Le Premier ministre australien dément avoir menti au président français sur l’annulation du programme de sous-marins

Le Premier ministre australien Scott Morrison a démenti lundi avoir menti au président français Emmanuel Macron pour annuler un futur programme de sous-marins (FSP) pour la construction de 12 sous-marins diesel-électriques et l’a valorisé à environ 90 milliards de dollars.

En marge du sommet des dirigeants du G20 à Rome, Morrison a déclaré avoir clarifié la question lors d’un dîner en juin à l’Elysée.

« J’ai dit que les sous-marins conventionnels ne serviraient pas nos intérêts stratégiques. Je l’ai dit très clairement, nous dînions ensemble », a déclaré Morrison.

Le dirigeant australien a déclaré que les retards au cours du programme les avaient obligés à rechercher des alternatives. « Les intérêts de défense de l’Australie passent en premier. Ces sous-marins n’étaient pas les sous-marins dont l’Australie avait besoin », a expliqué Morrison.

Voir également: Boris Johnson appelle la France au « calme » avant l’alliance du Royaume-Uni, des États-Unis et de l’Australie

« Je ne voulais pas que l’Australie se contente de moins, et nous avons toujours voulu un sous-marin à propulsion nucléaire », a poursuivi Morrison.

Macron a accusé Morrison de mentir lorsqu’il a déclaré que la France avait été avertie à l’avance d’annuler le spectacle.

Au début du mois dernier, l’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thébault, a déclaré que son pays revoyait ses relations diplomatiques avec Canberra en raison de la récente annulation d’un contrat d’acquisition de sous-marins.

Thebault a critiqué l’administration Canberry pour avoir décidé en septembre d’annuler son programme de rachat et l’a qualifié d ‘ »enfantin », selon les médias locaux.

À la mi-septembre, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont soudainement annoncé le lancement du programme Aukus, dans le cadre duquel l’Australie va acquérir la technologie américaine et britannique pour construire des sous-marins à propulsion nucléaire.

Aukus a dépouillé la France de son accord de défense avec l’Australie, ce qui a déclenché une crise diplomatique entre Paris, Canberra et Washington. Selon ABC News, Scott Morrison a tenté de parler à Emmanuel Macron après l’apparition de tensions diplomatiques, mais Macron n’a pas répondu.

Les pays de la région ont également exprimé leur inquiétude quant au transfert de technologie nucléaire et à d’éventuelles courses aux armements, mais Canberra a souligné qu’elle ne souhaitait pas acquérir d’armes nucléaires ou de capacités nucléaires civiles.

Le nouveau pacte de défense est également considéré comme un autre groupement pour faire face à l’influence économique et militaire croissante de la Chine dans la région Asie-Pacifique au sens large, en mettant l’accent sur la mer de Chine méridionale.

* Traduit par Daniel Gallego.

Le site Web d’Anadol ne contient qu’une fraction des nouvelles offertes par les abonnés du système de diffusion de nouvelles AA (HAS) sous forme agrégée.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.