L’Église espagnole exclut la création d’une commission pour enquêter sur les abus

Cardinal Président de la Conférence épiscopale espagnole (CEE), Juan José Omella, a exprimé aujourd’hui sa volonté de clarifier les infractions en Espagne mais a refusé « pour l’instant » de recourir à une commission indépendante, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse après avoir rencontré le pape à Rome.

« Face au problème des abus, nous ressentons tous la grande douleur de cette réalité au sein de la société et le désir de tout temps de notre proximité, de tous les évêques, qui ont formé des commissions dans chaque diocèse, pour recueillir les plaintes, accompagner ceux qui se sentent blessés et empêcher que cela se reproduise à l’avenir », a déclaré l’archevêque de Barcelone.

Omella, qui a dirigé le voyage « ad limina » du deuxième groupe d’évêques espagnols au Vatican, a ainsi fait référence à une enquête du journal espagnol El País, qui a couvert 251 cas d’abus dans différents diocèses et qui se sont terminés dans la maison du pape . attention.

Le président des évêques espagnols a expliqué que des rapports ont été envoyés à tous les diocèses du pays et la religion, parce qu’il y avait des allégations d’inconduite commise dans l’école, et qu' »ils ont répondu petit à petit » mais ils ont aussi demandé des informations aux journaux.

« Tous les diocèses réagissent petit à petit. Ils ont répondu à El País en demandant d’envoyer des données car dans certains il n’y a pas de données. (Si) il y a une allégation d’un prêtre ou d’un religieux, dites-moi de qui il s’agit et nous enquêterons », Indien.

Cependant, Omella refuse de suivre l’exemple d’autres pays comme le Portugal, dont l’Église a confié les enquêtes sur les abus à une commission indépendante, et défend la stratégie selon laquelle chaque diocèse est chargé d’étudier les plaintes. Et il a assuré qu’il avait le soutien du pape et de la Congrégation vaticane pour la doctrine de la foi.

« Il semble que nous soyons le traitement le plus proche des gens, car il est difficile d’aller à Madrid et il est plus facile de pouvoir enquêter et aider les gens. Nous devons faire tout ce que nous pouvons et nous sommes prêts. clair à ce sujet », a-t-il déclaré.

A ce sujet, interrogé sur la possibilité de former cette commission, il a répondu : « Pas pour le moment, car comme il y a déjà partout, des entités dupliquées sans nécessité, je pense que ce n’est pas nécessaire. »

« Le Portugal fait ce qu’il juge approprié, comme la France, l’Allemagne ou l’Italie… nous sommes en contact avec le Saint-Siège par protocole et ils semblent aller bien. S’il y a une difficulté, nous l’examinerons au fur et à mesure,  » il s’est arrangé.

L’archevêque de Valence, Antonio Cañizares, a accusé le journal de « condamner sans fournir d’informations » lors d’une conférence de presse, visiblement vexé.

Lors de la rencontre des évêques hispano-catalans et valenciens avec le pape, des questions sur la situation politique ou sociale en Espagne « au niveau général » ont été soulevées, telles que phénomènes migratoires et « sait accueillir et intégrer tous les immigrés »dit Omella.

Mais la situation en Catalogne et la nécessité de s’attaquer à la « polarisation politique » ont également été évoquées.

« Notre tâche fondamentale (en tant qu’église) est de rendre l’Evangile présent dans nos cercles, nos diocèses et notre société et nous devons éviter toute idéologie qui pourrait conduire à la polarisation », a déclaré l’archevêque de Tarragone, Joan Planellas.

Et j’ai ajouté : « Nous devons éviter toute idéologie pouvant conduire à la polarisation. La polarisation politique est là et nous devons panser ces blessures. »

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *