Le gouvernement de Madère considère que la décision de l’UE sur la zone franche de Madère n’est pas une nouveauté – Europe

« Je pensais que ce n’était pas une nouvelle ce qui a finalement été publié vendredi par l’Union européenne », a déclaré Pedro Calado aux journalistes en marge de sa visite des travaux dans les trois cours d’eau de Funchal qui ont été touchés par l’ouragan du 20 février 2010.

La Commission européenne a conclu vendredi que le régime de la zone franche de Madère III (ZFM), en vigueur jusqu’au 31 décembre 2014, violait les règles en matière d’aides d’État, car il inclut des entreprises qui ne contribuent pas au développement de la région, car le Portugal doit désormais récupérer toutes les « aides indues », plus les intérêts ».

L’enquête a été lancée en 2018 et a révélé que « la mise en œuvre du régime de zone franche de Madère III au Portugal n’était pas conforme à la décision d’aide de la Commission d’État », soulignant que « des réductions d’impôt ont été appliquées aux entreprises qui ne représentaient aucune valeur supplémentaire pour développement régional ». Ainsi, selon les responsables madériens, cette décision « représente une relance d’un processus en cours depuis 2017, 2018 et 2019 », étant donné qu’« en 2019, beaucoup d’informations ont été demandées à toutes les entreprises impliquées. opère au Centre international des affaires de Madère (CINM) ».

Pour les responsables insulaires, « la question qui se pose ici est interprétative, à savoir si les emplois doivent être considérés uniquement à Madère ou si les entreprises basées dans la région peuvent avoir des emplois dans le monde ».

Pedro Calado fait valoir que le CINM a été créé « pour attirer des entreprises internationales, qu’il a des activités à Madère et qu’il existe de nombreuses entreprises réparties dans le monde entier ».

« Les travailleurs dispersés dans le monde effectuent leurs déductions IRS (Imposto sobre Income de Pessoas Isulares à Madère, paient des impôts ici [na região] et les entreprises aussi », souligne

Pedro Calado a assuré que « tout cela a été expliqué à la Commission européenne et fait l’objet d’une enquête ».

Maintenant, nous pensons que c’était une coïncidence brutale que cette nouvelle soit sortie hier [sexta-feira], précisément à la veille de l’arrivée d’une femme qui a le plus nui au CINM, qui a menti de manière flagrante sur le CINM », a-t-il déclaré, faisant allusion à la visite de la candidate présidentielle Ana Gomes ce week-end à Madère.

Le vice-président a souligné que le candidat « a eu le temps de venir à Madère pour la campagne électorale et n’a même pas eu le temps de visiter l’ICM, il n’a jamais manifesté d’intérêt pour visiter le centre ».

Pedro Calado a défendu qu’Ana Gomes devrait « au moins » visiter le CINM et « reconnaître haut et fort les avantages » représentés par 2 300 entreprises pour Madère, 6 000 emplois et 100 millions d’euros de recettes fiscales.

« Par conséquent, quiconque ose venir à Madère pour vilipender le CINM ne devrait pas être bien reçu et ceux qui l’acceptent bien devraient avoir honte du mal que cette femme a fait à la région, notamment en nuisant à nos recettes fiscales », a soutenu.

Le responsable a reconnu que « dans cette analyse, il peut toujours y avoir des entreprises qui ne respectent pas leurs limites d’emploi et les avantages fiscaux qu’elles obtiennent » et « si cela se produit, les entreprises qui mentent devraient être condamnées à une amende ».

Cependant, il a souligné que cette situation « est aussi la preuve que CINM est l’une des entités les plus surveillées et les plus réglementées de toutes les places financières connues ».

« D’ailleurs, pour ceux qui disent que Madère est un paradis fiscal, c’est la preuve qu’il n’en est rien. sont des contrôles. , il y a un suivi et l’entreprise est auditée et contrôlée correctement », a-t-il conclu.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.