« Des aides de l’État pour les entreprises les plus exposées »

« Les sanctions sévères que l’Union européenne adopte contre la Russie contribuent à garantir la sécurité des pays de l’Union, dont le nôtre, et à affirmer les valeurs sur lesquelles l’Europe est fondée : la liberté des nations pour l’autodétermination, le respect pour la souveraineté territoriale d’autrui, le respect de l’État de droit. Le prix de ce choix politique cependant, il ne devrait pas être facturé aux entreprises individuelles qui sont exposés à deux pays en conflit. Il faut donc concevoir une série d’aides ciblées. » Mattia Panazzolo, directeur du Cna Treviso, l’a dit mardi 8 mars.

Et donner

Trévise est la cinquième province italienne pour les exportations vers la Russie. En 2019, les biens et services ont été exportés pour 342 millions d’euros, soit 2,5% des exportations provinciales. Chiffre d’affaires, qui a augmenté de 16,7% en dix ans. Près de 60 % des exportations vers la Russie en 2019 étaient des machines (26 %), des appareils électroménagers (20 %), des meubles (13 %). En 2019, nous avons importé des biens d’une valeur de 14 millions d’euros de Russie, soit 0,2 % des importations provinciales. Il s’agit principalement du bois (40%), de la chimie, de la pharmacie, des fibres synthétiques (24%). Quelques précisions : si les exportations italiennes vers la Russie s’élevaient à 8 milliards d’euros en 2019, les investissements directs dans ce pays au niveau national s’élèvent à 12 milliards d’euros et comptent 440 filiales, qui réalisent un chiffre d’affaires moyen de 7,5 milliards par an et 38 000 salariés. Autre aspect mis en lumière par la crise russo-ukrainienne, le coût de l’énergie, qui pénalise depuis plusieurs mois les entreprises de tous les secteurs, mais menace aujourd’hui réellement de détruire toute capacité de production des entreprises. L’Europe, et notre pays en particulier, risque de payer le prix fort de la crise internationale en cours. Une étude internationale (Citigroup) prévoyait une nouvelle hausse de 20 % des prix de l’énergie en Europe dans les premiers jours de la guerre par rapport à janvier 2022, des prix qui étaient déjà quatre fois plus élevés qu’en 2021.

Commenter

« Les exportations vers la Russie sont encore assez faibles pour notre province et encore plus pour la Vénétie (2%) et l’Italie (1,6%), par rapport, par exemple, à la France et à l’Allemagne. Cependant, il n’a cessé de croître depuis des décennies. Cependant, de nombreuses entreprises, y compris locales, ont des stocks importants d’investissements directs étrangers en Russie, notamment parce que la politique a encouragé le commerce avec le pays ces dernières années, poursuit Panazzolo. La situation de guerre dramatique et les sanctions qui en découlent peuvent porter gravement préjudice à certaines de nos entreprises, qui seraient désavantagées dans la concurrence internationale. D’où la nécessité d’une intervention ciblée de soutien public. Il faut agir très vite et en même temps réévaluer notre mix énergétique. L’Union européenne importe actuellement 40 % de son gaz de Russie, contre 27 % en 2014 pendant la guerre de Crimée. L’Allemagne est certes plus dépendante que nous avec 55%, mais l’Italie avec 43% est au-dessus de la moyenne européenne. Ce qui nous met en difficulté en tant que pays plus que d’autres, c’est que nous utilisons plus de 40 % du gaz pour produire de l’électricité (l’Allemagne seulement 16 %). Il est donc essentiel pour la stabilité de notre économie de diversifier immédiatement les approvisionnements énergétiques et de devenir plus indépendants des approvisionnements étrangers, de corriger les erreurs du passé et de soutenir l’expansion de la production dans les entreprises individuelles d’énergie renouvelable. Des dizaines de permis doivent également être délivrés immédiatement pour les installations d’énergie renouvelable qui sont toujours en attente de permis dans les bureaux de l’AP. Pour simplifier les processus, un commissaire à l’énergie devrait être nommé afin que des mesures puissent être prises immédiatement. Selon Cna Treviso, l’Italie, avec l’Europe, devrait également participer à des consortiums et à des entreprises impliquées dans la recherche sur l’énergie nucléaire de nouvelle génération.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.