Les Portugais craignent le chaos en France avec une éventuelle victoire de Marine Le Pen – Europe

Les franco-portugais en France craignent qu’en cas de victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle, il y ait « le chaos » dans le pays avec des partisans d’Emmanuel Macron, qui sont « inquiets » de la situation et d’autres pensent qu’ils vont pas aller aux urnes au second tour.

« Le chaos de Marine Le Pen, c’est comme un cadeau de Noël. L’emballage est très beau, mais on ne sait pas ce qu’il y a dedans. On s’est rendu compte que ce n’était pas ce qu’on voulait », a déclaré Paulo Marques, maire d’Aulnay-sous-Bois. qui a présidé le comité portugais dans une déclaration pour Lusa, qui a soutenu la candidate Valérie Pécresse au premier tour des élections.

Pour ce maire franco-portugais, battre son candidat n’a pas été « facile », mais maintenant qu’Emmanuel Macron affrontera Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle française, Paulo Marques estime que les électeurs de droite vont, « avec un sens de responsabilité », Pécresse, qui a demandé à ses partisans de ne pas voter pour l’extrême droite. Mais cela ne suffira pas à Emmanuel Macron pour l’emporter.

« Il ne peut pas y avoir beaucoup de voix pour Valérie Pécresse car elle n’a pas obtenu 5 %. Le Pen et, à l’inverse, elle veut les voix de Jean-Luc Mélenchon », a-t-il expliqué.

Emmanuel Macron, qui a recueilli 28 % des suffrages dans les sondages au premier tour, tente désormais de faire passer, d’accélérer la campagne électorale et de parcourir la France pour expliquer son programme, mais il reste peu de temps pour le vote final.

« C’est un bon résultat dans le sens où il a eu plus de voix qu’en 2017, mais nous ne pouvons pas être satisfaits car nous avons vu le mécontentement des gens et de nombreux votes de protestation. Les électeurs sont séduits par des promesses illusoires et il est difficile de lutter contre les idées fausses. » Je suis très inquiète », a prévenu Rosa André, députée franco-portugaise à la mairie de Saint-Germain-en-Laye au nom du Parti républicain, qui soutient le président.

Vitor Costa, qui faisait partie de la Convention Climat, qui fixait les priorités des citoyens pour l’environnement en France, s’est même présenté pour les Verts aux élections municipales d’Yvonne, en Bourgogne, mais a voté pour Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle et a déclaré qu’il ne voterait pas sur un deuxième retour.

« Au premier tour, j’ai voté pour Jean-Luc Melénchon parce que je pensais qu’il avait les meilleures idées pour les retraites et aussi pour l’écologie. C’était l’homme de gauche qui arriverait très probablement au second tour. attention, je m’en fiche, « Ce n’est pas non plus la pire chose qui puisse arriver à l’environnement », a-t-il déclaré.

Comme Vitor Costa, le camp d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen craignent une forte participation au second tour, sapant les sondages qui donnent actuellement au président un avantage d’environ 53,5 % des voix.

Vitor Costa a même été invité à se présenter aux élections législatives de juin, mais se dit en désaccord avec les écologistes.

« Je pense qu’ils nuisent finalement à l’environnement parce que ce sont des idées très radicales. Ils sont contre la chasse, je sais que les lois sur la chasse doivent évoluer, mais je suis moi-même un chasseur occasionnel et cela ne peut pas être interdit, il doit y avoir un débat. » , s’est-il défendu.

Le débat national est désormais centré sur le pouvoir d’achat, le coût de la vie français augmentant chaque jour en raison de la hausse des prix de l’énergie. Un sujet qui finit par cacher l’extrémisme politique dans le programme de Marine Le Pen.

« Marine Le Pen veut supprimer les droits humains de nous tous de la constitution, l’égalité. Marine Le Pen interdirait aux maires portugais de France d’avoir accordé de l’importance à notre origine portugaise », a déclaré Paulo Marques, qui dirige CÍVICA, qui regroupe tous les Les postes électifs du Portugal origine en France.

Dès le 24 avril, les deux candidats sont en passe de convaincre les Français indécis, et le 20 avril, ils seront la vedette de l’unique débat de ce second tour des élections, l’un des moments clés de ce second tour. .

« Nous avons eu une campagne écourtée par les événements internationaux, le Président ne peut pas faire campagne au premier tour et cela l’a empêché de bien communiquer avec l’électorat. Je veux maintenant le voir militant, comme toujours, dans le débat et je veux qu’il explique son actions aux Français. » conclut Rosa André.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.