France : L’ultime bataille de Marine Le Pen | International

Marine Le Pen, leader de l’extrême droite française, n’a pas perdu des mois de confinement à cause de la pandémie. Il a obtenu un diplôme en élevage félin, sa passion. Il y a plusieurs années, il l’avait prévenue dans les journaux Parisiens: « Je peux tout quitter, faire autre chose, élever un chat par exemple. »

Plus d’informations

Des nouvelles à propos de votre nouveau diplôme ouvre de nouvelles interrogations sur l’avenir d’une femme qui a marqué la politique française pendant deux décennies. Le président du Rassemblement national (RN) se prépare-t-il à une vie hors politique ? Est-ce difficile pour vous de tenter à nouveau, pour la troisième fois, de remporter la présidence française ? La récente défaite de votre parti aux élections régionales a-t-elle été un revers qui a semé le désespoir parmi vos partisans ?

La réponse courte est non ». Son parti, le Regroupement national, le confirmera ce week-end à Perpignan comme candidat à la présidentielle du printemps prochain. Peut-être s’agissait-il de sa dernière et dernière tentative pour conquérir le palais de l’Elysée, peut-être du point final de sa carrière, ou de son ordination.

Le Pen (Neuilly-sur-Seine, 52) attrape bientôt le virus politique. Son père était Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national et figure historique d’extrême droite qui a nourri les rangs de ses anciens collaborateurs de l’Allemagne nazie et des souvenirs de l’Algérie française.

Chez nous, la politique est comprise comme un sport martial. Quand il avait huit ans, Le Pen a fait attaquer leur appartement dans le quinzième arrondissement de Paris. Être la fille de Jean-Marie Le Pen a marqué. Marine Le Pen passera la moitié de sa vie riche dans des soirées appartenant à l’entreprise familiale et l’autre moitié à essayer de se démarquer d’une marque qui était proche d’être un stigmate.

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toutes les actualités et une lecture illimitée.

client

A Perpignan, la délégation RN va le réélire à la présidence du parti, même s’il envisage de démissionner prochainement pour lancer la campagne présidentielle non pas en tant que candidat d’un parti, mais de toute la France.

Le Pen nommera un président par intérim qui lui succèdera pendant qu’il se consacrera à la lutte pour la présidence. Il y a deux prétendants, quelle que soit la décision, tous resteront plus ou moins dans la famille.

L’un d’eux est Jordan Bardella, l’enfant prodige de l’extrême droite. Bardella, 25 ans, est une législatrice et la petite amie du neveu de Le Pen. Un autre candidat est Louis Aliot, le dirigeant expérimenté de 51 ans, maire de Perpignan depuis 2020 et ancienne compagne de Le Pen.

La capitale provinciale des Pyrénées Orientales, qui borde l’Espagne, est pour le RN une vitrine de ses efforts pour polir son image de parti extrémiste, attirer des électeurs plus modérés et dissiper les craintes des citoyens qui craignent le pouvoir d’un parti autoritaire et radical profondément enraciné. traditions.

Dans sa mairie, Aliot a évalué les perspectives de l’élection présidentielle de 2022 : « Tout peut arriver dans la situation en France aujourd’hui. A nous de convaincre et de convaincre la majorité des Français de toutes conditions et de toutes origines. Je ne dis pas que c’est gagné ou facile, mais je pense que c’est possible ».

Débat de retrait

Il y a des réponses plus complexes aux questions sur les perspectives électorales de Le Pen et son désir de continuer. Elle sera présentée, oui, mais, selon les sondages d’opinion, l’issue la plus probable est la défaite devant le président, Emmanuel Macron, ou un autre candidat. Et cela donne lieu à un débat sur les retraits.

Dans un café de Perpignan, l’historien Nicolas Lebourg, spécialiste de l’extrême droite, observe : « Il était clair qu’il ne l’aimait plus. Il avait perdu à la fois sa volonté et sa puissance de combat. Et aussi aucun goût dans l’opinion publique. Quelque chose s’était cassé entre les deux camps.

