Google paie des amendes de millionnaires à la France pour les droits de contenu

Google paie à la France une amende de 500 millions d’euros (567 millions de dollars) émis en juillet par les autorités administratives en matière de droits voisins, bien que la société ait fait appel, a rapporté mercredi un haut responsable français.

Cela peut vous intéresser : Instagram : Comment désactiver les histoires et les contacts des contacts

L’Autorité de la concurrence (chargée de la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles), interrogée par les éditeurs de presse et l’Agence France-Presse (AFP), suppose que Google ne négocie pas « de bonne foi » la rémunération à verser aux éditeurs et aux agences de presse pour les droits voisins du droit d’auteur.

« L’Autorité de la concurrence nous a informés que le titre de paiement a été émis et que l’amende a été payée par la société Google », a répondu mercredi le secrétaire d’État français au Numérique, Cédric O, interrogé par un sénateur lors d’un interrogatoire avec le gouvernement.

Les autorités susmentionnées ont ordonné à Google de fournir des « offres de rémunération pour l’utilisation actuelle de contenus protégés » aux éditeurs et aux agences de presse, avec la douleur de devoir payer. dans les deux mois, l’amende totale s’élève à 900 000 euros par jour.

Cette période est révolue, donc « la balle est dans le camp de l’éditeur », est considéré comme le secrétaire d’État. « C’est à eux de décider s’ils veulent poursuivre les négociations ou demander à l’Autorité de la concurrence de prononcer une amende », a-t-il ajouté, précisant que l’agence pourrait également agir sans y avoir recours.

Google a fait appel de l’amende en septembre, jugeant le montant « disproportionné ».

Le 17 novembre, Google et l’AFP sont parvenus à un accord pour la rémunération, pendant cinq ans, du contenu de l’agence de presse présenté par le géant américain, pour un montant non divulgué.

Voir aussi : YouTube : Comment activer de nouvelles commandes de lecture ?

L’idée de droits voisins du droit d’auteur permet aux journaux, magazines ou agences de presse d’être récompensés lorsque leur contenu est réutilisé sur Internet.

Il est inclus dans la directive européenne sur le droit d’auteur, qui a été approuvée par le Parlement européen en mars 2019.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.