La Russie hors des compétitions internationales : Une nouvelle ère ?

Le fait que le sport ait rejoint l’isolement de la Russie est une bonne nouvelle, car cela pourrait nous ouvrir la possibilité de nous mettre d’accord sur les normes civiques et éthiques minimales requises.

ALBERTO Z POLA TKÁČA Professeur d’anthropologie sociale à l’Université de Pablo de Olavida

La FIFA a été largement applaudie en excluant la Russie des compétitions internationales. L’UEFA a fait de même lors de ses championnats. La décision est, dans une certaine mesure, un tournant inattendu et nouveau, car ces organisations n’ont depuis longtemps rien fait contre les guerres illégales ou les crimes contre l’humanité. La même année que l’Allemagne nazie a participé à la Coupe du monde de 1938 en France, ses dirigeants ont soutenu l’incendie de 400 synagogues, la mort de centaines de Juifs et l’arrestation de 30 000 autres avant d’envahir la Pologne peu de temps après. Et la Marseillaise a continué de résonner dans les stades, malgré le fait qu’un million et demi d’Algériens qui voulaient l’indépendance de la France sont morts dans les années 1950 et au début des années 1960.

Il est vrai qu’il n’y a pas que les Européens qui ont profité du fait que la FIFA détourne le regard. En 1978, le dictateur argentin Videla a obtenu l’organisation de ce qu’il a appelé la « Coupe du monde pour la paix ». Le président de la FIFA, Havelange, se fichait qu’à 700 mètres du stade où avait eu lieu l’inauguration se trouvait le principal centre de détention, de torture et de mort du pays. Pendant le mois qu’ont duré les Coupes du monde, les meurtres, qui étaient au nombre d’environ 30 000 à la fin de la dictature, n’ont pas cessé. Les buts et le triomphe de Mario Kempes à Albiceleste ont permis au tyran de briller et de dissimuler ses crimes.

Bien sûr, la FIFA n’a pas été moins indulgente avec d’autres régimes aux idéologies contradictoires. De 1958 jusqu’à sa désintégration, l’ex-Union soviétique a disputé sept finales de Coupe du monde, torturant, assassinant ou emprisonnant des dissidents dans les « psikhushkas » (hôpitaux psychiatriques qui servaient de prisons). Poutine, qui a servi le pays en tant qu’agent du KGB de 1975 à 1991, est un autocrate ignoble. Pourtant, la FIFA ne voyait pas l’inconvénient de lui attribuer la Coupe du monde 2018, alors que le conflit avec l’Ukraine durait depuis quatre ans. Le CIO ne diffère pas beaucoup en termes de sourire aux régimes autoritaires. Ainsi, Pékin est la seule ville au monde à accueillir les Jeux olympiques d’été (2008) et d’hiver (2022).

Ces jours-ci, j’écoute et je lis qu’il faut se féliciter du fait que la FIFA et l’UEFA ont enfin compris que le sport ne peut pas être utilisé pour assainir des régimes qui ne respectent pas les droits de l’homme. Je célèbre l’interdiction du sport en Russie. Entre la souveraineté légitime d’un pays démocratique et l’effort mégalomane pour construire une grande Russie avec le sang et le feu, il n’y a aucun doute avec qui se tenir.

Le fait que le sport ait contribué à l’isolement de la Russie est une bonne nouvelle, car cela pourrait nous ouvrir la possibilité de nous mettre d’accord sur les normes minimales civiques et éthiques requises pour participer à des compétitions internationales, et plus encore d’organiser des événements qui servent de vitrine pour l’hôte. des pays. Cependant, je ne suis pas optimiste. La Russie ne participera pas à la Coupe du monde du Qatar, un pays où les travailleurs migrants sont obligés de travailler à la rénovation du stade Khalifa, son code pénal prévoit des peines de cinq ans pour les homosexuels et les femmes doivent demander à leurs tuteurs masculins la permission de se marier ou d’étudier à l’étranger . Cependant, la FIFA gagne des millions.

Je salue le fait que les organisations internationales de football se joignent à la solidarité avec les Ukrainiens, mais je me demande pourquoi elles ne sont pas également sensibles à la souffrance des Palestiniens, des Afghans, des Irakiens, des Syriens, des Yéménites et de bien d’autres. Mesut Özil a condamné que plus d’un million de groupes ethniques ouïghours en Chine aient été persécutés et emprisonnés dans des camps de détention, ce que le gouvernement de Pékin appelle la « rééducation ». Arsenal, où Özil jouait à l’époque, a pris bien soin d’écrire à Weibo (Facebook chinois) que, par principe éthique, le club s’est toujours tenu à l’écart des questions politiques. Bien sûr; l’entreprise est maintenant en Asie. Tous les clubs le savent et la FIFA le sait, il est donc temps de se taire. Il est plus facile d’entrer en contact avec la victime lorsque le conflit concerne les intérêts politiques et économiques de l’Occident que lorsque la victime est éloignée des centres de pouvoir égalitaire qui soutiennent les organisations sportives internationales. La FIFA restera donc fidèle à ses deux vérités : qu’il ne faut jamais oublier qui est à tout moment, et que se battre est un combat.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.