Les négociations pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien seront très difficiles, selon l’UE – Politique

Les négociations pour tenter de sauver l’accord nucléaire avec l’Iran, qui reprennent aujourd’hui à Vienne, seront « très difficiles », a prévenu le coordinateur de l’Union européenne (UE) Enrique Mora.

Après une interruption de cinq mois, les négociations pour sauver l’accord conclu en 2015 ont repris fin novembre lors du huitième cycle entre les pays encore signataires de l’accord, à savoir l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Chine, l’Iran et la Russie.

Cependant, Enrique Mora, qui a présidé la réunion, a déclaré que toutes les parties ont montré une « claire volonté de travailler pour des négociations réussies ». « C’est un bon signe. Nous allons travailler très sérieusement dans les jours et semaines à venir. Ce sera très difficile », a-t-il commenté.

Les négociateurs se réuniront tout au long de la semaine, jusqu’au vendredi, avant une pause du week-end, pour des raisons logistiques, selon Mora.

L’objectif des négociations était de ramener les États-Unis au pacte, qui en 2018 l’ont abandonné et ont imposé des sanctions à l’Iran.

Les États-Unis participent indirectement aux négociations, Téhéran refusant de parler directement à Washington.

« Aujourd’hui commence un nouveau cycle de négociations. La question des garanties et de la vérification » de la levée des sanctions américaines si Washington réintègre l’accord « est à l’ordre du jour aujourd’hui », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossen Amir Abdollahian, cité par le gouvernement iranien. agence de presse officielle, IRNA.

L’accord de 2015 proposait à Téhéran de lever certaines des sanctions qui étouffaient son économie, en échange de réductions drastiques de son programme nucléaire, qui est placé sous le contrôle strict de l’ONU.

Pourtant, il s’est engagé depuis le retrait unilatéral des États-Unis et la réimposition de sanctions affectant divers secteurs de l’économie du pays, dont les exportations de pétrole.

Depuis, l’Iran, qui a démenti toute intention de produire une bombe atomique, a progressivement retiré la plupart de ses engagements.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.