cercueil avec les restes de Maurycy Mochnacki en route vers la Pologne






© Leszek Szymanski
fête

L’avion avec le cercueil avec la dépouille de Maurycy Mochnacki, militant émigré, écrivain, participant et chroniqueur du soulèvement de novembre, a décollé de l’aéroport du Bourget en France samedi à 7 heures. Mochnacki reposera à Powązki Varsovie.

Lors de son dernier voyage dans son pays natal, il était accompagné de militaires et d’une délégation polonaise, conduite par le gouvernement plénipotentiaire pour la diaspora et les Polonais de l’étranger, Jan Dziedziczak, ainsi que des représentants du maire d’Auxerre, la ville où Mochnacki est mort. et enterré.

La cérémonie funéraire du corps de Maurycy Mochnacki est prévue à 11h30 sur la piste de l’aéroport militaire de Varsovie – Okęcie. Entre autres choses, le Premier ministre Mateusz Morawiecki sera présent.

Lors du transfert des corps de l’avion au catafalque, l’Orchestre du représentant de l’armée polonaise jouera un cortège funèbre. Ensuite, l’hymne national de la République de Pologne sera joué. Le prêtre procédera à l’exécution funèbre dans le cercueil. Un discours final et des adieux étaient également prévus. La célébration à l’aéroport militaire se terminera par l’interprétation de la chanson « Sleep, Buddy ».

Ensuite, le cercueil sera transporté à la cathédrale de campagne de l’armée polonaise, où à 13 heures il y aura une messe funéraire. La messe comprenait le discours du Premier ministre. Après la messe, les corps des participants et des chroniqueurs du soulèvement de novembre seront transportés au cimetière militaire de Powzki, où auront lieu les funérailles. Au cours de celles-ci, l’hymne national de la République de Pologne sera joué et des discours occasionnels sont également prévus. Une fois le cercueil de Mochnacki placé dans la tombe, l’unité honoraire de la Compagnie représentante polonaise de l’armée polonaise lui rendra hommage. Une couronne sera déposée sur la tombe de Mochnacki. La célébration se terminera par une représentation de la « Parade funéraire » de Frédéric Chopin.

Maurycy Mochnacki (1803-1834) est considéré comme l’un des journalistes politiques les plus prolifiques de la période de la partition. Il est connu pour son radicalisme et son diagnostic sans compromis sur les causes de la défaite politique de la Pologne. Il a étudié à l’Université de Varsovie, d’où il a été démis de ses fonctions en 1823 sur ordre du prince de Constance pour être membre de l’Union des Polonais libres. Il a participé au complot de Piotr Wysocki. Il a participé au soulèvement de novembre. Il a reçu l’Ordre des Virtuti Militari. Après la chute de la rébellion, il émigra en France, où il écrivit « Les Soulèvements des Polonais de 1830 et 1831 ». Il est entré en conflit avec un homme politique plus âgé et plus expérimenté de la Grande Émigration opérant en France. « Dans l’émigration, la guerre civile continue. Plus il y a de fêtes, plus il y a d’irritation » – écrit-il dans une lettre à ses parents le 6 novembre 1834.

Pendant des décennies, on a cru que Mochnacki était mort d’une tuberculose incurable puis mortelle, courante chez les émigrants polonais vivant dans des conditions désastreuses. Cependant, la cause probable du décès était un accident vasculaire cérébral. Mochnacki n’a pas été autorisé à retourner en Pologne. Il meurt le 20 décembre 1834 à Auxerre et est inhumé au cimetière communal.

En décembre 2020, à l’occasion du 186e anniversaire de la mort de Mochnacki, le Premier ministre a annoncé ses efforts pour identifier les cendres d’un Polonais enterré en exil. « En tant que représentant de la Pologne, enfin pleinement indépendante et réalisant ses aspirations à devenir un pays fort et important en Europe, je me sens obligé d’entamer un travail visant à faire venir un de nos grands citoyens dans le pays. Après une recherche d’archives et un arrangement avec le préfecture, l’ambassade de Pologne à Paris travaille en étroite collaboration avec la mairie d’Auxerre pour permettre l’identification des cendres de Maurycy Mochnacki qui sont conservées dans un cimetière local », a écrit le chef du gouvernement sur Facebook.

En mai de cette année, une délégation polonaise avec le consul Andrzej Szydło et un anthropologue et un médecin spécialisé en génétique criminelle de l’Université de médecine de Szczecin ont prélevé des échantillons d’os de la tombe Mochnacki à Auxerre dans le centre de la France pour les authentifier en vue d’un éventuel rapatriement. à la Pologne.

Le cercueil de Mochnacki a été déplacé plusieurs fois, il y a donc un doute quant à savoir si ses restes ont été enterrés dans la tombe connue sous le nom de tombe de Mochnacki. Les ossements retrouvés, dont un fémur fracturé, étaient les restes d’un homme d’une trentaine d’années dont le profil correspondait à celui de Mochnacki.

De l’aéroport du Bourget en France Katarzyna Krzykowska (PAP)

Auteur : Katarzyna Krzykowska

ksi/ aszw/ destination/

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *