Les raisons de la puissance écrasante de Pékin en Afrique

AGI – La puissance écrasante de la Chine en Afrique est absolue. En témoignent les données sur le commerce bilatéral, qui a atteint son niveau maximum. Selon l’Administration générale des douanes de Pékin, le commerce bilatéral total entre le continent africain et la Chine a atteint 254,3 milliards de dollars en 2021, soit une augmentation en glissement annuel de 35,3%. L’Afrique a exporté pour 105,9 milliards de dollars de marchandises vers la Chine, soit une augmentation de 43,7 % en glissement annuel.

La Chine est ainsi restée le principal partenaire commercial de l’Afrique pendant 12 années consécutives. De plus, il y a des investissements dans les infrastructures. Les banques de développement chinoises ont prêté plus du double de leurs prêts aux États-Unis, à l’Allemagne, au Japon et à la France réunis. Considérant la période 2007-2020, la China Exim Bank et la China Development Bank ont ​​fourni 23 milliards de dollars de financement, tandis que toutes les grandes institutions financières de développement n’ont fourni ensemble que 9,1 milliards de dollars.

Il s’agit notamment de la Banque japonaise pour la coopération internationale et de l’Agence japonaise pour la coopération internationale, de l’Allemagne Kfw and Deg, de la Société américaine de financement du développement international, du FMI néerlandais, de la Banque sud-africaine de développement et de la Proparco française. Il en va de même pour les banques multilatérales de développement, comme la Banque mondiale. Entre 2016 et 2020, ces institutions bancaires n’ont fourni en moyenne que 1,4 milliard de dollars par an en Afrique subsaharienne pour des transactions d’infrastructures public-privé.

Pékin n’a pas de concurrents

La Chine n’a pas de concurrents et cela s’est également vu lors du vote d’hier à l’assemblée de l’ONU, qui a voté pour condamner l’invasion russe de l’Ukraine. Si vous regardez la carte du monde, où ceux qui ont voté pour, contre et se sont abstenus sont marqués de différentes couleurs, vous pouvez voir de manière plastique qu’une partie de l’Afrique a voté comme la Chine et l’Inde, c’est-à-dire. abstentions. Si l’on ajoute à ces 17 l’Erythrée, qui a voté contre, et 8 qui n’ont pas participé, cela fait 26, soit près de la moitié des 54 pays africains. On peut dire que la vision du continent est de plus en plus tournée vers l’est, et l’ouest risque de devenir plus marginal.

Il ne fait aucun doute que la puissance économique de Pékin attire un peu tout le monde et que personne n’est en mesure de rivaliser économiquement, mais cela ne suffit pas pour comprendre le « succès » de la Chine en Afrique. Il y a des raisons politiques : La Chine n’était pas une puissance coloniale, et cela l’aidait, mais surtout, elle menait une politique de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays dans lesquels elle investissait. Cependant, la Chine ne s’est pas limitée à investir dans des infrastructures en échange de matières premières, mais a construit un château solide basé sur cinq piliers qui rend l’empire invincible.

Piège à dettes

La Chine ne prête pas d’argent « gratuitement », elle entend le rembourser comme d’habitude, mais elle garantit le retour de l’argent emprunté en prévoyant des clauses souvent suspendues. Un exemple important de ce point de vue est Djibouti, où se trouve la première base permanente de la Chine à l’étranger. Pékin a investi 15 milliards de dollars dans le développement du port principal et des infrastructures connexes. Pékin détient 82% de sa dette extérieure, et en cas d’insolvabilité, Djibouti pourrait céder le contrôle du port stratégique de Doraleh aux Chinois à l’entrée de la mer Rouge et du canal de Suez.

Un autre exemple. Le port de Mombasa, au Kenya, l’un des plus actifs d’Afrique de l’Est, a servi de garantie à un prêt de 3,2 milliards de dollars utilisé pour construire une ligne ferroviaire de 470 kilomètres entre Mombasa et Nairobi. Si le Kenya n’est pas en mesure de rembourser la dette, elle sera reprise par Exim Bank of China.

