Cavendish, la foudre qui ne s’arrêtera pas

Il avait Milan-Turindéménagé en mars, à deux déménagements du monumental Milan – San Remo et remis au sprint quand la fin de Superga, un aspect d’épreuves générales ou du moins de simulations a été gommé Classicissime. Milan-Turin n’a pas de hiérarchie de classiques qui se terminent sur la Via Roma, mais c’est la plus ancienne course d’un jour.

Pleine de rides, mais avec un chemin plat et lisse, elle a montré un visage ferme, et levage idéal pour les sprinteurs qui sont passés de la Lombardie au Piémont, des faubourgs de la capitale lombarde aux faubourgs de Turin. Avec de grandes stars qui attendent Milan-San Remo, exclu pour la maladie Alaphilippe et ColbrelliUne bonne poignée de sprinteurs se sont retrouvés sur la course avec l’idée de donner suite à l’héritage d’Arnaud Démare, vainqueur de cette édition il y a quelques années.

Parmi les gars qui aiment l’adrénaline, la vitesse et le vertige, personne n’aime ça Marc Cavendish, éternel sprinteur. Infatigable. Le sprinteur de 36 ans originaire de l’île de Man continue de faire tourner les pédales avec l’impulsion d’un adolescent. Il y a toujours de l’explosivité, qui est la première chose qui disparaît avec le passage du calendrier. Cavendish, semble-t-il, est résistant à la corrosion de la vieillesse. Maintient les fibres rapides intactes.

Pendant un temps, il ressemblait à un ancien cycliste. Lui, qui a toujours germé dans les sprints, était tellement anonyme en 2020 lors de son inscription à Bahreïn que il était sur le point de fuir pour prendre le quota d’écran. Cavendish a flirté en déclin complet, abandonnant le cyclisme jusqu’à ce que Lefevere le sauve de l’insignifiance. En 2021, il a ajouté quatre étapes au Tour de France. Miracle du cyclisme.

MOMENTUM MORKOV

Ressuscité quand il retourna dans la salle des loups Lefevere, Cavendish est une fusée. L’Anglais n’a laissé personne lui faire de l’ombre dans le sprint d’un vieux classique. Morkov, le meilleur lanceur du monde, mettez-le dans votre poche. Cavendish était un petit oiseau qui avait des plumes sur un rhinocéros de moraine, la puissance de la nature déchaînée.

Lorsque Cavendish s’est lancé dans ce style typique, son poing de vitesse a été brisé par le vent. Il était son seul adversaire. Bouhanni, qui se débrouille avec des talents de boxeur, n’a pas pu monter sur le ring. sur toile Kristoff même pas discuté correctement. Les deux ont été détruits par la sauvagerie de Morkov, ce qui est un avantage pour les speeders de l’équipe. Morkov est un pôle inestimable.

ENREGISTREMENT SUIVANT

Cavendish, qui a défriché le pays, a dû poursuivre sa légende, qui est énorme. Le sprinteur a remporté sa 159e victoire et rompu les liens avec Greipel, qui lisait 158 ​​lauriers. Cavendish, dans sa seconde jeunesse, est un homme qui veut triompher. Pour cette raison, après la joie et l’étreinte de Morkov, il a voulu remercier son nom et sa position dans le combat, qu’il a avec Fabio Jakobsen partez en tournée en tant que sprinteur Quick-Step.

« Sans la Fabia, l’équipe réagira aussi », a déclaré Cavendish, qui vise un record du nombre d’étapes dans les étapes. Grande boucle. Un match nul avec Merckx sur 34 victoires Les Anglais ont attaqué farouchement pour convaincre Lefevere, qui fait confiance à Jakobsen. Il préfère un jeune Hollandais. Cavendish, fier, garde les yeux dessus et ne baisse pas la tête. Il est prêt à se battre pour avoir un numéro de Tour.

ÉVASION ET SANTÉ

Marcellus, Viegas et Bolivar Ils n’aspirent pas tellement. Humbles, ce sont des affaires plus terrestres. La fugue s’emmêle dès que le classique s’étire. Un trio contre le monde, avec la certitude de l’avenir marqué sur des jalons qui marquent le passage des kilomètres. Ils en ont ramassé une bonne poignée car ils ont roulé 170 kilomètres devant. Le peloton, oscillant en domination, a donné du fil à retordre aux trois garçons, jusqu’à ce qu’ils décident de les menotter quand l’odeur du sprint s’imposait. À ce moment là, Je suis Healy une Bettiol Ils ont attaqué comme un duo. Jumelée. Ode à l’utopie. Healy, Irlandais, têtu, stressé.

C’était du papier de verre pour le laminage Meute de loups de Lefevere, des loups paissant le troupeau. Irlandais, un autre jeune homme effronté. Healy, un nouveau venu sur WorldTour, n’a pas eu peur. Il a laissé sa marque. Quick-Step a dû remplacer plusieurs de ses costaleros pour modérer les efforts de l’Irlande. Puis L’urbanisme italien a émergé, tandis que les ronds-points peignent les bouches d’un classique pressé avec nerfs et tension. Atterrir pour Quick-Step, qui est harcelé par le colossal Morkov. Sur la ligne d’arrivée, la locomotive danoise fait dérailler tout le monde et construit Cavendish dans sa 159e victoire. Les Britanniques ne baissent pas les bras. Cavendish, la foudre qui ne s’arrêtera pas.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.