Fernando Snchez Aranaz : « Carlos II n’était pas plus « mauvais » que les autres personnages de son temps, et avec ses succès et ses erreurs il était un bon roi pour la Navarre. »

DIARIO DE NOTICIAS offre à ses lecteurs le volume « Carlos II. de Navarre « , écrit par Fernando Snchez Aranaz

le Roi Carlos II de Navarre, qui est entré dans l’histoire « injustement » avec le surnom « el Malo » étoiles dans le volume biographique de Carlos II. de Navarre. Un roi qui pourrait gouverner l’Europe a été écrit par Fernando Sánchez Aranaz et édité par Mintzo. DIARIO DE NOTICIAS propose à ses lecteurs cet exemplaire en action 11,95 euros + un exemplaire du journal –10,95 euros pour les abonnés–.

La publication traite de la figure de Carlos II. d’un point de vue biographique et historique. Comment présenteriez-vous brièvement ce roi ?

-Carlos de Évreux m’a fasciné plus qu’homme que roi. En tant que roi à l’époque où il a vécu, nous pouvons juger de ses succès et de ses erreurs, mais je pense qu’il était un bon roi pour la Navarre à son époque et, à mon avis, un homme bon. C’était un seigneur féodal normand, petit-fils du roi de France, fils de la reine de Navarre, élevé comme roi de Navarre à l’âge de 18 ans. Il n’a pas choisi d’être roi, bien qu’il ne s’y soit pas refusé, et de plus, il aimerait être roi de France, dont il aurait hérité des droits s’il n’y avait pas la loi salique, qui empêchait les femmes au gouvernement dans France, mais aussi pour les femmes de transmettre des héritages. J’ai été fasciné par le personnage en 2012 dans le cadre des célébrations du 30e anniversaire de la découverte des peintures dans l’église d’Alaitz à Llanade de Álava. Ces peintures ont été créées en 1367 par des guerriers anglais d’Edward of Woodstock Prince Noir, héritier du trône d’Angleterre et duc d’Aquitaine, allié du roi Pedro I de Castille, pour regagner son trône, qui lui a été enlevé par Enrique de Trastamara, le fils bâtard de son père, le roi Alphonse XI de Castille. Carlos II. a promis son soutien en échange du retour des territoires occidentaux de Navarre, qui ont été conquis en 1200 par le roi Alphonse VIII de Castille. Pour moi, comme Navarro d’Álava, le fait que Carlos de Évreux ait œuvré pour unir les pays de Navarre m’a semblé digne d’éloges, même si le résultat de ses efforts était ce qu’il était.

Pourquoi est-il entré dans l’histoire avec le surnom de « le méchant » ?

– Surnommé l’historien castillan du XVIe siècle Diego Ramirez de Ávalos dans son ouvrage Chronique des très grands rois de Navarre, publié en 1534. Le guipuzcoen Esteban de Garibay s’en fait également l’écho, et les historiens français de l’époque l’accueillent avec enthousiasme dans le cadre de l’éloge de la dynastie des Valois, aux basses heures de cette époque, en fait du dernier Valois, Enrique III. serait remplacé en 1589 par Enrique de Bourbon, roi de Navarre, paradoxes de l’histoire. Les historiens navarrais du XVIIe siècle comme Arnaud Ohienart et José Moret ne mentionnent pas cet adjectif. Ce Ramirez de Ávalos était un descendant de Juan Ramírez de Arellano, qui a rejoint le service d’Enrique de Trastámar, pour qui il a acquis le domaine de Cameros.

Si, comme l’indique le livre, « l’historiographie officielle est écrite par les lauréats et doit donc être révisée et réécrite », quelle nouvelle cette publication révèle-t-elle ?

