La Cour de justice de l’Uemoa a ordonné la suspension des sanctions

Cour de justice deUnion monétaire et économique ouest-africaine (Uemoa) a ordonné la suspension des sanctions imposées à la junte militaire à Bamako le 9 janvier suite à la décision des autorités de prolonger la période de transition à trois ans. La porte-parole de l’Uemoa annoncée Aminata Mbodj, selon laquelle la suspension a été décidée ce matin et sera liée à une « décision circonstanciée ». En janvier, l’EMOA a ordonné à toutes les institutions financières des huit pays du groupe de suspendre le Mali, une décision qui a effectivement limité l’accès de Bamako aux marchés financiers régionaux. Les autorités maliennes ont appelé à plusieurs reprises à la levée des sanctions imposées par la Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et ont poursuivi le tribunal de l’EMOA le mois dernier. le futur organisme de défaut de paiement au Mali, estimé par l’agence de la dette de l’Uemoa, Uemoa-Titres, à environ 180 millions de dollars. La décision de justice ne s’applique pas aux sanctions imposées en janvier par la Cedeao, qui a été rejointe par 15 pays qui ont gelé les biens de l’État malien, fermé ses frontières et suspendu les transactions financières mineures. L’Union européenne a également imposé une interdiction de voyager et un gel des avoirs à cinq membres de la junte malienne après le report des élections dans le pays.

La décision Uemoa sera prise à la veille d’un nouveau sommet spécial convoqué demain par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à Accra, au Ghana, pour discuter de l’évolution de la transformation malienne. La rencontre ne verra pas la participation du putschiste et président de la transition Assimi Goita au Mali, qui a été invité malgré une récente mission de la Cedeao conduite par le médiateur et ancien président nigérian Goodluck Jonathan pour trouver un accord avec les puissantes autorités. n’a pas réussi. Jonathan a terminé lundi sa visite à Bamako sans s’entendre avec la junte militaire sur la date des élections pour ramener le pays sous administration civile. A la fin de sa mission, l’émissaire s’est contenté de déclarer avoir eu des « entretiens approfondis » avec une délégation gouvernementale conduite par le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, réaffirmant l’engagement de la Cedea à faciliter l’accord de rétablissement de l’ordre constitutionnel.

Le mois dernier, la Cedeao a officiellement demandé aux autorités d’organiser des élections au cours des 12 à 16 prochains mois après que les autorités de Bamako ont annoncé une période de transition de 36 mois. Le porte-parole du gouvernement a souligné les « derniers » efforts du président Assimi Goit, qui a accepté de réviser le calendrier de 36 mois à 29 mois puis à 24 mois, mais ce nouveau mandat « ne peut pas être reporté ». aux yeux des autorités maliennes, « il n’a pas obtenu l’accord du médiateur Cedeao. Goita a alors accusé la Cedea de « ne pas encore prendre suffisamment en compte la complexité des problèmes qui affligent le Mali ». La visite de Jonathan à Bamako, qui avait auparavant arbitré la crise entre les autorités maliennes et la France, fait suite à la décision du Mali de retirer ses troupes présentes au Mali pour aider à combattre le djihad. Au cours des six prochains mois, les hommes de Barkhane et de la Task Force seront en fait transférés dans la région, dont beaucoup au Nigeria, alors que le gouvernement intérimaire s’est rapproché de la société de sécurité russe Wagner. L’élection a suscité de vives inquiétudes au niveau international quant aux méthodes bien connues d’un groupe déjà présent en République centrafricaine et dont le travail est souvent condamné par les autorités des droits de l’homme. D’autre part, diverses manifestations pour le départ des troupes françaises ont eu lieu dans le pays, qui étaient discutées depuis un certain temps car elles n’étaient pas considérées comme fiables dans la lutte contre le terrorisme, et au cours desquelles on a fait l’éloge d’une plus grande présence russe. Des milliers de personnes sont retournées dans les rues de Bamako, exigeant le retrait rapide des troupes françaises et l’incendie du drapeau de l’Union européenne.

Lire plus de nouvelles sur Nouvelles Nova
Suivez-nous sur les réseaux sociaux Nova News Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, télégramme

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.