Guerre en Ukraine. La France a vendu des armes russes malgré l’embargo

Le contrat conclu avant l’annexion russe de la Crimée pourrait être résilié, mais les livraisons d’équipements achetés avant juillet 2014 pourraient se poursuivre. Une telle possibilité est clairement prévue par le système de sanctions mis en place contre la Russie en 2014, a-t-il déclaré mardi Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées.

– La France a autorisé la mise en œuvre de certains contrats conclus en 2014 sur la base de la clause dite ancienne stipulant que les termes des contrats ne doivent pas être modifiés si leurs parties prenantes les ont déjà utilisés – ajoute le ministère.

« Le gouvernement ne dément pas nos révélations, mais en même temps n’explique pas pourquoi il a insisté ventes d’armes à la RussieAlors que des avions russes ont bombardé des civils en Syrie après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, une escalade militaire menaçait », a commenté Ariane Lavrilleux, co-auteur de l’enquête, au sujet du ministère co-auteur de l’enquête.

Embargo sur les exportations d’armes vers la Russie

Depuis le 1er août 2014, l’UE impose un embargo sur les exportations d’armes vers la Russie en réponse à la guerre déclenchée contre le Donbass et l’annexion de la Crimée. Cependant, le président de l’époque, François Hollande, et le chef de l’État par intérim, Emmanuel Macron, ont autorisé des « livraisons discrètes d’armes », selon Disclos, bien qu’en 2015, Hollande ait annulé la vente de deux navires de débarquement français Mistral à la Russie à la demande des États-Unis.

VOIR: Guerre en Ukraine. Mateusz Morawiecki : J’ai demandé à l’UE d’imposer un embargo sur le charbon russe

Révélation Według La France fournit à la Russie des caméras thermiques pour équiper les véhicules blindés actuellement utilisés par l’armée russe dans la guerre en Ukraine, mais aussi des systèmes de navigation et des détecteurs infrarouges pour chasseurs et hélicoptères de combat. « Des équipements installés sur des hélicoptères de combat, des bombardiers et des chars sont utilisés aujourd’hui contre la population civile dans le conflit en Ukraine », a déclaré Lavrilleux.

Selon le journaliste, la France est en violation de la position européenne commune de 2008, qui oblige les Etats membres à « s’abstenir d’exporter des armes si elles menacent d’aggraver ou de prolonger le conflit ».

Macron : la France a respecté la loi

– La France s’est conformée au droit international en 2014 -, a répondu le président Macron lorsque des journalistes l’ont interrogé sur les livraisons d’armes à la Russie en marge d’une visite de réfugiés ukrainiens dans le Maine-et-Loire.

Président (François) Pays-Bas il a pris des décisions, même très fortes et structurelles à l’époque (…) Tous les contrats que la France avait mis en place et qui à l’époque n’étaient pas conformes à ce qui avait été décidé en 2014 ont été suspendus – a souligné Macron.

– La France a pris les décisions qu’il fallait prendre en 2014, et là je les défends, même si je ne les ai pas faites, on s’y est tenu et il fallait le faire – a soutenu le chef de l’Etat.


« La France respecte l’Etat de droit et les sanctions »

« Ce n’est jamais agréable d’apprendre que nos équipements peuvent être utilisés dans des zones de guerre », a déclaré Jacques Maire, chef adjoint du groupe LREM, cité par France24.

« Il nous est simplement venu à l’esprit alors La France respecte l’Etat de droit et les sanctions adoptées au niveau européen et international. Cependant, si cet accord n’entre pas en conflit avec ces sanctions, il doit être respecté, estime Maire, expert de la défense et auteur d’un rapport parlementaire sur le contrôle des exportations d’armes.

Josée Perreault

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.