Présence militaire

Le château doit être défendu. La présence militaire s’est intensifiée ces dernières années. La « base de soutien stratégique » de la Chine est Djibouti. La protection des intérêts à l’étranger est d’une importance politique et stratégique. Cependant, le soft power ne suffit plus à la Chine, mais elle tente de créer un réseau de bases militaires pouvant renforcer sa présence sur le continent africain. L’intérêt serait désormais concentré sur l’Angola, le Kenya, les Seychelles, la Tanzanie et la Namibie.

Le « Développement militaire et sécuritaire incluant la République populaire de Chine » du département américain de la Défense rapporte que Pékin examine la disponibilité d’au moins 12 autres pays dans lesquels des structures logistiques pourraient être établies. pour soutenir les forces navales, aériennes et terrestres. Le document final du Sommet sino-africain, qui s’est tenu à Dakar, au Sénégal, en novembre 2021, ne pouvait manquer de « coopération sécuritaire », qui était considérée comme le « point focal » des relations sino-africaines.

Des exercices conjoints pour les opérations de maintien de la paix dans la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et la piraterie ont été annoncés, ce qui est une nouveauté. Enfin, selon l’Institut chinois d’études internationales de Pékin, la Chine est devenue le deuxième fournisseur d’armes du continent africain.

Monnaie associée au yuan

Pièce de monnaie. Mais il y a un autre pilier du château fort, jusqu’ici uniquement dans les intentions, qui pourrait devenir réalité. C’est-à-dire la devise associée au yuan. Une tentative de renforcer l’influence chinoise sur le continent africain. L’occasion s’est présentée lorsque les pays d’Afrique de l’Ouest – pour la plupart d’anciennes colonies françaises avec le franc CFA ancré dans l’euro et garanti par le Trésor français – ont commencé à réfléchir à leur propre nom et ont abandonné le nom colonial. Les Chinois sont immédiatement entrés dans le débat, soutenus par les pays anglophones et l’insistance du Ghana, essayant de pousser la monnaie – éco-ancrée dans le yuan. La France et certains pays francophones ont stoppé cette tentative jusqu’à présent. Une monnaie appelée éco verra le jour, mais elle sera toujours rattachée à l’euro. Mais c’est un jeu à jouer.

Contrôle des médias

Le système d’information s’adapte aux équilibres géopolitiques et sert à renforcer les objectifs économiques des puissances mondiales. Il était une fois, tout le système d’information mondial s’appuyait sur les grandes agences occidentales pour parler de l’Afrique. Les choses ont changé aujourd’hui. Il est entré de plein pied dans les grands, l’agence chinoise Xinhua, devenue omniprésente en Afrique. On peut dire que le continent africain que nous connaissons et dont nous parlons aujourd’hui est en grande partie ce que la Chine veut connaître. Xinhua a une grande capacité à capter et à diffuser les nouvelles de l’Afrique et possède plus de 30 bureaux de correspondance à travers le continent. L’agence, qui n’a rien d’indépendant, est directement subordonnée au Conseil d’État de la République populaire de Chine.

Exportations de main-d’œuvre chinoise

En plus d’exporter des marchandises vers l’Afrique, la Chine exporte également de la main-d’œuvre agricole de ses zones rurales. Les flux migratoires en provenance de Chine ont explosé ces vingt dernières années et se poursuivent à un rythme impressionnant. Les chiffres sont inconnus, cette fois Pékin ne les diffuse pas, mais la présence chinoise est bien visible. Il a investi 5 milliards de dollars dans l’agriculture en Afrique au cours des cinq dernières années. L’intention de Pékin est de délocaliser la production alimentaire. Tout cela se passe en Zambie, en Ouganda, en Tanzanie et au Zimbabwe.

Comme à l’époque coloniale, l’histoire se répète avec d’autres acteurs, mais avec les mêmes résultats : les Africains sont désormais devenus des serveurs chinois.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.