Francia Insumisa appelle le PS à fermer la coalition de gauche

Paris – France Insumisa (LFI) Jean-Luc Mélenchon, force dominante de la gauche française depuis l’élection présidentielle d’avril, a appelé hier le Parti socialiste (PS) traditionnel à fermer au plus vite une coalition progressiste pour les élections législatives françaises. à la mi-juin 2020. L’ajournement des pourparlers décidé par le PS vendredi a été une cruche d’eau froide pour créer un front de gauche inédit qui chercherait à toucher un large groupe de députés au parlement français pour équilibrer le pouvoir du président récemment réélu. , libéral Emmanuel Macron.

« Macron est faible. L’Union populaire élargie a 11 millions de voix (la somme des voix aux élections présidentielles de LFI, des Verts, des Communistes, des Socialistes et des autres petits partis). Notre victoire est possible », a déclaré Mélenchon dans un entretien. depuis Dimanche. La dirigeante de gauche, qui a recueilli 7,7 millions de voix (22 %) au premier tour le 10 avril, dont seulement 420 000 voix pour l’extrême droite Marine Le Pen, a critiqué la culture de « vaincre » la gauche et averti que les gens « ne le feront pas ». être privé de victoire » parce que le camp progressiste n’est pas uni.

Mélenchon (70 ans) veut être premier ministre grâce à une majorité absolue au conseil (289 députés sur 577), ce qui, selon ses calculs, pourrait lui apporter une union de gauche. Malgré le fait que le PS soit en chute libre (sa candidate, la maire de Paris Anne Hidalg, a obtenu 1,7% des suffrages), elle est bien représentée en France, pays qu’elle dirige depuis près de 20 ans et contrôle bon nombre des maires et des régions, contrairement à LFI, fondée il y a 5 ans par Mélenchon lui-même, dissident du PS.

Alors que le pacte entre les rebelles et les écologistes – au pouvoir local remarquable – est proche d’être conclu, l’accord avec les socialistes a été suspendu de manière inattendue vendredi après-midi, quelques heures après que la direction du parti elle-même a publié une note indiquant qu’il était très probable qu’il se ferme. Outre les décalages de programme, notamment vis-à-vis de l’UE, la presse française a souligné que le point de friction décisif était la répartition des candidats aux sièges, à la mesure du soutien obtenu à l’élection présidentielle, laissant le PS (1,7 %) avec pratiquement aucun candidat.

Malgré tout, le représentant de LFI Éric Coquerel s’est montré optimiste dans l’interview. « Nous avons l’intention de conclure les négociations ce week-end avec les Verts, les communistes, le Parti socialiste et pourquoi pas avec le NPA (petite formation anticapitaliste) », a déclaré Coquerel. « C’est une occasion unique de changer les choses », a conclu l’homme politique. Contrairement aux jours précédents, le siège de LFI à Paris dans le passage Dubail était hier sans signe de mouvement.

L’anxiété dans le PS Du côté socialiste, des barons comme Hidalgo ou l’ancien président français François Hollande ont exprimé leur inquiétude que le pacte avec les rebelles ne conduise à la chute du PS François Mitterrand. Bien que l’appareil du parti contrôlé par Olivier Faure soit silencieux, un groupe de maires socialistes a publié une déclaration en faveur des négociations, mais a averti que cette éventuelle coalition devrait « respecter l’identité et les valeurs » de chaque formation.

Des élus de grandes villes comme Nantes (Johanna Rolland), Rennes (Nathalie Appéré) ou Clermont-Ferrand (Olivier Bianchi) se sont portés volontaires pour leur européanité, à l’opposé du scepticisme de LFI vis-à-vis de l’UE. Cependant, ils ont supposé que le bloc communautaire devrait changer certaines « règles du jeu » pour renforcer la protection sociale.

position

Macron

affaibli. Mélenchon voit que Macron est faible. « L’Union populaire élargie compte 11 millions de voix (la somme des voix aux élections présidentielles de LFI, des Verts, des Communistes, des Socialistes et des autres petits partis). Notre victoire est possible », a déclaré le leader de France Insumisa.

Respect

à l’identité. Les socialistes, en revanche, ne font pas confiance aux intentions de la France sauvage. L’appareil du parti contrôlé par Olivier Faure est silencieux, tandis qu’un groupe de maires socialistes a publié un communiqué en faveur des négociations, mais avertissant que cette éventuelle coalition devrait « respecter l’identité et les valeurs » de chacune des formations.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.