L’UE a imposé une quatrième série de sanctions à la Russie

L’Union européenne a annoncé lundi que le bloc des 27 membres avait approuvé une nouvelle série de sanctions contre Moscou pour son invasion de l’Ukraine.

La France, l’actuel président de l’UE, a déclaré qu' »après consultation de nos alliés internationaux, un quatrième ensemble de sanctions a été approuvé contre les individus et les entités impliqués dans l’agression contre l’Ukraine, ainsi que contre divers secteurs de l’économie russe ».

La présidence française a déclaré dans un communiqué que le bloc avait également approuvé une déclaration à l’Organisation mondiale du commerce « concernant la suspension de la clause de la nation la plus favorisée pour la Russie et la suspension de l’évaluation de la demande d’adhésion de la Biélorussie à l’OMC ». « . .

Si la Russie était suspendue, ses entreprises ne bénéficieraient plus d’un traitement spécial dans l’ensemble du bloc.

Ces annonces font suite aux déclarations faites par les membres de l’UE lors de leur sommet à Versailles vendredi dernier, où ils ont signalé que si la Russie continuait d’envahir l’Ukraine, un ensemble de sanctions plus sévères aurait lieu. Les détails exacts de la dernière série de sanctions ne seront connus qu’une fois publiés au Journal officiel de l’Union européenne.

Depuis le début de la guerre le mois dernier, l’UE a pris des mesures énergiques contre le président russe Vladimir Poutine, le système financier et l’oligarque russe. La semaine dernière, les États du bloc ont convenu d’imposer des sanctions supplémentaires à 160 personnes et ont ajouté de nouvelles restrictions à l’exportation de la navigation maritime et des technologies de radiocommunication.

Ils ont également décidé d’exclure trois banques biélorusses du système SWIFT, qui est le système prédominant de transactions financières mondiales. Au total, les mesures restrictives de l’UE s’appliquent à 862 personnes et 53 entités.

Dans un communiqué publié après le sommet, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que le quatrième paquet de sanctions isolerait davantage la Russie « et épuiserait les ressources qu’elle utilise pour financer cette guerre barbare ».

Il a également déclaré que l’UE travaillerait avec les membres du G7 pour augmenter la pression sur Moscou.

Les négociations sur un boycott pétrolier contre la Russie sont compliquées, car certains pays de l’UE, dont l’Allemagne et l’Italie, sont beaucoup plus dépendants de l’énergie russe que d’autres. Un exemple clair des différences au sein du bloc est que la Pologne reçoit 67 % de son pétrole de la Russie, tandis que l’Irlande n’en reçoit que 5 %.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.