Giro: Cavendish Company, gagne près de 9 ans plus tard – Cyclisme

Victoire de retour au Giro neuf ans plus tard, 8 ans et 347 jours pour les amateurs de précision. Le sprint d’aujourd’hui sur le sol hongrois récompense le « lion » anglais Mark Cavendish, le champion du monde 2011, absent depuis 2013 sur la Corsa Rosa, pour son succès dans la troisième étape. Pour lui, surnommé ‘Cannonball’, c’est la 16e victoire dans cette compétition et la 160e de sa carrière, comme pour dire que la vieille garde (Cavendish a 36 ans) ne baisse pas les bras. Deux autres sprinteurs pur-sang, comme Arnaud Demare et Fernando Gaviria, ont payé les deuxième et troisième arrivées à Balatonfured. La grosse déception du jour est Giacomo Nizzolo, seulement onzième, du classement, ce qui complique ses ambitions de conquérir le maillot cyclamen au classement des buteurs.

L’étape pour les sprinteurs devait l’être, et elle l’était, mais une partie du mérite de la première place britannique doit être attribuée à l’excellent travail effectué par son équipe Quick Step-AlphaVinyl et en particulier l’excellent Davide Ballerini, remercié sans surprise par son compagnon. « Je suis très heureux pour mon premier grand sprint Gira – les mots de Cavendish après la victoire d’aujourd’hui – maintenant je suis plus âgé que la dernière fois que je suis venu ici. Cela ne voulait pas dire que j’étais prêt à peaufiner le moteur. » , ça m’a peut-être pris plus de temps, mais mon équipe a fait un travail impressionnant aujourd’hui, comme Davide Ballerini, qui m’a tiré. Et c’est un grand homme sur le Giro. J’ai commencé le sprint quasiment et c’était important car j’ai vu que les autres étaient distancés. Je suis vieux, mais ça reste moi, j’ai beaucoup gagné et je suis toujours le même. » Ils l’ont remarqué en France et pas maintenant, car Cavendish est apparu au départ du Tour l’année dernière sans formation adéquate, a-t-il dit, mais a remporté quatre étapes.

Auparavant, cette troisième étape, la dernière sur le sol hongrois avant la journée de repos et le déplacement de demain vers l’Italie, s’est caractérisée par une très longue échappée de Mattio Bais et Filippo Tagliani au drone, qui a commencé alors qu’il restait 195 kilomètres à l’arrivée. Hopper-Androni Toys et Samuele Rivi d’Eolo-Kometa. A 38 km de la fin, Tagliani perd le contact, le groupe rattrapant les deux autres à -27 km. Le Néerlandais Pascal Eenkhoorn a tenté le grand prix de la montagne à 12 kilomètres de l’arrivée, mais son échappée a duré 7 000 mètres. Ensuite, seul un pédalage collectif attendait le sprint final, qui a récompensé Cavendish.

Journée absolument calme pour le maillot rose de Mathieu Van der Poel, qui s’est avancé au milieu du groupe et a tenté de se qualifier pour la finale, puis s’est tenu debout pour les 500 derniers mètres pour tirer le saut vers son coéquipier italo-polonais Jakub Mareczek, qui est resté dans le bouteilles et a dû se contenter de la cinquième place. Demain, nous partons pour la Sicile, où le Giro prendra le départ de la quatrième étape sur l’Etna mardi. Pendant ce temps, Van der Poel porte un maillot rose « Je suis aussi content d’avoir le symbole de la première place en Italie, c’est un sentiment formidable. Je veux profiter de la première place de cette première étape à Bel Paese ». Le tout en prévision de la première vraie montagne et de la performance qui semble certaine.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.