-Il est possible que la nouveauté ne soit pas dans l’histoire, mais dans le point de vue. Autrement dit, Charles II. est entré dans l’histoire comme « Mal », tout comme son beau-père, le roi Jean II de France, comme « Bon » et Pedro I en son temps s’appelait « Justice » est venu à nous comme « Cruel ». Si nous sommes un peu impartiaux, nous verrons que Carlos II. il n’était pas plus « mauvais » que les autres personnages de son temps, on pourrait même s’apercevoir qu’il n’était pas pire que ses collègues actuels et qu’il était avec toutes les particularités de sa vie. aussi une bonne personne .. Il s’agit simplement de raconter les événements tels qu’ils se sont produits, sans intention de justifier d’autres événements ou d’autres personnages.

Le travail sur la documentation a dû être long et approfondi. Avec quelles ressources avez-vous travaillé ?

-Biographie de Carlos II. ce n’est pas beaucoup. Il y a le travail de Bruno Ramírez de Palacios et le travail de Luis Miguel Villar, puis des travaux plus généraux en espagnol et en français, qui traitent du personnage et divers recueils documentaires qui mentionnent et réfléchissent sur les événements de son gouvernement.

Le sous-titre du livre est Carlos II. Navarre en tant que « roi qui pourrait gouverner l’Europe ». Pourquoi ne l’as-tu pas fait ?

-Parce qu’il a perdu toutes les guerres dans lesquelles il a été impliqué. A un moment, les Parisiens le reconnurent comme Roi de France, il s’entendit avec le Roi d’Angleterre pour diviser la France… Il y a des faits qui peuvent parfois sembler anodins, mais selon qu’il tombe pile ou face, l’histoire change. Que serait-il arrivé si Pedro Ier n’avait pas été assassiné à Montiel par son frère Bâtard, Enrique de Trastamara ?

En quoi cela a-t-il marqué l’avenir de la Navarre ?

–La Navarre, grâce au soutien de Pierre Ier de Castille, retrouve ses territoires occidentaux conquis par la Castille en 1200. À partir de 1371, Enrique de Trastámara les conquiert, puis attaque la Navarre et crée une ligne de villes au sud contrôlées par les Castillans.

Comme vous l’avez dit, Charles d’Évreux – plus tard connu sous le nom de Charles II. Navarre – a commencé son règne en 1350, quand il avait 18 ans. Comment s’est passée votre entrée en Navarre et comment les Navarrais vous ont-ils reçu en premier lieu ?

– Son arrivée en Navarre a été catastrophique, pour le décrire. Comme il était de coutume, lorsque Fuero jura, l’exigence fondamentale pour qu’il soit roi de Navarre était de frapper des pièces de monnaie, c’est-à-dire de frapper une nouvelle monnaie, mais sa dévaluation fut si importante qu’elle provoqua une protestation de Navarre, qui, comme d’habitude, y organisent des réunions, que le nouveau roi, ignorant le comportement de Navarro et ses conseillers français méconnaissent, répriment sévèrement. Leurs chefs furent arrêtés et quatre d’entre eux pendus au pont de Miluze, puis Carlos retourna en France pour se battre pour ses biens dans ce royaume.

Comment la Navarre a-t-elle alors été découverte ?

– La Navarre est entrée dans la sphère française au 14ème siècle avec le mariage de sa reine Juan Ier avec le roi Philippe IV de France, a eu des rois et des administrateurs français entre 1274 et 1349, et les événements ont été aussi significatifs et symboliques que la destruction du Burgo de la Navarrería de Pampelune en 1237. En 1337, la guerre de Cent Ans éclata, initialement entre la France et l’Angleterre, qui eut cependant des conséquences pour les royaumes péninsulaires. En 1347, la peste noire atteint l’Europe, la Navarre n’est pas épargnée et perd près de la moitié de sa population. On peut imaginer la situation que Charles d’Évreux trouva en 1350.

Dans un premier temps, ses intérêts en France ont conduit Charles d’Évreux à reporter la Navarre jusqu’à ce qu’en 1365, en vertu du traité de Saint-Dennis, il renonce à sa prétention à la couronne française. Ce qui conduisit Charles d’Évreux à mettre fin à ses efforts pour la couronne de France et à se concentrer sur les affaires de son royaume, devenant exclusivement Charles II. Navarre ?

