Cinq puissances s’engagent à empêcher la prolifération des armes nucléaires – Europe – International

Cinq pays membres Conseil de Sécurité de l’ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne et France) se sont engagés lundi à « empêcher la prolifération » de armes nucléaires dans une déclaration commune, avant la conférence sur Accord de non-prolifération (TNP).

(Lire ici : l’Allemagne dit au revoir à trois de ses six dernières centrales nucléaires)

Dans des négociations à part entière avec l’Iran sur son programme nucléaire, les cinq puissances nucléaires ont souligné leur « volonté de travailler avec tous les pays pour établir un environnement de sécurité qui permette de nouveaux progrès en matière de désarmement, avec l’objectif ultime d’un monde sans armes nucléaires. », la présidence française, qui coordonne les travaux de ces pays avant la conférence sur le TNP.

(Aussi: Bolsonaro, hospitalisé d’urgence pour une possible occlusion intestinale)

Chacun de nous maintiendra et renforcera encore ses mesures nationales pour empêcher l’utilisation non autorisée ou accidentelle d’armes nucléaires.

La déclaration est intervenue avant la 10e Conférence des Parties chargée de réviser le TNP, un traité international entré en vigueur en 1970 pour empêcher la prolifération des armes nucléaires et auquel 191 États sont parties.

La conférence se déroulera sous les auspices des Nations Unies. « Nous affirmons que la guerre nucléaire est impossible à gagner et ne doit pas être menée », ont déclaré les cinq signataires du traité.

« Compte tenu des conséquences de grande envergure de l’utilisation des armes nucléaires, nous affirmons également que les armes nucléaires, tant qu’elles existent, doivent être utilisées à des fins défensives, de dissuasion et de dissuasion de guerre », ont-ils ajouté.

« Chacun de nous maintiendra et renforcera davantage nos mesures nationales pour empêcher l’utilisation non autorisée ou accidentelle d’armes nucléaires », poursuit le texte.

Les signataires sont les cinq pays légalement reconnus comme « États dotés d’armes nucléaires » par le TNP. Trois autres pays considérés comme propriétaires de la bombe atomique (Inde, Pakistan et Israël) n’ont pas signé l’accord. Et la Corée du Nord l’a condamné.

L’Occident soupçonne l’Iran de chercher à développer, en utilisant sa technologie de lanceur de satellites, un lanceur balistique à longue portée capable d’emporter des charges utiles conventionnelles ou nucléaires.

Les négociations ont repris en décembre à Vienne pour réactiver l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, dont les États-Unis se sont retirés en 2018.

La commission conjointe de l’accord nucléaire avec l’Iran a repris à Vienne pour empêcher la République islamique d’acquérir des armes nucléaires.

La Chine affirme que l’accord « augmentera la confiance mutuelle »

La Chine a déclaré qu’une déclaration signée lundi avec quatre autres puissances nucléaires pour empêcher la prolifération des armes atomiques « augmentera la confiance mutuelle » et réduira le risque de conflit nucléaire.

« Une déclaration conjointe publiée par les dirigeants des cinq États dotés d’armes nucléaires contribuera à accroître la confiance mutuelle et à remplacer la concurrence entre les grandes puissances par la coordination et la coopération », a déclaré l’agence de presse officielle Xinhua citant le vice-ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu.

Ma a qualifié l’accord de « positif et de grande envergure », ajoutant qu’il espérait qu’il contribuerait à créer « une relation équilibrée entre les grandes puissances ».

Le communiqué « incarne la volonté politique des cinq nations d’éviter la guerre.
et a exprimé d’une seule voix le « désir de » maintenir la stabilité stratégique mondiale et de réduire le risque de conflit nucléaire », a déclaré Ma, cité par Xinhua.

« Les cinq pays devraient prendre la déclaration commune comme un nouveau point de départ, renforcer la confiance mutuelle, renforcer la coopération et jouer un rôle actif dans la construction d’un monde où règnent une paix durable et une sécurité universelle », a-t-il ajouté.

La Russie espère que l’accord apaisera les « tensions »

La Russie espère que la déclaration signée lundi servira à réduire les tensions mondiales et insiste sur la nécessité d’un sommet du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Nous espérons que, compte tenu des conditions difficiles actuelles de la sécurité internationale, l’approbation de cette déclaration politique contribuera à réduire le niveau de tension internationale », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Pendant ce temps, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré à RIA Novosti que le gouvernement russe considérait qu’il était « nécessaire » que les principales puissances nucléaires se rencontrent lors du sommet.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également indiqué qu’il espérait que l’accord « contribuera » à renforcer « la confiance et à jeter les bases d’un futur contrôle des armes offensives et défensives ». S

Selon l’agence, la déclaration était une initiative du gouvernement russe. Les tensions entre la Russie et les puissances occidentales ont augmenté ces derniers mois à propos de la situation en Ukraine, incitant les États-Unis et leurs alliés à avertir Moscou de sanctions coordonnées massives s’il attaque l’ancienne république soviétique.

AFP

Plus de nouvelles

– Au milieu des tensions avec Moscou, les États-Unis rendent à l’Ukraine
– La pression monte pour que le prince Andrew perde son poste militaire

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.