Les interdictions sportives se multiplient en Russie, du patinage à l’athlétisme

De plus en plus de sports répondent aux exigences du Comité international olympique et, après l’invasion de l’Ukraine, excluent les représentants russes de toutes les compétitions internationales.

La Russie s’est vu interdire mardi l’athlétisme, le basket-ball, le patinage sur glace et le ski, au lendemain de l’interdiction de participer aux tournois de football et de hockey, sport favori de son président, Vladimir Poutine.

L’Union internationale de patinage (ISU) a déclaré qu’aucun patineur de Russie ou de Biélorussie ne sera « invité ou autorisé à concourir » jusqu’à nouvel ordre.

« Le Conseil de l’ISU réitère sa solidarité avec tous ceux qui sont touchés par le conflit en Ukraine, et nos idées s’adressent à l’ensemble de la population et du pays ukrainiens », a déclaré l’instance dirigeante de la discipline dans un communiqué.

La Biélorussie était un allié clé de Moscou dans son attaque contre l’Ukraine.

Les Championnats du monde de patinage artistique sont prévus plus tard ce mois-ci à Montpellier, en France. La décision de l’ISU signifie que la gagnante olympique Anna Shcherbak et sa partenaire Kamila Valieva (15 ans), qui était au centre d’une affaire de dopage non résolue le mois dernier lors des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, seront exclues.

L’isolement sportif a été critiqué en Russie.

« Notre pays a toujours adhéré au principe selon lequel le sport doit rester à l’écart de la politique, mais ils nous font toujours entrer en politique parce que je comprends l’importance du sport dans la vie du peuple russe », a déclaré mardi le vice-Premier ministre Dmitry Chernyshenko. , qui a reçu le CIO pour l’organisation des Jeux d’hiver de Sotchi 2014 lors d’une réunion du ministère des Sports.

En Norvège, les skieurs de fond russes qui ont remporté 11 médailles aux Jeux de Pékin ont dû rentrer chez eux après avoir été interdits de compétition par la Fédération internationale de ski.

La décision a été prise après un conflit de trois jours avec les responsables du ski norvégien, qui ont insisté pour ne pas autoriser les Russes et les Biélorusses à participer, même si l’instance dirigeante a maintenu le critère selon lequel ils peuvent concourir en tant qu' »athlète neutre autorisé ».

La Russie est suspendue en athlétisme depuis 2015 pour violation de dopage, mais pourrait concourir en tant que neutre. Mardi, la discipline a décidé d’expulser complètement la Russie et la Biélorussie.

Le président de la Fédération internationale d’athlétisme est Sebastian Coe. En tant qu’athlète, Coe a résisté au boycott des Jeux olympiques de Moscou en 1980 après l’invasion soviétique de l’Afghanistan et a remporté l’or au 1 500 mètres.

« J’étais contre la pratique des politiciens ciblant les athlètes et le sport pour la politique, alors que d’autres secteurs se consacrent à leurs affaires. »

« C’est différent parce que les gouvernements, les entreprises et d’autres organisations internationales ont imposé des sanctions et des mesures contre la Russie dans tous les secteurs », a déclaré un porte-parole de World Athletics. « Le sport doit s’intensifier et se joindre à l’effort pour mettre fin à cette guerre et rétablir la paix. Nous ne pouvons et ne devons pas rester sur la touche. »

La Russie a également été suspendue par la Fédération internationale de basketball. Cela affectera la campagne de qualification pour la Coupe du monde masculine l’année prochaine. Le match de qualification contre les Pays-Bas a été annulé la semaine dernière. L’équipe féminine s’est qualifiée pour la Coupe du monde, qui se jouera en septembre.

La Fédération internationale de volleyball a également retiré mardi à la Russie l’organisation des championnats du monde masculins en août et septembre et cherchera un ou plusieurs autres pays à organiser.

La natation a jusqu’à présent décidé d’ignorer la recommandation du CIO. L’instance dirigeante de la FINA a également déclaré mardi qu’elle autoriserait les athlètes russes et biélorusses à participer « en tant que neutres, à concourir sous le drapeau de la FINA et selon l’hymne de la FINA ». Sur son site Web, la Russie est répertoriée comme lieu des Championnats du monde sur courte piste de décembre.

Les instances dirigeantes de trois autres sports olympiques – l’escrime, le tir et la boxe – sont présidées par les Russes. Personne n’a opposé son veto à la participation des athlètes russes à leurs compétitions.

Alisher Usmanov, un magnat à la tête de la Fédération internationale d’escrime, a déclaré mardi qu’il suspendrait ses fonctions « jusqu’à ce que justice soit rendue » après avoir été sanctionné par l’Union européenne. Le tir a confirmé la participation des Russes et des Biélorusses au tournoi, qui se déroulera en Egypte, tandis que le boxeur a déclaré qu’il discuterait de la question « plus tard dans la semaine » lors d’une réunion du conseil d’administration.

L’invasion a également amené plusieurs sponsors et entreprises à rompre leurs liens. Adidas, le fabricant de maillots de l’équipe de football, a annoncé la résiliation immédiate de l’accord avec la fédération.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.