France. Défaite du président Macron | UE-Pologne-Allemagne – Actualité polonaise | DW

Pour le président de la France, le second tour des élections législatives s’est avéré être un échec cuisant. Il est vrai qu’en avril il a été réélu à une majorité décente, aujourd’hui les Français lui ont refusé la majorité à l’Assemblée nationale nécessaire à l’exercice confortable du pouvoir. Son groupe politique, composé d’anciens socialistes et conservateurs, rebaptisé récemment la « Renaissance », a connu une véritable tragédie plutôt qu’une renaissance.

Parlement divisé et aversion pour la politique

Le résultat peut-être le plus choquant de l’élection de la nuit a été le nombre de personnes qui n’ont pas voté : 54 % des Français, notamment les plus jeunes et les plus modestes, ont refusé de se rendre aux urnes au second tour des élections. C’était deux points de pourcentage de plus qu’au premier tour.

Déjà lors des élections présidentielles de printemps, beaucoup a été dit et écrit sur la fatigue politique française et la frustration vis-à-vis de l’establishment politique à Paris. Les résultats actuels des élections législatives confirment ces opinions et analyses et contiennent indirectement le postulat de réformes fondamentales du système électrique français.

Jean-Luc Mélenchon s’exprimant après l’annonce des résultats des élections

Ceux qui ont décidé d’aller aux urnes ont voté pour qu’aucun des blocs politiques ne soit même près de remporter la majorité. Le leader de la nouvelle gauche unie, Jean-Luc Mélenchon, a annoncé sa candidature au nouveau Premier ministre pendant la campagne électorale. Avec environ 130 sièges, son alliance sera désormais la deuxième faction la plus forte à l’Assemblée nationale, mais elle n’aura aucune chance de former un gouvernement.

Ces dernières semaines, le fervent de gauche Mélenchon a soutenu à plusieurs reprises que Macron avait plongé le pays dans le chaos et l’avait plongé dans « l’abîme de l’enfer social ». Il est vrai qu’une telle rhétorique lui a donné un bon résultat et obtenu de nombreux suffrages de la part de jeunes électeurs qui n’y voyaient aucune chance d’ascension sociale, mais ne lui a pas garanti la majorité parlementaire souhaitée.

Président minoritaire et accord tacite

De l’autre côté du spectre partisan, l’extrême droite Marine Le Pen a très bien réussi. Il parvient à décupler le nombre de ses députés et obtient le statut de troisième plus grand club de députés à l’Assemblée nationale. Cela augmentera considérablement l’influence politique de Le Pen, mais d’un autre côté, une sorte de « cordon sanitaire » sera toujours en place, à savoir un accord silencieux des autres groupes politiques de ne mener aucune coopération avec leur Union nationale.

Élections législatives en France

Marine Le Pen s’adresse aux journalistes pendant la campagne électorale

« Ce soir, les Français ont pris leur destin en main et ont fait d’Emmanuel Macron un président minoritaire », s’est réjouie Marine Le Pen. Qui est responsable d’un tel résultat électoral ne sera démontré que par des analyses qui montrent les changements dans les votes des électeurs pour différents partis.

Les conservateurs, c’est-à-dire les républicains en coalition avec l’Union des démocrates et des indépendants (UDI), se sont retrouvés avec une quatrième place insatisfaisante. Déjà lors de l’élection présidentielle, sa candidate Rachida Dati a essuyé une cuisante défaite, obtenant moins de cinq pour cent des voix. Toutes les tentatives de relance du parti traditionnel au pouvoir en France ont jusqu’à présent échoué.

Choc au camp de Macron

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a évoqué une « révolution démocratique » mais espère toutefois que le camp de Macron pourra encore gouverner.

La Première ministre Elisabeth Borne a également évoqué une « défaite pour le pays » face aux défis actuels et graves sur la scène internationale, mais a promis qu’elle « tenterait de former une majorité », car il fallait chercher des compromis et travailler sur dialogue entre les différentes orientations politiques . Dans le même temps, il a assuré que son gouvernement continuerait à défendre le pouvoir d’achat français contre l’inflation et que la protection de l’environnement deviendrait la tâche politique la plus importante. En fait, tout cela sonne comme une invitation aux forces de gauche.

