Diaz nous appelle à élire Macron et à proposer ensuite une alternative progressiste : « La politique du moindre mal mène au désastre »

Dans ce contexte, il a souligné que « la jeunesse française dit à juste titre que la politique du moindre mal mène au désastre » et a partagé une vidéo de son discours hier à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans laquelle il a attiré l’attention sur les conséquences des élections présidentielles. dans La France, où Macron rencontre Marine Le Pen.

La deuxième vice-présidente Yolanda Diaz a souligné que si elle était française, elle élirait l’actuel président français Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle, bien qu’elle avertisse que « la politique du moindre mal mène au désastre ». .

Pour cette raison, le leader de United We Can au sein de l’exécutif a souligné la nécessité de construire une alternative progressiste qui offre un « horizon d’avenir » à « la propagation de la démocratie ».

« Si j’étais français, j’aurais choisi Macron, mais la minute suivante je commencerais à travailler sur un projet avec un horizon pour l’avenir. Il faut une alternative pour répandre la démocratie », a-t-il souligné sur Twitter.

Dans ce contexte, il a souligné que « la jeunesse française dit à juste titre que la politique du moindre mal mène au désastre » et a partagé une vidéo de son discours hier à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans laquelle il a attiré l’attention sur les conséquences des élections présidentielles. dans La France, où Macron rencontre Marine Le Pen.

Lors de son discours, il a affirmé que l’horizon politique de la gauche est la lutte contre la « résignation » à « avoir à choisir entre le mal et le pire ».

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.