Daniel Martínez est le plus photogénique de Zamudia

Le début à Gasteiz avait une touche festive et liturgique de grands moments. visiter Christian Prudhommedirecteur du Tour de France, au coeur d’Itzulie a souligné le coup de coeur, l’idylle, entre Grande boucle et Euskal Herria, tous deux partenaires de la grande fête jaune en 2023. Puis, le 1er juillet, le Tour se tiendra à Bilbao, touchera Gasteiza, caressera Donosti, embrassera Amorebiet et se répandra dans les innombrables coins de l’Euskadi. Les artères du cyclisme suscitent l’excitation. Un été inoubliable. Considéré comme un amateur plutôt que comme le directeur de la plus grande course de la planète, Prudhomme a apprécié le passage qui reliait la capitale Euskadi, qui a découvert le parcours du Tour Basque, avec Zamudio, où il a choisi il y a des années la modernité et l’avenir à travers le Parc Technologique. Technologie de revêtement photo de pointe résolu une fin très serrée.

Daniel Martinez il portait la meilleure pose de Zamudia. AlaphilippeDeuxièmement, il grimaçait. Le même sentiment qu’il avait à Amurria. Le Colombien s’est étiré plus qu’un champion du monde, encore une fois avec l’amertume d’une défaite avec un bonbon amer à la fin. Sa joie a été étouffée par le tube que le Colombien avait gardé. UNE journée Bacano arrêter etl. Le sprint lui a valu une nette victoire. L’explosif Daniel Martínez n’a pas pu se décourager. Il aime la poudre à canon. « Jusqu’à ce que mes jambes explosent », dit-il. Il a explosé de joie à Alaphilippe. Roglić ils ont également été mesurés, mais leur turbo manquait un peu de puissance. Pelo Bilbao jumelé avec le slovaque. Itzulia est une question de centimètres et de clics de secondes. Même par foi.

L’avenir, une idée qui était à l’horizon des siècles et qui demandait du courage, du courage et de la passion, car c’était un voyage dans l’inconnu, appelle les cyclistes, les gens qui regardent vers l’avenir. Les évasions représentent un désir de creuser dans l’incertitude, comme des punks de l’asphalte reniflant le vent pour trouver la terre promise. Les quatorze se sont lancés dans une aventure qui a commencé vers la côte de Biscaye. des types comme Mikel Iturria, Óscar Rodríguez, Geraint Thomas, Ruben Guerrero, Armirail, Grmay, Lafay ou Cristian Rodríguez ils appartenaient à une expédition partie peu de temps après que Prudhomme eut été reçu avec les honneurs à la tête de l’État.

BONNE FUITE

Rodriguez et Iturria, qui avait un passé commun avec Euskadi Murias, l’équipe qui tenait le flambeau du cyclisme basque lors de l’extinction de la flamme Euskaltel-Euskadi, attendait un jour de gloire comme pour la Vuelta et l’Espagne. Jours heureux. Rodríguez a remporté un Oscar pour une performance inoubliable à La Camperona. Extase. Iturria a profité de la gloire d’Urdax lors d’une journée spéciale, le peloton suspendu à ses pieds. Iturria a cultivé la terre et recueilli son meilleur triomphe. Urnietarra, l’une des bannières d’Euskaltel-Euskadi, voulait faire signe à l’équipe où se déroulait la finale.

Les réfugiés, la réunion de l’ONU, compris avec une expression d’effort. Le Jumbo de Roglic a été installé dans la tour de contrôle dans un arrangement qui démange, toujours prêt à se fendre les jambes et à réchauffer les poumons. Le Slovène s’est peu transformé après le tête-à-queue de la veille. Roglic est difficile à craquer. Il résiste aux grimaces et à l’histoire. Il a dit qu’il avait été fatigué la veille. Il ne saura jamais s’il a joué au poker. AVEC Vinggaard ils ont partagé un side-car, ignorant l’agitation, se sont installés dans fainéant sur la corde côtière. Ils répétaient des plans pour une tournée à partir d’un hélicoptère. San Juan de Gaztelugatxe, également pictural, célèbre et photogénique, beauté Stendahliana, opinions recréées. Prudhomme a pu vérifier sa physionomie dans un tir à 360º. Habillage de la tournée. Le premier recueil.

LAFAY ESSAIE JUSQU’AU BOUT

Tsgabu Grmay a décidé de quitter la compagnie du reste des réfugiés. Marathonien. Éthiopien. Je préférerais être seul. Devant Urruztimende, Ineos et Bahreïn de Pello Bilbao ont entamé un cortège. Chaque punaise sur le chemin mettait le peloton en garde et provoquait de l’anxiété. Le jumbo a tenu la montée. Vingeard en commanda et plus encore. Evenepoel et Alaphilippe, unis. Les yachts avec un maillot ouvert demandent de l’air. Roglic, stupide. Pas besoin d’ouvrir la bouche. Thomas, Guerrero, Armirail et Lafay ils ont enlevé Grmay, une cravate froissée et suffocante à la montée. Sur les côtés des poils de pin en excès, au sol, s’établit une sorte de montée. Le quatuor a eu près de deux minutes pour traîner sur le port. Le loyer s’est estompé. Óscar Rodríguez est resté dans les limbes, dans le no man’s land. Pour une durée indéterminée, Iturria, Formolo et Vansevenant se sont retrouvés sur un air où la victoire a trébuché osé.

La pépinière a présenté son nouveau visage, l’inconnu, la pente sans trace ou la trace précédente. Découvrir. Lafay n’a pas duré longtemps et s’est présenté en fuite. Iturria n’a pas pu résister. Il haussa les épaules. Higuita, de dos, revenait au chagrin. Le Colombien, repenti depuis le début d’Itzulia, n’a pas eu un jour Bacano. Roglic, qui était recouvert d’émail conformiste à Aiar, a enlevé la rouille d’en haut. a élevé Daniel Martinez. Roglic lui a refusé. Brambilli, fluctuant, a accordé la permission, mais elle s’est éteinte comme une bougie sans oxygène. Lafay sacré devant Thomas, Guerreir et Armirail. Evenepoel s’est frayé un chemin à travers un style aussi dur. Puis Alaphilippe a atteint le goutte-à-goutte. Le français est comme l’eau, il trouve toujours un chemin alternatif. Martinez lui tapota l’épaule. Vingaard, la pieuvre de Roglic, a répondu. Le chef n’a même pas cligné des yeux. Le reste l’obligea à se déplacer pour recoudre une petite plaie sur le plateau.

SPRINTEZ JUSQU’À LA LIMITE

Descente vers Larrabetz, où il est né Jésus Loron, l’une des plus importantes de l’histoire du cyclisme basque, a attisé l’incendie. Le feu de la vanité. Alaphilippe, un baril de poussière agité, grommela. Evenepoel aussi. Roglic a suivi. Il a ordonné un arrêt. Il a menotté un groupe de favoris. Lafay a poursuivi son combat particulier, seul. Il ne voulait attendre personne. J’étais pressé. Le quatuor qui le poursuivait était sans vie, dans les poches des sénateurs et de leurs collaborateurs. Lafay s’est battu contre les Émirats arabes unis, qui disposaient de cinq outils d’éjection Diego Ulissi. La persécution a été pressée. Le dernier coup d’Hitchcock. 1000 mètres restaient et Lafay restait sans perspective. Réalisé. Daniel Martinez a montré ses griffes sur le pouce dans le parc technologique. Le Colombien a vaincu Alaphilippea par un tubulaire. Ajustement photographique. Daniel Martínez est le plus photogénique.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.