Championnats du monde XCO Masters : Karin Tosato est en or en Patagonie

Villa La Angostura – Hier, samedi 23 avril, du côté argentin des Andes patagoniennes à la station de ski Cerro Bayo, le premier des deux jours a eu lieu à 13 heures. Championnat du monde de VTT cross-country Réservé aux coureurs amateurs ayant une carte en poche Une maîtrise, ils ont plus de 35 ans et l’année dernière ils ont concouru à Praloup en France. Peut-être l’édition mondiale la plus participante de tous les temps, bien qu’il y ait eu peu d’Européens (5 Italiens), les Sud-Américains ont participé en masse.

La pluie, le vent et l’hiver ont caractérisé les jours précédant l’événement ainsi que les courses du samedi. Le champion du monde italien en titre a été le premier à entrer en piste Simona Ce, catégorie Master 45-49. Trois manches sont au programme.

© fabiarriagadaphoto

Voici l’histoire racontée sur la page Facebook de son équipe Polisportiva Pertica Bassa MTB : deux rounds, au cours desquels elle a suivi les traces de l’adversaire, puis l’a attaquée et détachée lors du dernier round décisif.

Mais cette fois le destin lui a tourné le dos et sur une piste très suggestive, mais à la fois technique et difficile, une chienne apparemment inoffensive qu’il a parcourue sans encombre à un peu plus d’un km du Rêve du Tiers Monde, lui a réservé une mauvaise surprise. Simona Cè a terminé son championnat du monde en deuxième position (+4’14 ») devant l’Argentine Paula Carolina Lopez (+8’45 »).15 athlètes classées.

C’était un autre Italien dans la course Lothaire Tosato (40-44 ans), avec Cè, il a remporté le championnat du monde en France l’année dernière à Praloup, tous deux avec deux autres athlètes restés ensemble en Argentine. Après avoir défendu les couleurs de Lissone MTB en Patagonie, elle a confirmé une nette victoire en tête du monde, il suffit de regarder le manque à gagner de l’autre, l’Espagnole Cristina Barberan Morales a atteint la ligne d’arrivée avec un retard de 8 minutes et 40 secondes. , la troisième brésilienne Juliane Giuseppin de Bergame.

Sur ton profil Instagram Il a écrit aujourd’hui : « La course d’hier a été la plus dure de ma vie. Je voulais courir en short et porter un drapeau tricolore ; Dès le milieu de la deuxième manche, j’ai été gêné par le froid, je tremblais et je ne pouvais même pas m’échauffer dans les montées. Le corps était anesthésié par le froid : bon pour les douleurs aux jambes, mais trembler en descendant et ne pas sentir les mains et les pieds n’est pas le mieux, en fait, je suis tombé plusieurs fois. Le levier de vitesses a commencé à mal fonctionner au début du deuxième tour à cause de la boue et j’avais peur du pire et j’ai essayé de passer les vitesses le plus doucement possible. Pour réchauffer le cœur, une chaleureuse acclamation sur le terrain, que j’ai essayé de répéter avec un sourire figé et boueux et « Gracias! ». Mes sincères remerciements vont à mes compagnons d’aventure (Simo, Gianluca et Marcello) qui, bien qu’étant sur la piste de course depuis huit heures hier et courant tous sous l’eau, m’ont aidé dans la course glaciale avec une générosité héroïque (je vous assure qu’après la course humide pendant à certaines températures vous souffrez du froid jusqu’à ce que vous preniez une douche chaude. »

Des courses très difficiles avec des temps de distance moyenne : 1:43:41 ont nécessité quatre tours de 4,2 km. 28 participants de ce groupe d’âge en provenance d’Argentine, du Venezuela, du Chili, des États-Unis, du Brésil, d’Espagne et de Colombie.

Podium aussi pour la Toscane Marcello Bartolozzi (Cicli Taddei) en Masters 65-69 d’argent (+9’07 ») derrière l’Espagnol Armand Vidal Valle, bronze pour Bellunese Ivo Savi (+13′ 14 » Vélo Bettini). «Une autre médaille d’argent est venue …. après la course dans le déluge, froid avec les pièges des racines de boue et des pierres glissantes ….. c’est peut-être aussi la beauté de ce sport, qui ne tient pas compte des conditions environnementales et ne ne s’arrête pas de pluie ou de neige, commence et ça va et puis ce sera quoi ». Alors Bartolozzi a écrit sur sa page Facebook aujourd’hui. A noter la 34ème place de Veronese Gianluca Barilani (équipe Todesco) en Masters 55-59.

Photo © Fabian Arriagada

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.