Grèce. Attentes pour Annalena Baerbock | UE-Pologne-Allemagne – Actualité polonaise | DW

Depuis des mois, la tension en mer Égée entre la Grèce et la Turquie s’est dangereusement aggravée. Des avions de chasse turcs survolent les îles grecques habitées et inhabitées de cette région disputée entre les deux pays. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan ne cesse de répéter qu’il ne souhaite plus avoir de contact avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à l’avenir. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, menace de remettre en cause la souveraineté d’Athènes sur plusieurs îles grecques de l’est de la mer Égée. Et le politicien nationaliste Devlet Bahçeli, dont le parti MHP est le partenaire de la coalition AKP d’Erdoğan, pose pour des photos avec des cartes où des îles grecques comme Lesbos, Samos et la Crète sont étiquetées turques.

Alors, qu’attendre en Grèce de la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, qui se rendra en Turquie immédiatement après sa visite à Athènes ? Le gouvernement grec souhaite-t-il une médiation allemande pour apaiser les tensions avec la Turquie ?

Le politicien nationaliste turc Devlet Bahçeli avec une carte montrant l’est de la mer Égée et la Crète comme territoire turc

Solidarité allemande et doutes

« Une médiation allemande pour apaiser les tensions avec la Turquie serait la bienvenue », déclare DW Georgios Pagoulatos, directeur du principal groupe de réflexion grec Eliamep. Cependant, comme il le souligne, le gouvernement grec ne souhaite pas que Berlin mène une « politique d’égale distance » envers la Grèce et la Turquie.

– En tant que partenaire de l’Union européenne, la Grèce attend un soutien actif de l’Allemagne, notamment face au révisionnisme et au comportement agressif du régime d’Erdoğan envers l’une des démocraties européennes – explique Georgios Pagoulatos.

Athènes doute clairement de la solidarité de Berlin face au conflit avec Ankara. Georgios Katrougalos, un homme politique du parti d’opposition de gauche Syriza, qui était ministre grec des Affaires étrangères en 2019, critique dans une interview avec DW que le langage du gouvernement allemand envers la Turquie est beaucoup plus doux que le langage du Conseil de l’Europe.

Pour rappel : en mars 2018, le Conseil européen – l’organe des chefs d’État et de gouvernement de l’UE – « a fermement condamné la poursuite des activités illégales de la Turquie en Méditerranée orientale et en mer Égée » et a exhorté la Turquie à y mettre un terme. La Turquie n’ayant pas répondu, en juin 2019, le Conseil européen a demandé à la Commission européenne de proposer des « mesures ciblées », c’est-à-dire des sanctions contre la Turquie.

Annalena Baerbock lors d'une interview avec DW

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock accorde une interview à DW (20/07/2022)

visite reportée

Quoi qu’il en soit, Georgios Katrougalos n’est pas très friand d’initiatives de médiation pour le moment : – Nous pensons qu’il devrait y avoir des canaux de communication directs entre Athènes et Ankara. L’Union européenne, en revanche, doit soutenir nos positions communes sur la Turquie, dit-il. L’UE doit tenir ses promesses et menacer la Turquie de sanctions si elle ne freine pas sa politique agressive.

Annalena Baerbock est depuis longtemps au courant des préoccupations grecques. Elle voulait à l’origine rencontrer son compatriote grec Nikos Dendias à Athènes début juin, puis se rendre à Ankara. L’infection à coronavirus a contrecarré ses plans; le match a dû être reporté. Cependant, dans les semaines qui se sont écoulées depuis lors, les relations gréco-turques ne se sont pas améliorées. Au contraire.

Relations gréco-turques

L’ancien ministre grec des Affaires étrangères Georgios Katrougalos

Un épisode « chaud » en mer Egée ?

Les peurs grecques montent de jour en jour à mesure que la rhétorique d’Erdoğan se précise. Le patron du think tank Eliamep n’exclut plus un éventuel épisode « chaud » avec la Turquie en plein été.

– L’agression de la Turquie est inquiétante – dit-il et ajoute que la Turquie a systématiquement formulé de nouvelles exigences : de la théorie des zones dites grises, c’est-à-dire des îles grecques inhabitées que la Turquie croit être turques, à l’exigence que la démilitarisation de les îles grecques de la mer Égée est une condition de la souveraineté grecque.

En outre, il y a des vols d’avions turcs au-dessus des îles grecques habitées et des accusations selon lesquelles la Grèce soutient le « terrorisme » kurde, comme le font de nombreux autres pays européens. Il est donc clair pour un expert grec que le président turc Erdoğan exacerbe les tensions et soutient les théories du complot anti-occidentales pour marquer des points en politique intérieure.

Infigrafik Karte Griechische und Türkische Inseln DE

Aucun canal de communication entre Athènes et Ankara

Le politologue Sotiris Serbos, conseiller en politique étrangère de Nikos Androulakis, le nouveau leader du parti social-démocrate PASOK, s’inquiète également d’un épisode « chaud » cet été.

« La principale cause de préoccupation aujourd’hui est l’absence d’un canal de communication ouvert et fiable entre Athènes et Ankara », a-t-il déclaré à DW.

L’Allemagne pourrait-elle combler cette lacune et jouer le rôle de médiateur ? Sotiris Serbos est sceptique. – Ces dernières années, le gouvernement grec a investi davantage dans les relations avec les États-Unis et la France, il attend donc plus de Washington et de Paris que de Berlin – dit le politologue.

Le politicien de l’opposition Georgios Katrougalos est encore plus cinglant dans sa critique : « Mitsotakis a décidé de ‘tout donner aux Américains' », dit-il.

Relations gréco-turques

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Istanbul en mars 2022. Aujourd’hui Erdoğan n’accepte plus de rencontrer le chef du gouvernement grec

En attente de mots clairs

A Athènes, donc, aucune initiative de médiation spectaculaire n’est attendue d’Annalena Baerbock. Quelques mots clairs du ministre allemand des Affaires étrangères à Ankara suffiraient pour l’instant.

Les dirigeants d’Athènes seraient encore plus heureux si Baerbock annonçait que l’Allemagne arrêterait les livraisons de sous-marins allemands à la Turquie. En Grèce, on n’a pas oublié qu’en janvier 2021 les Verts, encore dans l’opposition à l’époque, ont exigé que le gouvernement fédéral d’alors suspende la fourniture de sous-marins allemands à la Turquie. Athènes n’a pas des attentes aussi élevées que les Verts co-gouverneront Berlin aujourd’hui.

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook ! >>

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.