Le nouveau gouvernement de Macron est ébranlé par des allégations de viol contre l’un de ses ministres

Première modification : Dernière mise à jour:

Deux femmes accusent Damien Abad, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, de viol. L’information a été révélée le week-end dernier par le quotidien d’investigation sur Internet Mediapart. Ces affaires remontent à 2010 et 2011. L’homme politique, ancien patron du club conservateur Les Républicains à l’Assemblée nationale, atteint d’une maladie invalidante, nie les faits.

« Je rejette fermement ces allégations, qui » font référence à des actions ou des gestes qui me sont tout simplement impossibles en raison de mon handicap « , a déclaré Abad à l’agence de presse française AFP. Abad souffre d’arthrogrypose, une maladie rare qui bloque ses articulations et réduit sa mobilité.

Selon partie média, une jeune femme assure que Damien Abad a insisté pour la voir à plusieurs reprises en 2010. Après plusieurs refus, elle a finalement accepté de prendre un verre avec l’homme politique. Puis il ne se souvient de rien jusqu’à ce qu’il se réveille au lit dans une chambre d’hôtel en sous-vêtements à côté d’Abad, qui était député européen à l’époque. La femme pense qu’elle a été droguée, mais n’a jamais porté plainte.

Une autre affaire remonte à 2011. Elle est une ancienne membre du mouvement politique d’Abad. La jeune femme parle également de viol après avoir commencé à avoir une relation sexuelle consentie. Il a porté plainte, mais en 2017, elle a été archivée.

Abad n’a pas l’intention de démissionner. Il insiste sur le fait qu’en raison de la maladie dont il souffre, il ne peut même pas se déshabiller, ce qui est une activité pour laquelle il a besoin de l’aide d’un travailleur social, et qu’il ne peut donc physiquement forcer personne. Aucun membre du gouvernement ne lui a demandé de démissionner de MsZ.

La porte-parole du nouveau gouvernement, Olivia Grégoire, s’est limitée en conférence de presse à dire que le gouvernement est du côté de faire preuve d’un « immense courage » pour s’exprimer, et que dans le cas d’Abad, seule la justice doit et a le pouvoir. decider

La situation est assez inconfortable pour l’exécutif d’Emmanuel Macron, puisque le président lui-même a répété à plusieurs reprises que l’une de ses priorités était de lutter contre les violences faites aux femmes.

Le mouvement #MeToo, qui vise à inciter les victimes d’agressions sexuelles, notamment les femmes, à postuler, a secoué le monde du cinéma, du théâtre, de l’université, des médias et de la politique en France ces dernières années.

Le cas d’Abad rappelle le cas récent de Taha Bouafs, 25 ans, qui a démissionné en tant que candidat de première ligne le 10 mai lors des élections législatives des 12 et 19 juin, avant que les allégations d’agression à son encontre ne soient rendues publiques.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.