Mario Vargas Llosa rejoint l’Académie française Culture

Ce sera Mario Vargas Llosa immortel. Littéralement. Le immortels est le nom des membres de l’Académie française, qui ont approuvé aujourd’hui à huis clos le procès-verbal de l’auteur Ville et chiens.

C’est une révolution pour cette institution fondée au XVIIe siècle par le cardinal de Richelieu et critiquée pour son immobilisme. Pour la première fois de son histoire, elle comptera dans ses rangs quelqu’un qui n’a pas publié un seul ouvrage en langue française, dont la défense et la préservation sont la raison d’être de l’institution.

« C’est simplement venu à notre connaissance à ce moment-là. Je ne m’attendais pas à être universitaire « , a déclaré Vargas Llosa à EL PAIS peu après l’élection. Il riait du titre qu’il recevrait en tant qu’universitaire français : « Ce serait très bien d’être vraiment immortel !

La candidature, a expliqué le romancier hispano-péruvien, est née d’un récent entretien à Paris avec son ami, écrivain et universitaire Daniel Rondeau. « Prenons un café. » Et il était avec un autre universitaire avec nous », se souvient-il. « Et soudain on m’a dit que l’Académie française m’attendait. Et ils ont pratiquement créé une sauvegarde là-bas, à partir de laquelle je suis devenu universitaire français. »

Vargas Llosa, qui a écrit pour EL PAÍS pendant plus de trois décennies, a remporté le premier tour de scrutin avec 18 voix sur un total de 22 voix, Cela découle de la déclaration de l’Académie. Au moins 20 universitaires devaient être présents pour voter.

La prochaine étape de la validité de l’élection est l’approbation du soi-disant protecteur : le président de la République en audience avec le nouvel universitaire. Avec l’accord d’Emmanuel Macron, Vargas Llosa peut désormais être « installé », c’est-à-dire gagner la place 18, dans une cérémonie privée et en cercle fermé. Le procès se clôturera un peu plus tard par une cérémonie publique à laquelle assisteront tous les universitaires, y compris le nouveau, avec leur costume vert et leur épée selon la tradition établie sous le Premier Empire et au cours de laquelle le nouveau immortel fera l’éloge de son prédécesseur au siège, en l’occurrence le philosophe Michel Serres, décédé en 2019.

Ici, toute la culture qui vous accompagne vous attend.

s’abonner

Cependant, l’investiture finale prendra du temps, peut-être jusqu’au premier trimestre 2023, car il y a quatre nouveaux membres sur la liste d’attente devant Vargas Llos.

Vargas Llosa, qui est déjà membre de l’Académie royale espagnole, ne sera pas le premier universitaire étranger académie. Certains, comme Julien Green, Eugène Ionesco, Hector Bianciotti, François Cheng ou Maurizio Serra, ont également écrit en anglais, roumain, espagnol, chinois et italien. Mais nouveau immortel C’est le premier avec une œuvre exclusivement en langue étrangère.

Le poste est à vie. L’Académie française compte 40 sièges, dont six sont vacants. Il est présidé par la Secrétaire éternelle, actuellement historienne Hélène Carrère d’Encausse.

Avec Vargas Llos, lauréat du prix Nobel de littérature en 2010, l’académie a fait deux exceptions à ses règles et coutumes. Le premier était l’aveu d’un écrivain qui n’écrit pas en français. Deuxièmement, un candidat âgé de plus de 75 ans. Vargas Llosa a 85 ans.

La double exception est justifiée. L’entrée de Vargas Llos est une reconnaissance d’un écrivain qui a fait ses études en France et qui a toujours reconnu sa dette envers les lettres françaises, de Gustav Flaubert au pape de gauche radicale Jean-Paul Sartre du milieu du XXe siècle et plus tard aux penseurs. comme Raymond Aron ou Jean-François Revel, décisifs dans sa formation d’intellectuel libéral à qui il rend hommage dans l’un de ses derniers livres, Appel de la tribu, il publie, comme la quasi-totalité de ses ouvrages, Alfaguara en espagnol et Gallimard en français. orgies éternelles, son essai sur Madame Bovary est l’une des meilleures études de ce classique du XIXe siècle.

« La vérité est que l’influence de la culture française a été énorme dans mon cas », a expliqué Vargas Llosa après avoir entendu le résultat du vote. « J’ai appris le français quand j’étais très jeune et je lis beaucoup de français. Quand j’étais au Parti communiste pendant un an, les idées de Sartre m’ont défendu contre le stalinisme, puis j’ai progressivement évolué, me semble-t-il, vers des idées libérales, démocratiques. »

Cependant, il n’a jamais abandonné l’idée de l’écrivain engagé ou commis comme Jean-Paul Sartre. « Absolument engagé! », a-t-il souligné lors de l’interview. « Je crois que les écrivains ont le devoir de participer au monde des idées, au monde politique. Comme c’est l’Amérique latine, c’est absolument nécessaire », a-t-il dit. Il a ajouté: « La démocratie et les idées libérales doivent être défendues en ce moment plus que jamais auparavant. »

Bienvenue à Vargas Llosa, immortels elles redonnent également de l’éclat à l’institution. Depuis la mort de François Mauriac en 1970, aucun prix Nobel de littérature n’a siégé sous la coupole de l’Institut français en août. quai Conti à Paris, siège de l’Académie. Vargas Llosa sera également le seul universitaire dont les travaux seront publiés dans Pléiade, une sélection de classiques de Gallimard.

Il y a quelques jours, l’écrivain franco-espagnol Pierre Assouline le soulignait dans son article : « Ce n’est pas tant que Vargas Llosa recevra l’Académie, mais que Vargas Llosa recevra l’Académie. Les Quarante sont même assez courageux pour faire venir un écrivain qui les dépasse de loin ; la photographie de famille ne les favorise pas. Il suffit de comparer les œuvres et leur éclat. »

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.