L’ombre du KGB au Portugal. Quatre diplomates vont dîner, trois sont des espions

Fichier Mitrochin

En mars 1992, Vasili Mitrochin, ancien archiviste du KGB à Moscou pendant des décennies, s’est enfui à Riga, en Lettonie, et a frappé à la porte de l’ambassade du Royaume-Uni. Dans sa valise, il transportait des dizaines de lettres avec des transcriptions et des notes sur diverses actions d’espionnage et de contre-espionnage de l’ex-Union soviétique à l’étranger. Mais chez lui, enterré dans le sol de sa datcha (maison de campagne), il possédait bien d’autres milliers de tels papiers. Et certains concernaient le Portugal.

Mitrochin est retourné en Russie et en novembre 1992, lui, sa famille et le reste de ses billets ont été emmenés hors du pays par le Mi6 – les services secrets britanniques. En 1999, avec l’écrivain et académicien Christopher Andrew, il a publié le livre « The Mitrochin Archive – The KGB in Europe and the West ».

L’union postale de mille pages n’en consacra que trois au Portugal, mais quelques révélations firent une pause. La principale nouvelle était qu’Álvaro Cunhal, le chef du PCP, a rencontré à Lisbonne, des mois après la révolution, l’agent en chef du KGB, Svyatoslav Fyodorovich Kuznetsov (surnom LEONID). La rencontre s’est déroulée dans la « maison sécurisée » du PCP.

Et la deuxième chose la plus importante était que le PCP a aidé le KGB à retirer du pays des milliers de documents du siège de PIDE / DGS : plus précisément, environ 500 kilos de papiers contenant des informations sensibles sur d’autres pays de l’OTAN. (À ce jour, PCP nie que cette information soit vraie.)

A l’époque, les révélations ont été « prises avec la facilité habituelle », explique l’historien et journaliste José Milhazes, qui a déjà envoyé des archives portugaises en Russie dans le livre « Cunhal, Brejnev et le 25 avril ». Oleg Kalugin, un ancien directeur du KGB, a même déclaré publiquement que l’extraction des fichiers PIDE « était l’une des principales opérations secrètes soviétiques », a-t-il déclaré.

« Les témoignages donnés dans différents médias portugais sur la manière dont ce dossier a été transmis à la Russie suffiraient à en faire un cas grave d’enquête judiciaire. Cependant, tout s’est effondré à la demande du ministère des Affaires étrangères d’informations à la Russie, demandant si des dossiers avaient été saisis. Et bien sûr les Russes ont répondu qu’ils n’avaient rien fait, qu’ils n’avaient rien fait comme prévu », raconte Milhazes.

En 2016, le journaliste Paulo Anunciação de « Expresso » a inspecté les archives de Mitrokhine et a apporté de nouveaux détails à la surface. On sait qu’en 1980 le KGB avait 14 agents à Lisbonne ; certains étaient dans le pays en tant que journalistes, mais la plupart, bien sûr, étaient des diplomates. Le poste était présidé par JK Semenychev, alors premier secrétaire de l’ambassade de l’URSS au Portugal. Autre nouveauté, Octavio Pato, député et candidat à l’élection présidentielle du PCP en 1976, rencontrait le KGB chaque mois. Et que le PCP a reçu de l’argent de la Russie après la révolution.

Le gouvernement portugais « n’a jamais vraiment fait d’effort pour comprendre comment et pourquoi le PCP recevait autant d’argent du bloc communiste. Les preuves et les documents publiés sont plus qu’évidents, et conformément à la loi sur le financement des partis, quelqu’un devrait demander comment le PCP a réussi à collecter cet argent », déclare Milhazes.

L’enquête « Expresso » a également révélé les noms de certains journalistes portugais et de plusieurs diplomates nationaux comme possibles collaborateurs du KGB. (Tout le monde refuse tout lien avec les services secrets russes).

Seixas da Costa ne conteste pas l’authenticité des données compilées par Mitrochin, mais admet qu’il avait des doutes sur certains des rapports. Les espions « doivent vendre » les informations qu’ils collectent. « Ils peuvent avoir une certaine proactivité et une certaine ingéniosité dans ce que la conversation a mené. » En d’autres termes, il sera toujours difficile de définir où commence la vérité et où finit l’ombre.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.