Mariúpol vit une « catastrophe »: 5 000 morts

KIEV. L’Ukraine a averti que la situation humanitaire à Marioupol, bombardée et assiégée par les troupes russes depuis fin février, est « catastrophique », tuant près de 5 000 personnes et laissant quelque 170 000 civils emprisonnés sans nourriture, eau ni médicaments. Les troupes ukrainiennes ont restauré certaines villes.

Environ 20 000 Ukrainiens sont morts depuis le début de l’invasion russe le 24 février, et 10 millions ont été contraints de fuir leur foyer, selon les autorités ukrainiennes. Plusieurs villes continuent d’être bombardées sans relâche, comme Marioupol dans le sud.

➡️ Restez informé sur notre chaîne Google Actualités

La résistance dans le Marioupol assiégé est un obstacle majeur à Moscou pour continuer à contrôler le terrain entre le Donbass et la Crimée.

Ils contre-attaquent

Les combattants ukrainiens soutenus par l’Occident ont résisté et même poussé les Russes.

Les forces ukrainiennes ont affirmé avoir repris le contrôle total de la ville d’Irpin, à quelques kilomètres de Kiev, tandis que les lignes de front russes semblaient se retirer de Mikolajiva avec une contre-offensive vers Kherson, à environ 80 kilomètres au sud-est.

Cependant, le commandement général des forces armées ukrainiennes a indiqué que « l’effort principal de l’ennemi est de maintenir les positions et de se préparer au lancement de l’offensive ».

Leur avance se fait à l’est, dans le Donbass, où les Russes contrôleront les villes d’Ivanovka et de Novosadovoe.

Cependant, les besoins humanitaires sont extrêmement importants dans la ville portuaire méridionale de Marioupol. Selon le ministère ukrainien des Affaires étrangères, environ 170 000 civils y sont toujours emprisonnés sans nourriture, eau et médicaments, encerclés par les forces russes.

« Environ 5.000 personnes ont été enterrées, mais personne n’a été enterré depuis dix jours à cause des bombardements incessants », a déclaré le conseiller de la présidence ukrainienne Tetian Lomakin, estimant que « vu le nombre de personnes encore sous les décombres (…) 10.000 morts » .

De son côté, le parquet ukrainien n’a pas exclu que les crimes de l’armée russe à Marioupol aient atteint la catégorie de « génocide ».

Selon le président Emmanuel Macron, la France, la Grèce et la Turquie vont lancer une « opération humanitaire » pour évacuer les civils dans les prochains jours.

Les pays d’Europe centrale, quant à eux, se préparent à un nouvel afflux de réfugiés en provenance d’Ukraine qui pourrait mettre à l’épreuve leur capacité à loger, éduquer et travailler pour un nombre croissant de femmes et d’enfants, dont la plupart fuient la guerre.

Bien que le flux de personnes à travers les frontières orientales de l’Union européenne (UE) ait ralenti, les travailleurs humanitaires affirment que les récentes attaques à la roquette de la Russie contre des cibles militaires à Lviv pourraient encourager davantage de personnes à quitter la ville à seulement 60 kilomètres de la frontière polonaise de l’OTAN. .

« Nous sommes toujours préparés en sachant que la situation pourrait s’aggraver », a déclaré Krzysztof Strzalkowski, maire du district de Wola à Varsovie.

Lors d’une réunion hier, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont approuvé à l’unanimité un plan en 10 points visant à mettre en place des centres d’enregistrement et de coordination pour les personnes fuyant l’Ukraine vers l’Europe.

Je ne le reprends pas : Biden

Hier, le président des États-Unis, Joe Biden, a refusé de retirer sa déclaration selon laquelle son homologue russe Vladimir Poutine « ne peut pas rester au pouvoir » car il affirme qu’elle exprime une « indignation personnelle » et non « politique » en faveur d’un changement de régime.

Les délégations russe et ukrainienne, quant à elles, se sont rendues à Istanbul, où elles vont à nouveau s’asseoir autour de la table pour négocier un cessez-le-feu.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.