Macron, « la France fera tout son possible par la médiation » – Le Monde

« La France est déterminée à tout mettre en œuvre pour poursuivre ses efforts de médiation« C’est ce qu’a dit le président français Emmanuel Macron, à l’issue de la rencontre avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. Macron a rendu hommage à la « tête froide » de l’Ukraine malgré la pression à ses frontières en ce temps de crise.

Le président français, qui poursuit son marathon diplomatique, a ensuite dit avoir reçu de lui et du président russe Vladimir Poutine, qu’il a rencontré hier au Kremlin, un engagement à poursuivre le dialogue sur la mise en œuvre des accords de Minsk et ainsi résoudre la crise. En route pour Kiev pour rencontrer le président Volodymyr Zelensky, le président français Emmanuel Macron a affirmé avoir reçu aucune escalade ne se produira« En crise avec l’Ukraine.

Cependant, le Kremlin se retient. Question sur garanties de sécurité les demandes de Moscou à l’Ouest n’ont pas encore été reçues
réponse satisfaisante et donc un problème « reste ouvert à la Russie et reste également clé ». C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Les yeux sont désormais tournés vers le sommet tripartite Allemagne-France-Pologne à Berlin.

L’ambassade britannique à Moscou a confirmé que la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Charpente prévoit de préserver les dieux entretiens avec son homologue russe Serghiei Lavrov et que des pourparlers sont prévus à Moscou le 10 février, a déclaré Tass.

ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maioil a déclaré à la Commission mixte des affaires étrangères et de la défense que « la crise ukrainienne est au cœur de l’agenda européen et international du gouvernement. Nous travaillons pour éviter le risque inquiétant d’escalade militaire. Cela ajouterait aux graves conséquences – d’un point de vue humanitaire, géopolitique et économique – d’un conflit ouvert depuis près de dix ans aux frontières de l’Europe, à seulement deux mille kilomètres de Trieste. Le conflit, qui a fait 15 000 morts entre militaires, combattants et civils depuis 2014 ; un million et demi de réfugiés nationaux en Ukraine et 500 000 en Russie.

« Le L’OTAN ne peut certainement pas renoncer au principe des « portes ouvertes » et les engagements pris envers Kiev et Tbilissi lors du sommet de Bucarest en 2008, qui permettront à l’avenir à l’Ukraine et à la Géorgie d’adhérer. Mais nous savons que c’est une « ligne rouge » pour Moscou, a ajouté Di Maio.

« Nous communiquons constamment avec nos partenaires pour définir et des mesures durables, graduelles et proportionnées« Il a précisé. » En Europe, nous travaillons à un système de sanctions possibles, de nature et d’intensité variables, fondé sur l’efficacité et la sévérité de la dénonciation par Moscou des coûts et des conséquences très élevés qu’aurait une offensive « directement » liée à des évolutions concrètes et objectives sur le sol. « 

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.