Le procès de Josu Urrutikoetxea pour une attaque contre la caserne de Saragosse aura lieu en janvier 2024

La chambre criminelle du tribunal national a fixé le 9 janvier 2024 un procès contre l’ancien dirigeant de l’ETA José Antonio Urrutikodetxe, Josu Urrutikoetxeapour lui attaque de la caserne de Saragosse en 1987au cours de laquelle onze personnes sont mortes, dont six enfants.

Dans l’ordonnance publiée aujourd’hui, à laquelle Efe a accès, le tribunal indique les jours 9, 10 et 11 janvier 2024 un procès contre Urrutikoetxe, dont la participation à l’audience se fera par une procédure d’extradition lorsque sa responsabilité pénale en France sera levée, ou par une extradition provisoire.

Dans la deuxième ordonnance, la chambre criminelle de la Cour suprême nationale rejette la demande de l’Urrutikoetxea rapporté l’attaque.

Le tribunal répond à cette demande avec un avocat qui ne l’a pas fourni « éléments indicatifs » qui pourrait déterminer l’éventuel lien « proche, familial ou professionnel » des agents ci-dessus avec les faits à apprécier.

Dans une déclaration à Efe, un avocat de l’Association espagnole de la garde civile (AEGC) et deux victimes de l’attaque, l’avocat Jorge Piedrafita, ont salué la décision du tribunal d’autoriser l’avocat du « dernier mensonge » Urrutikoetxea à demander une action en justice contre son client.

Le rapport, ajoute Piedrafita, identifie l’ancien dirigeant comme « le principal dirigeant de l’ETA au moment des événements et qui a donné le commandement à Argal entreprendre l’attaque la plus sanglante menée en Aragon« .

Cette juridiction a, par le passé, retenu l’ensemble des éléments de preuve apportés par les parties, à l’exception du moyen de défense relatif aux données personnelles des agents auteurs de ce rapport.

Il a également accepté d’appeler deux témoins désignés par l’accusation et la défense, Jacques Esnal et Frédéric Harambour, membres du commandement Argal de l’organisation terroriste, dont faisait partie l’auteur matériel de l’attaque de Casa Cuartel. Unaï Parot.

En ce qui concerne Esnal et Haranboure, tous deux emprisonnés en France, le tribunal précise que p « avertissement suffisant » A l’issue du procès, il sera décidé, après consultation des autorités françaises, si l’acte d’instruction se fera par remise provisoire ou par visioconférence.

Le parquet et les accusations privées et populaires contre cet ancien dirigeant politique de l’ETA ont réclamé plus de 2 000 ans de prison.

Trois jours après l’attentat, comme le souligne le procureur dans l’avis qu’il a présenté à la fin de l’enquête, le comité exécutif de l’ETA a revendiqué la responsabilité dans un communiqué publié dans le journal Egin, à une époque où Ternera faisait partie de la direction du gang le long avec les condamnés. Francisco Mugika Garmendia et José María Arregi Erostarbe.

Les trois, a ajouté le procureur, « décideront de mener une opération terroriste à grande échelle en réponse à l’arrestation de Santiago Arrospide, le chef de l’organisation terroriste ‘Santi Potros’, et ordonneront au commandement d’Argala de se rendre à Saragosse pour placer un voiture piégée dans la caserne de l’Avenida de Cataluña.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.