La France sanctionne Google et Facebook pour leur politique en matière de cookies

Jeudi, les régulateurs français ont condamné Google et Facebook à une amende de plus de 200 millions d’euros (226 millions de dollars) pour ne pas avoir permis aux gens de se retirer plus facilement de la surveillance en ligne pour l’accepter.

L’organisme de surveillance de la confidentialité des données, la CNIL, a déclaré que son enquête avait révélé que si la société de technologie américaine offrait aux utilisateurs français un bouton pour accepter immédiatement les cookies, il n’y avait pas de moyen aussi simple de les refuser que « quelques clics pour rejeter tous les cookies ».

Les cookies sont des morceaux de code utilisés pour personnaliser la publicité numérique et à d’autres fins axées sur l’utilisateur ou pour suivre votre activité en ligne. Les gouvernements européens ont des réglementations plus strictes que les États-Unis, obligeant les sites Web à demander une autorisation avant de suivre l’activité des utilisateurs. Cela signifie que les utilisateurs obtiennent un menu contextuel chaque fois qu’ils visitent un nouveau site Web, mais il est de plus en plus préoccupant que beaucoup puissent les rendre déroutants ou ennuyeux s’ils ne veulent pas l’accepter.

Les utilisateurs de Facebook et de la page d’accueil française Google et YouTube étaient réticents à accepter, ce qui signifie qu’ils ne donnaient pas leur consentement librement, une violation des règles françaises de protection des données, a déclaré la CNIL.

Les régulateurs ont condamné Google à 150 millions d’euros (170 millions de dollars) et Facebook à 60 millions d’euros (68 millions de dollars). Il a également menacé d’une amende journalière de 100 000 euros s’ils ne facilitaient pas dans les trois mois que les utilisateurs en France pouvaient refuser les cookies.

Facebook, désormais appelé Meta, a déclaré qu’il examinait la décision et s’était engagé à coopérer avec les autorités.

« Nos contrôles de consentement aux cookies donnent aux gens plus de contrôle sur leurs données, y compris un nouveau menu de paramètres sur Facebook et Instagram, où les gens peuvent vérifier et gérer leurs décisions à tout moment, et nous développons et améliorons constamment ces contrôles », a déclaré la société.

Google déclare : « Les gens nous font confiance pour respecter leur droit à la vie privée et les protéger. Nous comprenons notre responsabilité de protéger cette confiance et nous nous engageons à apporter de nouveaux changements et travaillons activement avec la CNIL concernant cette décision. »

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.