le célèbre défenseur de la vie, fondateur de la « veillée pour la vie », est décédé.

Eric Angier de Lohéac, l’infatigable défenseur de la vie de sa conception à sa fin naturelle, a retrouvé la « Veillée pour la vie » en 2011 dans la nuit du 17 au 18 mai à l’âge de 37 ans ce jeudi, il le sait.

Eric Angier de Lohéac a été opéré d’une tumeur au cerveau en 2015 et a connu une « récidive du cancer » l’automne dernier. Malgré sa maladie, il « n’a cessé de porter dans son cœur et dans sa vigilance apostolique pour la vie.

La demande de Benoît XVI

En réponse à l’appel du Pape Benoît XVI. prier pour la vie des enfants à naître a été lancé en 2011 par Eric Angier de Lohéac avec un groupe de jeunes laïcs une plateforme en ligne visant à créer des listes, promouvoir et faciliter l’organisation de veillées de prière pour la vie. Depuis, ils sont organisés au début de chaque temps de l’Avent dans plusieurs centaines de paroisses en France et même dans le monde. « Quand Benoît XVI demandé d’organiser ce genre de veillée, j’ai trouvé incroyable de voir comment l’impulsion s’est propagée en France », expliquait-il dans une interview à Famille Chrétienne en 2015. Puis, avec un séminariste et un jeune couple, il a monté un blog très simple restaurer la culture de la vie en France. Progressivement, le site est devenu une véritable plateforme où les informations de vigilance peuvent être publiées et les contenus peuvent être partagés. Pour moi, ce mouvement, c’est un peu comme un enfant, dont j’aime observer le développement », a-t-il avoué.

Cet homme profond, qui participait volontiers aux congrès missionnaires organisés à Paris, était convaincu de la place primordiale de la prière dans la lutte pour la défense de la vie depuis sa conception jusqu’à sa fin naturelle. « Nous savons que si nous ne faisons pas confiance à Dieu en premier lieu, nos activités seront vaines », a déclaré Famille Chrétienne en 2014. Il était convaincu que la prière est le cœur de toute action et sa seule arme. Il considère la prière d’autant plus nécessaire à l’heure où de nouveaux actes juridiques visant au caractère sacré de la vie humaine sont adoptés en France.

Activité sociale

Autre arme qu’Eric Angier de Lohéac a voulu développer, l’activité sociale au sens large et noble du terme : vie naissante ». Son ambition était également d’influencer le monde de la culture en créant le Festival de la vie en 2016. « La musique est un médium qui peut nous aider à extérioriser la beauté de nos idées », a-t-il déclaré.

photo : unsplash.com

« Malgré les tempêtes et les doutes, Eric, en bon marin », est resté à bord « de l’association jusqu’au bout, a inlassablement prié, appelé, écrit », raconte son association. Il puisait sa force dans l’amour de Jésus dans l’Eucharistie, recevant la Sainte Communion aussi souvent que possible. et l’adoration, mais aussi du chapelet quotidien. Il mourut oint par le sacrement des malades, qu’il reçut régulièrement tout au long de la maladie. Le sacrement des malades – confiait-il en 2016, quelques mois après une importante opération au cerveau – m’a donné non seulement une force spirituelle et mentale, mais aussi physique ! J’ai senti le Christ me porter. »

>>> François : la défense de la vie comme rôle de l’Église

Les obsèques d’Eric Angier de Lohéac ont eu lieu le vendredi 20 mai à 10h00 à Carnac. « Le plus bel honneur que nous puissions lui rendre aujourd’hui est sans doute la poursuite de son oeuvre, une autre prière pour la vie, dans la communion des saints, avec ceux qui nous ont précédés dans ce combat », encourage le mouvement Veillées pour la vie. .

Lire Soutenez-nous !

Nous travaillons également avec votre aide. Soutenez les activités d’évangélisation de notre salle de presse !

Régine Martel

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.