David Sassoli décède – Il Post

David Sassoli, président du Parlement européen en exercice, ancien journaliste et pendant de nombreuses années le très populaire présentateur de Tg1, est décédé dans la nuit de lundi à mardi. Il a 65 ans. Il a récemment eu des problèmes de santé et depuis fin décembre, il est hospitalisé en raison d’un système immunitaire affaibli.

Sassoli est né en 1956 à Florence mais a grandi à Rome. Avant d’entrer en politique, il a travaillé comme journaliste pendant plus de vingt ans : d’abord pour Jour puis à Tg3 et Tg1, où il a été directeur adjoint entre 2006 et 2009. Sassoli a notamment dirigé Tg1 à 20 ans, longtemps le journal télévisé le plus populaire d’Italie. Le voilà par exemple donner des nouvelles sur la condamnation à mort du dictateur irakien Saddam Hussein, donnée Tg1 dans l’édition extraordinaire ; il était aussi là quand Fiorello a pris d’assaut Tg1 à 20h promouvoir l’un des événements.

Sassoli a quitté la RAI en 2009 pour se présenter au Parlement européen avec le Parti démocrate : il a été élu avec un nombre très élevé de préférences, environ 412 000. Il a ensuite été réélu en 2014 et 2019. Il a également tenté, entre autres, de briguer la mairie de Rome : en 2013, il a terminé deuxième des primaires du parti devant Ignazio Marino et devant Paolo Gentiloni.

Au Parlement européen, Sassoli est principalement impliqué dans des activités institutionnelles : de 2014 à 2019, il a été l’un des vice-présidents de classe, et en 2019 il a été élu président pour la première partie de la nouvelle législature. Dans les interviews et les déclarations de ces dernières années, Sassoli a souvent souligné la centralité du Parlement européen par rapport aux autres organes communautaires : il a également longuement parlé dans ses discours d’investiture.

Le mandat de Sassoli en tant que président du Parlement – un poste qui n’a pourtant pas une très grande marge pour conditionner l’agenda européen – a été fortement impacté par la pandémie de coronavirus. Sous Sassoli, cependant, le Parlement était l’une des institutions les plus rapides à s’adapter aux nouvelles conditions.

Déjà le 20 mars, au début de la première vague, Sassoli avait décidé d’annuler la prochaine session plénière – c’était la seule occasion où les députés étaient dans la même salle, qui se tient habituellement une fois par mois à Strasbourg, en France – et a mis en place des mesures envisagées pour le vote par procédure électronique, via internet. « La démocratie ne peut pas être suspendue pendant une crise aussi dramatique », a déclaré Sassoli, dans un discours d’ouverture de la session tenue dans une salle à Bruxelles, en Belgique : « en tant que législateurs, nous avons les moyens, la possibilité et l’obligation d’être utiles ». Dans les mois qui ont suivi, le Parlement a perfectionné la procédure de vote à distance et fonctionne aujourd’hui régulièrement en mode mixte.

Sassoli est aussi l’un des plus hauts responsables européens révélés par le Parti socialiste européen, principal parti progressiste qui regroupe divers partis nationaux de centre-gauche : il a longtemps soutenu le transfert de souveraineté progressiste aux institutions européennes par les États nationaux, une plus grande l’acceptation des migrants et des demandeurs d’asile dans les pays européens et une approche plus stricte des violations de l’État de droit par les gouvernements d’Europe de l’Est.

Son mandat expirera à la mi-janvier, lorsque le Parlement élira son successeur. Ces derniers mois, Sassoli a timidement tenté de comprendre s’il était possible d’être réélu pour un second mandat, mais il a annoncé mi-décembre avoir rejeté l’hypothèse : « Le front pro-européen risque de se scinder, contre mon histoire. , notre foi, notre combat. Je ne peux pas le permettre », a-t-il écrit sur Twitter.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.