La plupart des événements historiques n’étaient que de la chance, pense l’écrivain français Binet. Il a apporté la civilisation au monde du livre

Votre best-seller HHhH raconte l’histoire de Jozef Gabčík et Ján Kubiš et leur attaque contre Reinhard Heydrich. Quel est le retour à Prague pour vous ? Vous sentez-vous toujours connecté à cette histoire, ou est-ce déjà un chapitre clos pour vous ?

Il ne sera jamais fermé. C’est très touchant pour moi. Je ne suis pas allé à Prague depuis des années, je pense depuis plus de cinq ans. Et il y a quelques temps j’ai vu le Château de Prague et ses statues… Donc c’est toujours émouvant pour moi. Prague fait définitivement partie de ma vie pour toujours.

Dans votre dernier roman, Civilisation, vous avez laissé les Incas d’Amérique du Sud conquérir l’Europe de la Renaissance. Qu’est-ce qui vous intéressait dans ce jeu d’histoire ?

J’ai toujours été intéressé par l’histoire. Ce qui est fascinant, c’est que cela s’est déjà produit et qu’on ne peut rien y changer. Vous ne pouvez qu’imaginer ce que ce serait si cela se passait différemment. J’adore le jeu « et si » depuis que je suis enfant. On parle généralement de ce à quoi ressemblerait le monde si les nazis gagnaient la Seconde Guerre mondiale, mais il était intéressant pour moi de regarder ce moment très spécial du XVIe siècle lorsque Christophe Colomb découvrit l’Amérique. Parce que ce moment a changé l’histoire du monde entier – pas seulement un pays, pas seulement l’Espagne ou l’Europe, mais le monde entier. Le monde entier a été changé par cette découverte. J’ai pensé que ce serait amusant d’imaginer ce qui se passerait si Christophe Colomb avait échoué.

A-t-il été difficile pour vous de mettre de côté votre vision de l’Européen du XXIe siècle et de regarder l’histoire du point de vue d’une autre culture, d’une autre civilisation ?

C’était, bien sûr, un défi. Je suis un Européen du XXe, maintenant du XXe siècle. Et je ne ferai rien à ce sujet, je ne le changerai pas. Mais je peux toujours utiliser mon cerveau pour imaginer quelque chose. Et c’est la beauté de l’étude de l’histoire. Lorsque vous l’étudiez, vous devez vous occuper des faits, mais votre outil le plus utile est votre imagination utilisée en conjonction avec des recherches approfondies. C’était donc très intéressant parce que j’aime étudier l’histoire et lire des livres.

Pensez-vous que nous devrions essayer de plus en plus souvent d’imaginer l’histoire du point de vue de ceux qui ont été vaincus ?

Oui bien sûr. Avec tout ce qui se passe maintenant – par exemple, les gens en Amérique du Sud enlèvent des statues de Christophe Colomb. Je ne sais pas si c’est bon ou mauvais, mais les gens y pensent. Et c’est toujours encourageant de changer de point de vue. Essayez de sortir de vous-même et de regarder le monde et vous-même de l’extérieur, sous un angle différent.

Je pense qu’il est très utile d’essayer de faire cela avec la religion, par exemple. Je crois vraiment que chaque religion dans le monde a l’air complètement ridicule quand on la regarde de l’extérieur. Je pense donc que ce jeu de réflexion est très stimulant et peut nous aider à regarder le monde différemment. Et bien sûr, il est intéressant de ne pas toujours regarder uniquement à travers les yeux des gagnants.

Les Incas de votre livre sont tolérants envers les autres religions, mais ils se comportent également de manière assez expansive. Selon vous, ce désir de conquête fait-il partie de la nature humaine ?

Oui bien sûr. Je ne voulais pas montrer les Incas comme des personnages positifs, je voulais juste faire l’expérience. Ils sont très différents des Européens à certains égards, mais ils sont similaires à certains égards. Je pense que mon protagoniste, le dirigeant d’Atahualpa, ressemble plus à son adversaire, Charles VI. qu’un simple paysan du Pérou. Ils sont rois. Ils ont des intérêts communs.

Atahualpa est, bien sûr, différent du roi François Ier de France et de Charles VI, mais il est aussi roi – et les rois du monde entier veulent régner, régner, s’étendre. Ce n’est pas que seuls les Européens voulaient conquérir. Chaque empire dans le monde veut s’étendre. Je voulais montrer les différences, mais aussi les points communs.

Le roman Civilisation a également été publié en portugais et en espagnol. Avez-vous des réactions de lecteurs au livre, par exemple en Amérique du Sud ?

J’ai. En Amérique du Sud, ils étaient très curieux à propos du livre et la plupart d’entre eux étaient heureux parce que c’était, bien sûr, une sorte de vengeance pour eux. C’est un fantasme, mais c’est une vengeance. Au contraire, en Espagne, certaines personnes se sont senties, je ne veux pas dire en colère, mais probablement un peu insatisfaites, car elles ont estimé que je voulais quand même montrer à quel point les Espagnols étaient mauvais. Mais ce n’est pas du tout comme ça. J’ai beaucoup de respect pour Charles VI. Je pense que seule la chance a joué un rôle dans la plupart des événements historiques.

Christophe Colomb a eu tout simplement de la chance. Les Espagnols et les Portugais étaient plus forts lorsqu’ils ont débarqué en Amérique du Sud, mais pourquoi ? Parce qu’ils avaient du fer, des chevaux, des bactéries et des anticorps. Ce n’était pas qu’ils étaient plus sages ou physiquement plus forts. Ils ont juste eu de la chance. Je ne pense pas que les Espagnols soient meilleurs ou mauvais. C’est juste arrivé. J’aime les gens d’Amérique du Sud et j’aime aussi les Espagnols, mais certaines personnes en Espagne étaient un peu contrariées.

Il existe un certain lien entre le livre Civilization et le jeu vidéo Civilization. A quoi jouez-vous maintenant ?

Pour être honnête, je ne joue pas à beaucoup de jeux vidéo en ce moment. Mais je joue actuellement à un ancien jeu Assassin Creed. Pas le dernier, mais celui qui se déroule à Florence au XVIe siècle. Je l’ai joué quand j’étais plus jeune, et maintenant ça me convient parce que je veux sympathiser avec l’Italie de la Renaissance à cause de mon prochain livre. Je suis donc retourné à Assassin’s Creed.

Il y a quelques années, je jouais encore à des jeux sur la Seconde Guerre mondiale, comme la série Call of Duty. Mais ils n’ont plus lieu pendant la Seconde Guerre mondiale, donc j’en ai fini avec eux. Et je suis probablement trop vieux pour les jeux vidéo, bien que je joue encore un peu parfois.

Vous avez parlé de votre nouveau livre lors de notre conversation il y a quelques mois. Ressentez-vous la pression des lecteurs qui attendent le prochain livre ?

Peut-être un peu, mais c’est une bonne forme de pression. Je ne ressentirais aucune pression si personne ne lisait mes livres et si j’étais un auteur inconnu. Comme l’a déjà dit le joueur de tennis Novak Djokovic, à un moment donné, la pression devient un privilège. Donc ça ne me dérange pas.

Charles Lambert

"Tombe beaucoup. Passionné de télévision généraliste. Fan de zombies incurable. Solveur de problèmes subtilement charmant. Explorateur amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.