Europe : investissements générateurs de récession

BCE vers un bouclier anti-spread
Selon Milan Finanz, la BCE travaille dans ce sens. Le nouveau mécanisme pourrait être un hybride entre PEPP, qui n’a pas prévu de conditions, et Draghi, OMT, qui, à son tour, a également imposé certaines conditions par le biais du MES. En d’autres termes, un plan qui n’est pas trop strict, mais qui est lié, par exemple, à des conditions préexistantes pour NGeu ou au respect des conditions de la Commission européenne. Avec un tel plan inné, il serait certainement plus facile pour la BCE de poursuivre la normalisation monétaire. Bien sûr, il faut s’attaquer aux faucons qui ne conditionneront l’intervention de protection qu’à des situations « réelles » menaçant la voie de l’UE vers la stabilité financière, à l’exclusion des interventions ciblées en faveur d’États individuels. On verra.

La politique monétaire doit convaincre les marchés
Comme nous sommes bien conscients que l’efficacité des interventions de politique monétaire est toujours étroitement liée à la capacité à convaincre les marchés qu’il n’est pas opportun d’attaquer la banque centrale, le plan semble prendre la forme d’une réédition « n’importe quoi ». dans lequel la BCE souligne son engagement envers tous les pays de la zone euro. Enfin, la seule crainte qu’un État membre quitte l’Union (lire le risque de la France après les élections) serait une police d’assurance qui pourrait faire s’effondrer la monnaie unique en ce moment. La création d’un bouclier capable d’agir rapidement dans les situations d’urgence est une bonne nouvelle pour les marchés. Cependant, il est clair que des domaines d’intervention devront bientôt être définis afin de rendre le message de politique monétaire le plus clair possible et d’inciter les spéculateurs à abandonner ou du moins à limiter leur intention.

La BCE a plusieurs munitions
Cependant, les domaines d’intervention de la BCE pour fournir des liquidités au système sont différents et différents, comme le refinancement à plus long terme de la troisième série de TLTRO-III, afin de ne pas entraver la transmission normale de la politique monétaire. Comme annoncé, le Conseil s’attend à ce que les conditions spécifiques du TLTRO-III expirent en juin de cette année. Il évaluera également le calibrage approprié du système de taux d’intérêt de réserve à deux niveaux afin qu’une politique de taux d’intérêt réels négatifs ne limite pas la capacité d’intermédiation des banques dans un contexte d’excès de liquidité.

Investissements dans des entreprises concernées par NGeu
Alors avec toute cette puissance de feu, où vaudrait-il mieux investir ? La réponse est : dans les entreprises les plus impliquées dans les investissements NextGenerationEU, qui font face à une opportunité de développement unique. Ce sont toutes ces entreprises qui opèrent dans le secteur de la numérisation des produits, mais aussi des processus, de la cybersécurité, de la transmission de données sur réseau fixe ou mobile. Mais aussi tous les avant-postes de la Révolution verte, du local au national, sans oublier tous ceux qui opèrent dans les secteurs des infrastructures et de la santé. Le discours vaut pour toutes les bourses européennes, mais la part du lion revient à Piazza Affari : pour donner un exemple, dans le seul secteur de la digitalisation, l’Italie a touché, on l’a vu, 40 milliards d’euros, l’Espagne 24, l’Allemagne 12 et la France. dix.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.