Crise diplomatique : l’Algérie ferme son espace aérien aux vols militaires français | International

Le président algérien, Abdelmayid Tebún, lors d’une rencontre en Algérie avec des dirigeants locaux, en 2020.Europa Press / Contact / Huang Ling (Europa Press)

Une crise diplomatique a éclaté ce week-end entre Alger et Paris, liée par une histoire coloniale douloureuse et par la présence d’une importante population d’origine algérienne en France. L’Algérie a fermé dimanche son espace aérien aux forces militaires françaises, a annoncé un porte-parole de l’armée française. Quelques heures plus tôt, le gouvernement algérien avait convoqué son ambassadeur à Paris pour des consultations, signe d’un profond mécontentement face aux décisions et déclarations du président Emmanuel Macron.

Les plaintes, du côté algérien, s’accumulent ces derniers jours. D’abord, la décision du gouvernement français de réduire le nombre de visas pour les citoyens algériens – en dehors du Maroc et de la Tunisie – qui souhaitent se rendre en France. Et deuxièmement, la fuite de certaines déclarations de Macron dans lesquelles il accusait le « système politico-militaire » algérien, qui a pris le pouvoir après l’indépendance en 1962, d’utiliser un « bail de mémoire » pour faire de la France le bouc émissaire de tous vos problèmes.

En Algérie, le Conseil national, la chambre haute du Parlement, a publié un communiqué rejetant « toute forme d’ingérence » et les « sermons » des « colons d’hier », selon l’organe officiel de l’APS. Et il a ajouté que « le peuple d’Algérie a toujours su faire la différence entre le peuple français et le colonialisme français ». Sans nommer Macron, l’assemblée a accusé le dirigeant français de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Algérie dans l’intérêt de son « sale agenda électoral ».

La fermeture de l’espace aérien algérien aux vols militaires français, si elle est prolongée, pourrait avoir des conséquences sur l’opération Barkhane, la mission française de lutte contre le terrorisme au Sahel. Pour rejoindre le nord du Mali depuis la France, des avions parcourent le ciel algérien. L’état-major français a découvert la fermeture de l’espace aérien algérien le même dimanche matin, lorsqu’il a présenté ses plans de vol et a constaté qu’ils n’avaient pas les autorisations nécessaires en provenance d’Algérie, selon le journal. Le Figaro. Le revers a forcé le retard de deux vols logistiques.

Le porte-parole de l’état-major, le colonel Pascal Ianni, a assuré dans le journal précité que la décision de l’Algérie « n’affecte pas la préparation ou le déroulement de l’opération ». « Nous nous adaptons et nous n’avons aucun souci pour la chirurgie », a-t-il ajouté.

Mardi, en annonçant des réductions de visas pour l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, le gouvernement français a fait valoir que les trois pays étaient réticents à accepter le rapatriement de leurs ressortissants en situation irrégulière en France et qu’il cherchait à les expulser. Alors que le ministre marocain des Affaires étrangères, Naser Burita, s’est borné à déclarer lors d’une conférence de presse que le fond du problème était « France-France », le gouvernement algérien a décidé de convoquer mercredi l’ambassadeur de France en Algérie, pour exprimer son rejet de la mesure. .

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et une lecture illimitée.

Client

Après l’annonce du visa, deux jours plus tard, les propos de Macron sont arrivés lors d’un déjeuner sans accès à la presse à l’Elysée avec un groupe de jeunes algériens ou ayant des liens familiaux avec l’Algérie. La réunion a été accueillie par Macron dans ses efforts pour « réconcilier les souvenirs » de la guerre qui continue de marquer la société française et de diviser les deux pays. un journal Monde révéler le contenu de cette conversation.

Macron déplore que, alors que la France discute de la mémoire de la guerre et de l’occupation de l’Algérie sans cacher ses crimes sous le tapis, en Algérie « l’histoire officielle (…) est complètement réécrite » et basée sur la « haine de la France » qui prévaut. . « Je ne parle pas de la société algérienne en profondeur », a-t-il expliqué, « mais du système politico-militaire qui s’est construit sur ces revenus de mémoire ».

Le président français a remis en question l’existence de l’Algérie en tant qu’État avant la domination coloniale française en 1830. Et il a pointé du doigt la propagande turque dans la « réécriture » de l’Histoire. « Je suis fasciné par la capacité de la Turquie à faire oublier son rôle en Algérie et sa domination là-bas. Et expliquant que les seuls envahisseurs, c’est nous qui sommes grands », a-t-il déclaré, faisant référence au contrôle du territoire par l’Empire ottoman entre 1516 et 1830. Les Algériens le croient.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook vous Indonésie, o fr notre newsletter hebdomadaire.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.