– Fait accompli. Son intérêt à conserver la propriété en Normandie et dans d’autres parties de la France, lorsque ses aspirations à la couronne française sont fermées, s’explique non seulement par sa mentalité féodale mais aussi par la nécessité d’utiliser les recettes fiscales qu’il a reçues. Il a assuré leur domination française lors de la restauration du royaume de Navarre.

Comme indiqué dans l’un des chapitres, en 1378 Navarre fut « humiliée, mains et pieds liés », tandis que Charles II. de Navarre, il était seul et avec son héritier emprisonné en France. Comment cette situation est-elle arrivée ?

– A la base parce qu’après la guerre civile en Castille, qui débuta avec la victoire de Pedro I et de ses alliés en 1367, Eduardo de Woodstock se retira en Aquitaine dans les champs entre Navarre et Najera et puisqu’il n’obtint pas ce que Pedro avait promis de soutenir quand Enrique de Trasatámara, avec l’aide du roi de France et d’Aragon, retourne au combat. De cette façon, la Navarre s’est retrouvée sans alliés après l’assassinat de Pedro I. Par conséquent, il est indiqué qu’en 1378, Navarre a été « humilié, lié par les mains et les pieds », tandis que Carlos II. de Navarre, il était seul et son héritier a été emprisonné en France parce que le roi de France, son oncle Carlos V, l’a pris en otage. quand il est allé négocier avec lui.

Et quelles mesures et décisions Carlos II a-t-il prises dans cette phase difficile pour la Navarre pour tenter de restaurer et de réélever le royaume ?

-A cette époque, avec son royaume dans des conditions de difficultés économiques et sans moyens militaires, Carlos II ne l’a pas fait. une autre façon de s’entendre avec les Castillans. En effet, son héritier, le futur Carlos III, épousa Leonor, la fille d’Enrique de Trastámar, en 1375. Les relations avec son beau-frère, le roi Juan Ier de Castille, en 1379 étaient bonnes, donc une période d’alliance avec la Castille commença, ce qui permit à la fois à Carlos et à son fils Carlos III pendant le reste du règne. créer une politique en phase avec les réalités navarraises, tant sur le plan politique qu’économique. Bref, Charles II. jusqu’à sa mort en 1387, il put se consacrer à la restauration de la vitalité du royaume, dans laquelle il fut assez efficace.

Carlos II. il mourut à Pampelune le 1er janvier 1387. Quelles théories existent sur sa mort et lesquelles selon vous sont vraies ?

-Comme prévu, les chroniqueurs français et castillans ont développé des spéculations fantastiques sur les causes de la mort de Carlos II. Bien que la cause exacte de sa mort ne soit pas connue, la documentation prouve que ses médecins ont obtenu des médicaments destinés à soulager les problèmes digestifs. Charles II il avait 54 ans au moment de son décès.

Carlos II. il signe de son vivant des testaments dans lesquels il demande que son cœur soit placé dans la collégiale de Roncevaux ou dans des villas normandes à Valognes ou à Évreux. Selon vous, qu’est-ce qui vous amènerait à modifier votre testament et à demander que votre cœur soit entreposé dans l’église de Santa María de Uxue, la ville où il est toujours entreposé ?

-On peut penser qu’après le focus définitif sur la Navarre, tu étais Carlos II. conscient que c’est sa vraie patrie, à laquelle il doit tout son dévouement. À ce stade de sa vie, il avait une relation spéciale avec Uxue, où il voulait démarrer une université, ce qui ne s’est jamais réalisé.

« Le fait qu’il ait travaillé pour unir les pays de Navarre est louable, même si le résultat a été ce qu’il était. »

« Que serait-il advenu du règne de Carlos II si Pedro Ier n’avait pas assassiné Enrique de Trastámar ?

« Après que Carlos II se soit définitivement concentré sur la Navarre, il a su que c’était sa vraie patrie. »

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.