Le jour où la France a reconnu les mérites de Maritx Anatol

document non publié montre que l’IRUNDARRA a rejoint le Réseau Comte et que la France a

tuAujourd’hui, un document inédit vient à la lumière. Anatol d’Irun, membre de l’historique Comète Rouge Maritx, a été récompensée « la France Combattante » et en l’occurrence par la Section Britannique pour sa généreuse contribution et après avoir risqué sa vie. Comme elle l’a déclaré dans une interview publiée dans Appel en 1978, « j’ai franchi la frontière de 113 pilotes et 39 juifs ».

Le texte traduit de cet important document se lit comme suit : « Nous avons le plaisir de confirmer que, selon nos rapports, Madmoiselle Marichou Anatol, résidente du manoir Kontxeshinea à Behobia, était un membre actif du Comète Escape Network et a contribué à risquer de nombreux Pilotes alliés pendant l’occupation allemande. Le texte est signé par la « France combattante » le 27 mai 1946 à Paris, et plus précisément par « Envoi d’assistance aux réfugiés alliés, section britannique ».

Anatol était une femme basque aussi dévouée qu’inconnue. La femme de Gipuzkoa faisait partie d’un réseau d’évasion très actif pendant la Seconde Guerre mondiale, mais n’a pas répondu favorablement aux Alliés, qui ont alors laissé les Basques comme elle sous le joug de Franco. « Le fait qu’Anatol et les gens qui l’aimaient faisaient partie de la Comète rouge était une belle leçon de dévouement démocratique et a eu une réponse absolument regrettable car elle a maintenu une dictature pendant 40 ans », déplore l’ancien sénateur de l’EAJ-PNV Iñaki Anasagasti.

Le chercheur Aitor Miñambres apprécie l’existence de ce document car il suppose qu’Anatol appartenait à la comète rouge. Le directeur du musée du mémorial de la ceinture de fer, basé à Berang, convient avec Anasagasti que si Gipuzkoa a contribué à la démocratie en Europe, paradoxalement, elle finirait par souffrir sous la dictature de Franco. « Ce document démontre sans aucun doute la grande contribution qu’Anatol a apportée aux efforts des Alliés en tant que citoyen basque pour libérer l’Europe et parvenir à la démocratie, qui, cependant, a atteint la France et l’Allemagne, mais n’a pas pu y penser. dans l’État espagnol ou en Euskadi ».

Cette résiliente, extraordinairement conçue et sans affiliation ni sympathie pour les abréviations politiques ou syndicales, elle est née María Anatol Aristegi et est décédée à l’âge de 72 ans, « vieille, aveugle, rhumatismale », comme elle se décrivait elle-même. « Mais avec des chaussures et une tête relevée », a-t-il déclaré à Vicente Escuder sur le site Appel en 1978. Il mourut trois ans plus tard.

Bien qu’ignorée jusqu’au dernier souffle car généreuse dans ses aventures quotidiennes, la querelle de Mugalari depuis Irun faisait partie de l’historique Comète rouge, organisation franco-belge fondée à Bruxelles en 1940 pour évacuer les combattants alliés persécutés par les nazis. liberté.

Anatol avait la double nationalité. Elle était la fille d’un homme de Béhobie (Labourd) et d’une femme d’Irun (Gipuzkoa). Ils possédaient une agence douanière. Selon Iñaki Rodríguez dans l’encyclopédie Auñamendi, cette jeune femme avait un frère ingénieur, un autre prêtre et un troisième récompensé pour la recherche chimique. Il a inventé le médicament anti-fatigue Ergadyl et, après avoir été emprisonné par les nazis, a fini comme professeur à l’Université de Reims.

Au moins quatre Basques ont rejoint ou ont été recrutés dans la Comète Rouge. Le chercheur Jiménez de Aberasturi en mentionne initialement trois : Martín Hurtado de Saracho de Bilbao ; Ambrosio San Vicente, originaire de Gasteiz, nationaliste et membre de l’arabe Buru Batzar et Alejandro Elizalde, Elizondov gudari.

Alejandro Iribarren et Florentino Goicoechea faisaient également partie du Maritx. C’est Elizalde qui a capturé Anatol, un personnage « courageux et pittoresque » qui collabore activement avec le groupe sur les contacts, les voyages et les tâches d’approvisionnement. L’ensemble du groupe, à l’exception d’Irunesa, a été arrêté en 1943 et déporté dans des camps de concentration nazis en Allemagne, d’où les battus et les malades sont revenus à la fin de la guerre.

Secret Au moment de rejoindre l’organisation de résistance anti-nazie, Anatol se contentait d’activités illégales. Il est venu vivre avec les nazis dans sa maison confisquée, risquant sa vie en tant que dernier membre de l’organisation. « Nous étions un groupe d’aventuriers, des gens déterminés », a-t-il souligné, selon Rodríguez Álvarez. Il les récupère à Paris, voyage avec eux dans un train de nuit avec de faux papiers jusqu’à la maison d’Ambrosio San Vicente de Donibane Lohizune, puis quitte la ferme Sarobe à Oiartzune pour l’Espagne franquiste en direction Portugal-Londres. . C’était le dernier salut. Ceux qui ont étudié son personnage affirment que Red Comète ne faisait pas confiance à ses méthodes personnelles. En fait, les Britanniques ne voulaient pas parce qu’ils passaient de nombreuses heures avec les nazis. En tout cas, il « portait un inséparable petit pistolet Star ».

Le 13 juillet 1943, le groupe basque Red Comète est arrêté par la Gestapo. Trois membres ont été déportés en Allemagne mais ont survécu. Marix a été sauvée. Elle est passée par le commissariat de la Gestapo à Bayonne et la prison de Biarritz, tenant bon lors des interrogatoires et célébrant sa liberté. En 1945, elle retourne à Irun, où elle épouse Eugène Angos, homme d’affaires et athlète. Il dirigeait sa propre agence douanière. Son travail n’est pas passé inaperçu même après la libération de la France. Marshall et Eisenhower l’ont fait eux-mêmes. Et précisément le fait qu’au cours de ces six années, Anatol a croisé, entre autres, André Mattei, qui est devenu le ministre français autorisé, ou le prince Albert de Ligne.

« Une fois », raconte le chercheur Aitor Miñambres, « son mari a demandé combien de Maritx avaient traversé la frontière, lui disant que c’était 69. Eh bien, quelque temps plus tard, il a reçu un avis lui demandant d’aller chercher un collier de 69 perles ».

Elle a tout noté dans un cahier et « leur a demandé un adieu à l’adieu », raconte José Miguel Romaña. « Si je renaissais – a conclu Anatol – je ferais la même chose. Je rejoindrais la Résistance « Le risque, l’aventure et la vie confortable m’ennuient, la vie douce ».

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.