L’ancien président français Nicolas Sarkozy reconnu coupable de financement illégal de campagne | Monde | DW

Un tribunal français a reconnu l’ancien président Nicolas Sarkozy coupable ce jeudi (30/09/2021) de financement illégal de campagne, après avoir dépassé le plafond officiel des frais lors de l’élection présidentielle de 2012.

Ainsi, la condamnation est intervenue dans l’affaire dite Bygmalion, qui a été noyée dans les comptes de la campagne présidentielle de 2012, que le président de l’époque a perdue face au socialiste François Hollande.

Sarkozy, 66 ans, est devenu en mars le premier ancien président de la Ve République française (régime en vigueur depuis le 5 octobre 1985) à être condamné à une peine de prison (1 an) pour corruption et vente d’influence dans d’autres affaires.

La présidente du tribunal, Caroline Viguier, a donné lecture du verdict avant de condamner l’ancien chef de l’Etat, qui n’était pas présent au verdict, et contre 13 autres prévenus.

A l’issue du procès (tenu en mai et juin), les procureurs avaient requis un an de prison, dont six mois de mise en conformité obligatoire, pour cette campagne.

L’avocat français Patrick Maisonneuve (au centre) arrive pour assister à l’audience de détermination de la peine dans l’affaire dite Bygmalion, qu’il a présidée

Arrangements financiers

Les frais excédentaires seront dissimulés dans des arrangements financiers entre le parti au pouvoir, l’Union pour un mouvement populaire (UMP), et la société organisatrice de l’événement, Bygmalion.

Contrairement aux 13 autres personnes siégeant sur le banc, l’ancien chef de l’Etat conservateur n’est pas accusé d’avoir mis en place un système de double facturation, mais de « financement illégal de campagne ».

En particulier, 42,8 millions d’euros (environ 49,6 millions de dollars) ont été dépensés, soit près du double du plafond légal.

L’ancien président a également d’autres processus ouverts. La justice l’a accusé de corruption passive, entre autres crimes, sur le financement présumé de la campagne de 2007 qui l’a amené à l’Elysée.

ee (effe / afp)

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.