres et copies du Coran galopent en même temps jusqu’à ce qu’ils arrêtent de tirer à l’unisson. Une sorte de feu d’artifice humain et animalier qui clôt les fêtes et festivals au Maghreb.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.