Les dernières nouvelles de l’Ukraine. Maire d’Irpin, une « ville libérée par les envahisseurs »

Zelensky, Paris a « peur » de la Russie, Londres n’en a pas

La France a « peur de la Russie » et ne fournit donc pas à l’Ukraine des armes offensives telles que des chars, tandis que le Premier ministre britannique Boris Johnson « est un dirigeant qui aide plus » que d’autres à la résistance contre Moscou en raison de la pression du peuple britannique : Ukrainien a déclaré le président Volodymyr Zelensky dans une interview à l’hebdomadaire britannique Economist. Lorsque le président français Macron a demandé plus d’armes, il a déclaré que les armes d’assaut, telles que les chars, étaient une ligne rouge que les partenaires de l’Ukraine ne pouvaient pas franchir. Pourquoi? On a demandé à Zelensky : « Parce qu’il a peur de la Russie. Et c’est tout. Et celui qui le dit le premier est le premier à avoir peur », a répliqué le dirigeant ukrainien. Or, c’est l’inverse qui est vrai pour Londres : « Pour être honnête, (le Premier ministre britannique Boris, ndlr) Johnson est le dirigeant qui aide le plus. Les dirigeants des pays réagissent à la façon dont leurs électeurs agissent. Johnson est un exemple dans ce cas », a souligné plus tard Zelensky en répondant à une question sur le Royaume-Uni. Ainsi, Londres est loin devant l’appel d’offres pour l’aide à Kiev par rapport à Paris, tandis que Berlin « essaye d’être équilibré ». Les Allemands « ont une longue relation avec la Russie et regardent la situation à travers le prisme de l’économie », a déclaré Zelenskyj. Parfois, ils aident… Ils examinent aussi comment la situation affecte leur pays. Ils peuvent aider s’ils sont sous pression nationale et ils peuvent s’arrêter lorsqu’ils voient que ce qu’ils ont fait est suffisant. Quant à Washington, le président ukrainien a souligné que les États-Unis « aidaient. Beaucoup de pays en Europe, surtout l’OTAN, ont beaucoup d’outils, comme disent nos soldats. C’est pourquoi les États-Unis ont poussé de nombreux pays à nous aider, mais un peu plus lentement que nécessaire.

Soldat ukrainien près du village de Lukyanivka

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.