Macron-Scholz presse Poutine – Politique – Nouvelle Europe

(ANSA) – BOLOGNE, 12 mars – Olaf Scholz et Emmanuel Macron ont de nouveau appelé Vladimir Poutine et l’ont exhorté à parvenir à un « cessez-le-feu immédiat ». Le Kremlin et le bureau allemand, qui ont souligné l’exigence d’une « entrée dans une solution diplomatique » à la guerre en Ukraine, ont informé de la réunion de 75 minutes.

Une déclaration du porte-parole Steffen Hebestreit évoque également le « contenu » de l’appel téléphonique, que les trois dirigeants « ont accepté de taire ». Scholz a également entendu le président ukrainien Volodymyr Zelenský dans la matinée pour poser des questions sur la situation, et les deux continueront d’être en contact. Kiev pousse à nouveau les Allemands depuis plusieurs jours pour obtenir plus d’aide au niveau militaire et une ligne de sanctions encore plus catégorique. Poutine, a déclaré Tass, a accusé les forces de Kiev de « violations flagrantes » du droit international humanitaire dans le conflit en Ukraine et a appelé les dirigeants français et allemand à « exercer leur influence » sur les autorités locales pour y mettre fin. Environ 20 000 personnes sont réunies sur la Piazza Santa Croce à Florence et dans 100 villes associées à dire non à la guerre en Ukraine lors de la manifestation pacifique « Cities Behind Ukraine » organisée par Eurocities, une organisation réunissant des villes européennes. Les interventions prévues en rapport avec ou les messages vidéo envoyés à Florence comprennent des interventions de divers maires d’Europe. « Cette guerre n’est pas seulement contre les Ukrainiens, mais aussi contre les valeurs qui nous unissent, contre notre mode de vie », a déclaré Volodymyr Zelensky dans une vidéo en Occident, réitérant son appel : « Dites à vos politiciens de fermer ou de Ukraine. »

« Nous n’avons pas commencé cette guerre, c’est une invasion cynique et cruelle de la Russie. » Zelenskyj a signalé pour la première fois des pertes dans son armée depuis le début de l’invasion russe : selon le président, environ 1 300 soldats ukrainiens sont morts jusqu’à présent. Au niveau diplomatique, la situation devient de plus en plus tendue. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré que l’Occident avait déclaré la guerre économique et que « les propositions de la Russie aux États-Unis et à l’OTAN sur les garanties de sécurité ne sont plus en vigueur car la situation a changé ». Moscou menace également de représailles si la Suède et la Finlande rejoignent l’OTAN. Les forces russes qui ont occupé Melitopol dans le sud de l’Ukraine ont arrêté et capturé Olga Gaisumova, l’organisatrice d’une manifestation qui a eu lieu ce matin, exigeant la libération du maire enlevé hier Ivan Fedorov vers un lieu inconnu. La vérité ukrainienne informe à ce sujet en se référant à la page Facebook de l’activiste. Alors qu’Ismail Haciogl, président de l’Association qui gère la mosquée Suleiman à Marioupol, a déclaré que la zone était sous le feu, mais a nié que la mosquée ait été touchée, comme l’avait affirmé le gouvernement ukrainien ce matin. Face à face à Antalya, en Turquie, entre le chef de la politique étrangère de l’UE et le haut-commissaire aux droits de l’homme, Filippo Grandi. « Une réunion importante avec Grandi, des couloirs humanitaires sont nécessaires de toute urgence. Les Ukrainiens n’ont pas accès à la nourriture, à l’eau, au chauffage, au gel, à cause de la pluie des bombardements russes. 2,5 millions de personnes ont fui vers l’UE. » écrit Borrell dans tweeter. Alors que Kiev est assiégée et que les bombes russes tombent sur de nombreuses villes d’Ukraine, l’offensive progresse à travers le pays. L’armée russe a annoncé la conquête de la centrale nucléaire de Zaporozhye.

Les occupants ont informé le personnel que la centrale n’appartenait plus à l’Ukraine et qu’elle devrait désormais fonctionner sous le contrôle de Moscou et conformément aux règles de Rosatom, la société d’État russe chargée de l’énergie nucléaire. Moscou a déjà envoyé 11 ingénieurs sur le site. C’est la plus grande centrale électrique d’Europe. Elle est située le long du fleuve Dniepr, près du Dniepr, la troisième ville la plus peuplée du pays. La question énergétique prend ainsi de plus en plus d’importance dans la gestion des conflits. Pendant ce temps, la « petite fille aux bonbons » fait le tour du monde. Photo d’une fillette ukrainienne de 9 ans, sucette dans la bouche, fusil à double canon dans les mains.

Assis sur le rebord de la fenêtre d’un immeuble secoué par un incendie russe : symbole de l’enfance niée dans un pays envahi par Moscou, mais avec une expression de défi, pas d’horreur, comme s’il voulait dire la fierté du peuple ukrainien devant un tel jeune âge. La photo, prise par le père de la jeune fille, Oleksia Kyrychenko, et publiée sur Facebook sous le titre « Girl with a Candy » juste pour « alerter le monde sur l’agression russe », a été reprise sur les réseaux sociaux après sa reprise par Donald Tusk, ancien président de l’Union européenne.

(ANSA).

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.