Le Pen accusé d’avoir porté des décennies dans l’arène. L’échec récent au niveau régional – son parti aspire à gagner au moins une région et à ne gagner aucune – souligne la difficulté de franchir cette dernière étape vers le pouvoir.

Pour chaque pas que faisait Le Pen, il en faisait un ou plusieurs en arrière. En 2017, il s’est qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle et a obtenu 10,6 millions de voix, un chiffre dont même son père ne pouvait rêver. Mais Macron, après un débat où la mauvaise préparation de Le Pen a fait surface, l’a emporté avec 10 millions de voix supplémentaires grâce à une large coalition d’électeurs – de gauche à droite – unis pour empêcher l’accès de l’extrême droite à l’Elysée. Palais.

Le RN est l’un des principaux partis en France, mais à la fois fragile, sans implantation territoriale, étouffé par les dettes et mis en examen pour utilisation présumée frauduleuse des fonds européens.

Le Pen a commencé, depuis qu’il a pris le contrôle du parti il ​​y a 10 ans, dans le soi-disant processus diabolisation: Il a expulsé son père, coupé de sa rhétorique antisémite et purgé les éléments les plus radicaux. Il a également changé le nom du Front national en RN. Il s’agit de faire sortir le parti du coin du parti ultra qui fait peur à la plupart de la société. Mais aujourd’hui, la crainte de nombreux Français à l’égard du RN n’est plus à cause d’une menace pour la démocratie mais à cause de leur suspicion qu’ils seront incompétents et chaotiques dans la gestion du pays.

Pendant les années de Macron à l’Elysée, Le Pen a rejeté les propositions qui effrayaient les électeurs comme la France de quitter l’Union européenne et l’euro. Il a exprimé sa foi dans les principes de la laïcité, dans les institutions républicaines et dans la figure du général De Gaulle, l’homme qui a mené la résistance contre l’occupation nazie et le père de la Ve République, que Jean-Marie Le Pen méprisait. Pendant la pandémie, il a pratiqué une opposition relativement douce et a évité les explosions. La normalisation a connu son apothéose lors d’un débat télévisé en février dernier avec Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur de Macron, qui a déclaré que Marine Le Pen était « molle » sur l’islamisme.

Le parti RN est le parti le plus voté en France aux élections européennes de 2019 et tous les sondages confirment qu’à la présidentielle de 2022 il sera de nouveau finaliste face à Macron. Dans le même temps, et malgré le fait que selon les mêmes sondages il obtiendrait un meilleur résultat qu’en 2017, Macron battra à nouveau Le Pen, et les régionales doutent qu’en voulant tant centrer le message, le RN cherche enfin comme partie du système.

« Il a un problème avec son image », analyse Lebourg, « un côté très brouillon et agressif ».

Le Pen n’a jamais eu une étincelle de rhétorique ou un talent pour insulter et scandaliser Donald Trump ou tout autre leader nationaliste populiste, ou leur capacité à se rapporter aux masses. Certains à l’extrême droite rêvent d’avoir un jour à leur tête une personne plus jeune, plus brillante, plus à droite : Marion Maréchal Le Pen, nièce de Marine et petite-fille préférée de Jean-Marie.

Qui a été la compagne de Marine Le Pen entre 2009 et 2019, le maire Aliot, a déclaré : « Marine est une femme talentueuse et compétente, contrairement à ce qu’on dit. Il est avocat. mère de famille. Elle a montré pendant 10 ans qu’elle était capable de mener des batailles avec courage, ce qui n’est pas facile pour une femme en politique. »

Bien qu’il ait été une présence constante dans la politique française pendant des décennies, il y a quelque chose de déroutant chez lui. « Les Français devraient le savoir pour ce que c’est », a déclaré Aliot.

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *