La France réitère une opération politique pour freiner l’extrême droite

PARIS – Cela pourrait être décrit comme une divine surprise. Ou une profonde bouffée de soulagement. Après des jours d’incertitude durant lesquels l’extrême droite a prévalu, les résultats de ce premier tour ont montré que les électeurs français continuent d’adhérer aux valeurs républicaines qui caractérisent cette société. Par le vote utile, autant de fois – et comme cela arrivera sans doute lors du vote – les électeurs ont donné à la France l’opportunité de rester l’une des grandes nations du monde.

« Pas un seul vote ne devrait obtenir Marine Le Pen ! Pas un seul vote ne devrait obtenir Marine Le Pen ! Pas un seul vote ne devrait obtenir Marine Le Pen !« … Avec sa mythique postface en tribune, encore déçu de ses 21,1% qui le plaçaient à la troisième place et lui manquaient dès le second tour, le leader de l’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, ce soir, a rejoint l’héritage de tous ces candidats républicains de droite et de gauche qui, comme cela s’est historiquement produit en France, exhortent leurs électeurs à empêcher l’extrême droite d’entrer aux îles Élysées. Ce fut le cas de la socialiste Anne Hidalgo, du vert Yannick Jadot, de la conservatrice Valérie Pecresse, du communiste Fabien Roussel et du trotskyste Philipp Poutou.

La dirigeante d’extrême droite française Marine Le Pen a voté au premier tour de l’élection présidentielle dans un bureau de vote à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France. Michel Spengler – AP

Si ce slogan était respecté à la lettre le 24 avril, Emmanuel Macron remportera une victoire confortable, similaire à celle qu’il avait remportée en 2017, lorsqu’il avait obtenu 66 % des voix contre Marine Le Pen, et deviendrait le premier président réélu en 20 ans.

Pourtant, Emmanuel Macron est bien conscient des dangers qui l’attendent durant ces 15 jours où il devra affronter une nouvelle campagne. Première, tous ceux qui considèrent « tout sauf Macron » à droite comme à gauche. Dans son discours d’aujourd’hui, le Président a déclaré à cette frange de la société qu’il mettrait tout en œuvre pour les convaincre de la valeur de ses propositions. Quant à sa stratégie contre Marine Le Pen, l’actuel pensionnaire de l’Elysée a donné le premier indice : la diabolisation.

« Je veux une France humaniste, de respect, de tolérance et de cohabitation pacifique. France généreuse et ouverte. La France, où chacun a sa place et est considéré comme égal. Je ne veux surtout pas de la France, qui est une internationale de populistes et de xénophobes. ce n’est pas nousIl a averti.

Le président français et candidat présidentiel LREM Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron attendent de voter au premier tour de l'élection présidentielle.
Le président français et candidat présidentiel LREM Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron attendent de voter au premier tour de l’élection présidentielle.
THIBAULT CAMUS – PISCINE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron auront du fil à retordre devant eux durant ces 15 jours. La candidate d’extrême droite devra convaincre les électeurs ultra-nationalistes d’Eric Zemmour de voter pour elle, sans avoir à s’identifier ouvertement à ses idées xénophobes et racistes.. Dans ces sables liquides, le candidat a reçu aujourd’hui son premier cadeau empoisonné lorsqu’une polémique anti-musulmane, le 24 avril, a appelé ses électeurs à lui transmettre leurs préférences, malgré les violentes attaques qu’il a menées contre lui pendant la campagne. Après avoir œuvré pendant des années pour normaliser – ou plutôt « détoxifier » – son image et l’image de son parti dans l’opinion publique, cette confirmation d’appartenance à l’univers inimaginable de la xénophobie et du racisme pèsera bien plus que le faible nombre de suffrages (7%) que fourniraient les électeurs de Zemmour.

Macron devra convaincre les Français « Rien n’avance » et que la pire erreur serait de ne pas se rendre aux urnes le 24 avril, en supposant qu’il a déjà gagné. Mais surtout, le candidat à la présidentielle devra rendre au leader du Rassemblement national le statut de véritable représentant de l’extrême droite.

En tout cas, au vu des résultats de ce premier tour, les 58 millions d’électeurs français inscrits sur les listes électorales semblaient limpides hier soir : encore, comme en 2002 et 2017 – à chaque fois que la xénophobie a atteint ses portes – le 24 avril, ils choisiront entre deux diamétralement différentes visions de la société, du pays et surtout du monde.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.