Macron reconnaît au Rwanda la « responsabilité énorme » de la France dans le génocide | International

Le président français Emmanuel Macron a ouvert jeudi un nouveau chapitre de la relation complexe de la France avec le Rwanda en reconnaissant la « grande responsabilité » de son pays dans le génocide de 1994. Dans son discours à Kigali, la capitale du Rwanda, Macron a rejeté tout blâme et toute implication française dans le meurtre de plus Les Tutsis rwandais sont aux mains du régime hutu, mais admettent que Paris, fût-ce par inadvertance, a joué un rôle dans « l’équipement qui mène au pire ». L’animateur, Paul Kagame, a salué ses propos.

Plus d’informations

Macron n’a pas fait d’excuses ni demandé explicitement le pardon comme l’ancienne puissance coloniale la Belgique l’a fait il y a 21 ans, mais a plutôt souligné que la France avait une « dette » envers les victimes et que c’étaient elles qui avaient le « don » du pardon. Le président rwandais Kagame a décrit plus tard le discours de son collègue lors d’une conférence de presse comme un acte de « grand courage » avec « le courage plus que la raison ».

« Être aujourd’hui [por el jueves] ici avec humilité et respect de votre côté, je suis venu reconnaître notre responsabilité », a déclaré le président de la République dans un discours de 14 minutes au Mémorial de Gisozi. Les corps de 250 000 victimes du génocide commis il y a 27 ans par un régime qui soutient politiquement et militairement la France y sont enterrés. Depuis, le rôle de Paris et la résistance de la France à assumer ses responsabilités ont empoisonné les relations entre Paris et Kigali.

Macron a prononcé un discours solide qui reflétait ses idées sur la politique de la mémoire pour un pays, comme il l’a dit dans une interview récemment publiée par le magazine. Zadig, vous avez besoin d’un « look simple et clair » dans le passé avec sa lumière et son ombre. C’est l’un des axes de ses actions à la tête de la France, après son prédécesseur Jacques Chirac, qui fut en 1995 le premier président à reconnaître la responsabilité française dans la déportation et l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. « Dans la vie d’une nation », a déclaré Chirac, « il y a des moments qui blessent les souvenirs et les idées que l’on a de son pays ».

Macron capture cet esprit. Ces derniers mois, deux rapports d’historiens ont été publiés : l’un, sur la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962, qui marque et divise encore la France ; et d’autres, au Rwanda, où le pays, selon son président, « a une obligation : regarder l’histoire de première main et reconnaître sa part des souffrances qu’il a infligées au peuple rwandais en gardant trop longtemps le silence dans la vérification de la vérité » .

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et une lecture illimitée.

Client

La droite française et l’extrême droite ont souvent accusé Macron de s’auto-fouetter. Dans le cas du Rwanda, s’ajoute le malaise de l’ancien collaborateur socialiste François Mitterrand, président entre 1981 et 1995 et ultimement responsable des inconduites françaises au Rwanda, selon un rapport commandé par Macron et publié en mars sous la direction de l’historien Vincent Duclert. .

« Seuls ceux qui ont passé la nuit, peut-être, peuvent pardonner, faire des cadeaux, dans ce cas, nous pardonner », a déclaré Macron. « Je me souviens, je me souviens, je me souviens », a-t-il ajouté dans la langue principale du Rwanda, le kinyarwanda.

La France a vu dans ce discours l’ultime étape d’une normalisation des relations avec le Rwanda, qui aurait dû conduire à la nomination de l’ambassadeur de France, absent depuis 2015. L’un des moments les plus difficiles est venu en 2006, avec la rupture des relations suite à la accusation. de neuf hauts responsables proches de Kagame par le juge français Jean-Louis Bruguière, qui les a accusés d’être à l’origine de l’attentat contre l’avion dans lequel le président rwandais Juvénal Habyarimana est mort en 1994. Cet attentat a marqué le début du génocide des Tutsi.

La France et le Rwanda ont repris leurs relations en 2009. L’année suivante, le président Nicolas Sarkozy a reconnu à Kigali « une erreur politique » et « une forme d’occultation » de la France au Rwanda. Mais c’est Macron, au pouvoir depuis 2017, qui a fait de la normalisation complète une priorité. Elle a soutenu Louise Mushikiwabo du Rwanda pour diriger l’Organisation internationale de la Francophonie. Et il cultive comme allié en Afrique Kagame, qui a dirigé son pays d’une main de fer pendant des décennies et a remporté les dernières élections avec 98,8% des voix. L’opposition a déploré, à la veille de la visite de Macron, qu’il était « silencieux face au régime autoritaire et aux violations des droits de l’homme », a rapporté l’agence de presse France Presse.

Le procès contre le collaborateur de Kagame a été classé sans suite en juillet 2020, peu après l’arrestation de Félicien Kabuga dans la banlieue parisienne, où il vit caché, qui est considéré comme l’un des principaux auteurs du génocide.

« Reconnaître ce passé, qui est de notre responsabilité, est une attitude sans égal », a déclaré Macron. « C’est une demande à nous-mêmes et à nous-mêmes, une dette envers les victimes après tant de silence dans le passé, un cadeau aux vivants dont nous pouvons encore, s’ils acceptent, apaiser la douleur. »

Comment demander pardon ?

La France n’est pas le premier pays ou institution à assumer la responsabilité du génocide rwandais. « La communauté internationale, ainsi que les pays africains, doivent assumer leur responsabilité dans cette tragédie », a déclaré l’ancien président américain Bill Clinton en 1998. Un an plus tard, l’ancien secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan a exprimé son « profond regret » de ne pas avoir fait plus. .beaucoup pour arrêter le génocide. Et en 2000, l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt déclarait : « Au nom de mon pays, je rends hommage aux victimes, et au nom de mon pays, mon peuple, je vous demande pardon. Le Vatican a également demandé pardon pour les « péchés » de l’Église et de ses membres. Le président français Emmanuel Macron, qui avait 16 ans lorsque le génocide a été commis et ne faisait partie d’aucun des partis qu’il dirigeait à l’époque, a évité ce geste de remords et d’autres. Sa méthode était différente : il ne s’excusait pas et, bien qu’il se soit approché d’elle, il ne lui demandait pas directement pardon. Mais il reconnaît aux victimes le pouvoir d’accorder ce pardon. « Un génocide ne s’efface pas », a-t-il déclaré hier à Kigali. « C’est indélébile. Il n’y a jamais de fin.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.