Des Français qui s’affairent et qui deviennent de plus en plus d’extrême droite

Renouveler: Valérie Pécresse a gagné Primaires républicaines pour la présidentielle : il a remporté 61 % des voix, contre 39 % à son challenger Eric Ciotti.

***

Dans la semaine qui s’achève, le débat politique français a été presque entièrement absorbé par la candidature du polémique de droite Ric Zemmour à la présidence de la République. Au cours des mois précédents, des dizaines d’articles et de commentaires ont tenté de comprendre à quel point sa candidature, qui s’est finalement concrétisée, porterait préjudice à la leader d’extrême droite radicale française Marine Le Pen. Ces derniers jours, cependant, il y a eu des développements qui se sont encore intensifiés : au Parti républicain, le parti de centre-droit le plus populaire, les principaux finalistes – Eric Ciotti et Valérie Pécresse – venaient de l’aile extérieure du parti. Les candidats officiels du parti seront annoncés le samedi 4 décembre.

Aux élections présidentielles, donc, les électeurs français se retrouveront à choisir, du côté droit, entre au moins deux candidats de droite (Zemmour et Le Pen), un ou des candidats de droite (du Parti républicain) et un président républicain. qui Son mandat est de plus en plus à droite, à savoir Emmanuel Macron.

« En France il y a un retour confus de la pensée ultra-nationaliste », il a écrit récemmentÉconomiste dans un article inquiétant sur le ton de la campagne électorale. Et ce sont justement les primaires républicaines qui montrent que les différences d’idées et de valeurs entre les différents candidats sur le terrain s’estompent.

Le parti républicain a longtemps eu la marque d’un parti de centre-droit européen : modérément traditionaliste et libéral en matière économique et civile. Le glissement progressif à droite de l’électorat et du débat public – qui avait différentes raisons, dont le manque d’intégration d’une grande partie de la population française et la désintégration constante de l’image que la France avait jusqu’à il y a des décennies – première désorientation du parti , qui après Nicolas Sarkozy ne s’est plus déclaré président, puis a poussé les dirigeants à adopter une position plus radicale. « Ce pays n’a jamais eu aussi raison », Il admet parler avec Temps financier Valérie Pécresse, l’une des deux candidates finalistes aux primaires républicaines.

Pécresse a 54 ans, il est président de la région Île-de-France et a une longue histoire au sein du parti : il a été collaborateur de Jacques Chirac et a été plusieurs fois ministre auprès de Sarkozy. En 2019, il avait quitté le parti en l’accusant d’aller trop à droite, mais Monde Remarques que Pécresse « n’a jamais vraiment rompu avec son ancien parti », et est même revenu aux primaires en cours avec beaucoup de succès.

Le profil de Pécresse rappelle un peu celui de Michel Barnier, l’ancien négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, qui venait d’être éliminé des primaires républicaines : un leader au profil institutionnel et proche des milieux partisans plus modérés et pragmatiques. Tout comme BarnierCependant, récemment, Pécresse a aussi été de plus en plus projetée à droite.

Pécresse photographié en 2017 au Festival de Cannes (Antony Jones / Getty Images)

Pendant la campagne électorale, Pécresse a fréquemment parlé d’immigration, se qualifiant de « femme d’ordre », et proposant d’abolir l’objectif d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Elle s’est récemment définie « centre de gravité droit » dans des interviews radiophoniques données après avoir atteint la dernière étape du primaire.

Si Pécresse vient de sauter droit, son challenger Eric Ciotti est toujours là. Né à Nice, député depuis 2007, certains journaux le décrivent comme le plus d’extrême droite de toutes les primaires. Il propose de le supprimer droit au sol, c’est la loi traditionnelle sur la citoyenneté, a promis la construction d’un « French Guantanamo », sur le modèle de la prison controversée et contestée que les États-Unis dirigent sur l’île de Cuba, et plus récemment elle dit qui dans la plupart des cas est d’accord avec Zemmour.

(Photo AP / Lionel Cironneau)

A l’avant-dernier tour, Ciotti a obtenu 25,6 % des voix contre 25 % pour Pécresse. En théorie, 140 000 membres du parti pourraient voter aux primaires républicaines : politique Mais écrivez qu’environ la moitié d’entre eux s’étaient officiellement inscrits pour voter, et que « même ceux qui connaissaient le mieux le parti n’avaient aucune idée de la façon dont cela se terminerait ». Les résultats définitifs du scrutin seront annoncés samedi 4 décembre : cependant, il ne fait guère de doute que le candidat officiel du parti orientera sa campagne électorale sur des questions strictement de droite.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.