L’Agence spatiale européenne suspend sa mission sur Mars avec la Russie : sanctions imposées sur l’invasion de l’Ukraine | La technologie

Les décisions ont été prises en raison de l’invasion russe de l’Ukraine. Le directeur général de l’organisation européenne a qualifié la mesure de « difficile mais nécessaire ».

le Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé la suspension du lancement ce jeudi Mission Exomarsdont le but est de rechercher des preuves biologiques ou géologiques de la vie sur Mars, vu l’impossibilité de coopérer avec l’agence russe Roscosmosavec qui il a collaboré à ce projet.

L’ESA, qui s’est dite « entièrement » en accord avec les sanctions imposées à la Russie par ses États membres après le début de l’invasion de l’Ukraine, a déclaré qu’elle évaluerait les options disponibles pour la mission à laquelle le rover se préparait. (Scan véhicule) en septembre.

Josef Aschbacher, directeur général de l’organisationil a ajouté sur Twitter que la décision de la suspendre était « difficile mais nécessaire ».

Le Conseil de l’ESA, qui s’est réuni à Paris ces mercredi et jeudi, a indiqué que « devant l’impossibilité de mener une coopération continue avec Roscosmos dans le cadre de la mission Exomars », il a demandé à son directeur général « de prendre les mesures appropriées pour suspendre les activités de coopération. « Avec une agence russe.

L’autorité européenne a rappelé ce jeudi que la décision de Roscosmos de retirer son personnel du centre spatial européen en Guyane française a interrompu toutes les missions qui s’apprêtaient à être lancées par une fusée russe Soyouz.

Aschbacher a déjà commencé à analyser d’éventuels lanceurs alternatifs, a indiqué l’ESA, selon laquelle une réunion extraordinaire du Conseil sera convoquée dans les prochaines semaines pour présenter des propositions concrètes aux États membres.

L’agence a ajouté que le programme sur la Station spatiale internationale (ISS) se poursuivait et a souligné que son objectif principal était d’assurer la sécurité de ses opérations. L’ISS se compose de l’ESA, de Roscosmos, de l’Agence spatiale américaine (NASA), de la JAXA du Japon et de l’ASC du Canada.

La réponse de Roskosmos

Suite à une décision prise par l’agence spatiale russe ESA, Roscosmosil a accusé aujourd’hui son homologue européen de faire passer sa position anti-russe avant l’objectif commun de l’humanité d’étudier l’espace en suspendant le lancement de la mission Exomars.

« Il est dommage que des collègues de l’ESA placent leur position anti-russe au-dessus des objectifs communs de l’humanité d’étudier l’univers », a-t-il déclaré. Dmitri Strugovets, responsable du service de presse de Roscosmos.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.