Les prévisions pré-électorales n’ont pas été confirmées. Quand on croyait encore que – d’après les résultats des sondages – le parti présidentiel ne contesterait qu’une dizaine de sièges à l’Assemblée nationale pour obtenir la majorité absolue, ceux-ci seraient obtenus d’anciens socialistes et conservateurs. Les coalitions gouvernementales permanentes ont jusqu’à présent été étrangères à la politique française. Pourtant, hier soir (19/06/2022), lors d’émissions télévisées post-électorales, les résultats du second tour des élections législatives ont été présentés à plusieurs reprises comme un appel à développer l’imaginaire politique et à prendre l’Allemagne comme modèle.

En pratique, cependant, seuls les conservateurs peuvent être considérés comme des partenaires de la coalition de Macron. Après un autre faible résultat aux élections républicaines, leur chef Christian Jacob s’est dit « contre Macron », et son parti l’a vu de cette façon aussi. Cela signifie soit que Jacob veut vendre cher ses votes, soit qu’il craint que les conservateurs restants ne se tournent vers le camp politique centriste du président français.

presque tous perdus

Un tel résultat des élections législatives dans l’histoire moderne de la France n’a pas encore été. Le président Jacques Chirac a perdu sa majorité parlementaire pour la dernière fois en 1997, ce qui l’a contraint à vivre avec les socialistes. À l’époque pourtant, les socialistes et les communistes constituaient la majorité des députés, ce qui leur permettait de briguer le poste de Premier ministre et de neutraliser largement le président conservateur.

Actuellement, l’Assemblée nationale française compte quatre camps politiques assez incompatibles, rendant une coopération constructive entre eux peu probable ou du moins difficile. Le président Macron et son gouvernement peuvent, certes, rester en fonction car ils n’ont pas besoin d’être approuvés par le parlement. Cependant, sans partenaire de coalition permanent, ils devraient de toute façon remporter le plus de voix à l’Assemblée nationale pour leurs projets. L’adoption de tout budget de l’État deviendrait alors une sorte de danse de la corde, ce qui, à long terme, est presque impossible à maintenir.

Les analystes qui avaient prédit que le camp de Macron et la gauche gagneraient beaucoup plus de voix ont également perdu lors des élections législatives françaises.

Élections législatives en France

Mauvaises mines dans le camp de Macron

Matthieu Doiret du sondeur Ipsos a déclaré à France 24 que tous sauf l’extrême droite avaient perdu aux élections. Cependant, elle et la Gauche unie disent maintenant que leur objectif est de priver Macron d’une majorité au parlement. La semaine dernière, le président a exhorté les électeurs à ne pas ajouter à l’agitation sur la scène internationale et à ajouter plus de chaos, mais la demande est apparemment restée lettre morte.

– Le résultat de l’élection pourrait être ce que les électeurs voulaient – a expliqué l’expert. Dans un nouveau sondage, 38% des Français étaient favorables à une politique très à gauche, 38% étaient favorables au maintien de la direction actuelle et seulement 25% étaient favorables à un virage à droite. Cependant, ironie du sort, Emmanuel Macron pourrait être contraint de passer à droite après ce résultat électoral, estiment les analystes.

Il est maintenant clair que l’élan politique de Macron jusqu’à présent et sa certitude antérieure de victoire ont été brisés. Après cinq ans de régime indépendant, il doit se chercher lui-même des partenaires politiques, ce qui n’était pas l’un de ses points forts jusqu’à présent. Il est peu probable qu’il soit en mesure de faire des réformes majeures dans les circonstances actuelles, et s’il parvient à survivre encore cinq ans au pouvoir, elles seront beaucoup plus difficiles que son premier mandat.

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook ! >>

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.